Récits d'événements historiques

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Récits d'événements historiques

Message par Révolte le Mer 16 Sep - 19:47

Je propose que nous publions des récits basés sur des faits historiques afin d'approfondir nos connaissances. Certains grands événements nous ont fait rêver et pourtant la plupart sont inconnus du grand public.
A vous de nous les faire découvrir !
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par Révolte le Mer 16 Sep - 20:03

L'affaire du collier de la reine



Le 28 décembre 1784, se présentant toujours comme une amie intime de la reine, elle rencontre le bijoutier qui lui montre le collier. Tout de suite elle imagine un plan pour entrer en sa possession. Elle déclare au joaillier qu’elle va intervenir pour convaincre la reine d’acheter le bijou, mais par le biais d’un prête-nom. De fait, le cardinal de Rohan reçoit bientôt une nouvelle lettre, toujours signée « Marie-Antoinette de France », dans laquelle la reine lui explique que ne pouvant se permettre d’acquérir ouvertement le bijou, elle lui fait demander de lui servir d’entremetteur, s’engageant à le rembourser en versements étalés dans le temps – quatre versements de 400 000 livres – et lui octroyant pleins pouvoirs dans cette affaire.
En outre la comtesse s’est ménagé la complicité de Cagliostro, dont le cardinal est fanatique (il ira jusqu’à déclarer « Cagliostro est Dieu lui-même! »). Devant le cardinal, le mage fait annoncer par un enfant médium un oracle dévoilant les suites les plus fabuleuses pour le prélat s’il se prête à cette affaire.
La reconnaissance de la reine ne connaîtra plus de bornes, les faveurs pleuvront sur la tête du cardinal, la reine le fera nommer par le roi premier ministre. Le 1er février 1785, convaincu, le cardinal signe les quatre traites et se fait livrer le bijou qu’il va porter le soir même à Mme de La Motte à Versailles.
Devant lui, elle le transmet à un prétendu valet de pied portant la livrée de la reine (qui n’est autre que Rétaux de Villette). Pour avoir favorisé cette négociation, l’intrigante bénéficiera même de cadeaux du joaillier.
Immédiatement les escrocs ont démonté le collier et commencé à revendre les pierres. Rétaux de Villette a quelques ennuis en négociant les siennes. Leur qualité est telle, et, pressé par le temps, il les négocie si en-dessous de leur valeur, que des diamantaires juifs soupçonnent le fruit d’un vol et le dénoncent. Il parvient à prouver sa bonne foi et part à Bruxelles vendre ce qu'il lui reste. Le comte de La Motte part de son côté proposer les plus beaux diamants à deux bijoutiers anglais de Londres. Ceux-ci, pour les mêmes raisons que leurs collègues israélites, flairent le coup fourré. Ils envoient un émissaire à Paris : mais aucun vol de bijoux de cette valeur n’étant connu, ils les achètent, rassurés. Les dernières pierres sont donc
vendues à Londres.
Pendant ce temps, la première échéance est attendue par le joaillier et le cardinal pour le 1er août. Toutefois, l’artisan et le prélat s’étonnent de constater qu’en attendant, la reine ne porte pas le collier. Mme de La Motte les assure qu’une grande occasion ne s’est pas encore présentée, et que d’ici-là, si on leur parle du collier, ils doivent répondre qu’il a été vendu au sultan de Constantinople. En juillet cependant, la première échéance approchant, le moment est venu pour la comtesse de gagner du temps.
Elle demande au cardinal de trouver des prêteurs pour aider la reine à rembourser. Elle aurait, en effet, du mal à trouver les 400 000 livres qu’elle doit à cette échéance. Mais le bijoutier va précipiter le dénouement.
Ayant eu vent des difficultés de paiement qui s’annoncent, il se rend directement chez la première femme de chambre de Marie-Antoinette, Mme Campan, et évoque l’affaire avec elle. Celle-ci tombe des nues et
naturellement va immédiatement rapporter à la reine son entretien avec Boehmer. Marie-Antoinette, pour qui l’affaire est incompréhensible, charge le baron de Breteuil, ministre de la Maison du roi, de tirer les choses au clair. Le baron de Breteuil est un ennemi du cardinal de Rohan. Découvrant l’escroquerie dans laquelle le cardinal est impliqué, il se frotte les mains, et compte bien lui donner toute la publicité possible.



Le scandale

La prétendue comtesse, sentant les soupçons, s’est entre-temps arrangée pour procurer au cardinal un premier versement de 30 000 livres. Mais ce versement, d’ailleurs dérisoire, est désormais inutile.
L’affaire va éclater aux yeux de la Cour ébahie. Le roi est prévenu le 14 août. Le 15 août, alors que le cardinal – qui est également grand-aumônier de France – s’apprête à célébrer en grande pompe la messe de l’Assomption dans la chapelle de Versailles, il est convoqué dans les appartements du roi. Il se voit sommé d’expliquer le dossier constitué contre lui.
Le naïf prélat est atterré de comprendre qu’il a été berné depuis le début par la comtesse de La Motte. Il envoie chercher les lettres de la «reine». Le roi explose : « Comment un prince de la maison de Rohan, grand-aumônier de France, a-t-il pu croire un instant à des lettres signées Marie-Antoinette de France ! ». La reine ajoute : « Et comment avez-vous pu croire que moi, qui ne vous ai pas adressé la parole depuis 15 ans, j’aurais pu m’adresser à vous pour une affaire de cette nature ? ». Le cardinal tente de s’expliquer. « Mon cousin, je vous préviens que vous allez être arrêté. », lui dit le roi. Le cardinal supplie le roi de lui épargner cette humiliation, il invoque la dignité de l’Église, le souvenir de sa cousine la comtesse de Marsan qui a élevé Louis XVI. Le roi est assurément ébranlé par cet appel à la clémence, mais se reprend devant les larmes de la reine. Il se retourne vers le cardinal : « Je fais ce que je dois, et comme roi, et comme mari. Sortez. » (Cf. Funck-Brentano, op. cit.)
Le cardinal quitte le cabinet du roi et repasse, chancelant et « pâle comme la mort », dans la galerie des Glaces. Au moment où le cardinal paraît, le baron de Breteuil lance : « Qu’on arrête Monsieur le cardinal ! ». La stupéfaction et le scandale sont immenses.
Le cardinal est emprisonné à la Bastille.
Il commence immédiatement à rembourser les sommes dues, en vendant ses biens propres, dont son château de Coupvray (à la fin du XIXe siècle, les descendants de ses héritiers continueront de rembourser
sporadiquement par fractions les descendants du joaillier). La comtesse de La Motte est arrêtée, son mari s’enfuit à Londres avec les derniers diamants, Rétaux de Villette étant déjà en Suisse. On interpelle aussi Cagliostro et Nicole d’Oliva.



Le procès

Le roi laisse au cardinal le choix de la juridiction qui aura à se prononcer sur son cas : ou bien s’en remettre directement au jugement du roi, ou être traduit devant le Parlement de Paris.
Ce qui s’avère fort malhabile de la part de Louis XVI : le cardinal décidant de mettre l’affaire dans les mains du Parlement qui est toujours, plus ou moins, en fronde contre l’autorité royale.
Le 22 mai 1786, le procès s’ouvre devant le Parlement, qui le 30 rend son verdict. Le cardinal est acquitté. La prétendue comtesse de La Motte, elle, est condamnée à la prison à perpétuité à la Salpêtrière, après avoir été fouettée et marquée au fer rouge sur les deux épaules du « V » de « voleuse » (elle se débattra tant que l’un des « V » sera finalement appliqué sur son sein). Son mari est condamné aux galères à perpétuité
par contumace, et Rétaux de Villette est banni. Enfin, Nicole d’Oliva fut mise hors de cause, Cagliostro après avoir été embastillé puis soutenu par Jacques Duval d'Eprémesnil, défendu par le brillant avocat
Jean-Charles Thilorier,fut bientôt expulsé de France (1786).
Marie-Antoinette est au comble de l’humiliation. Elle prend l’acquittement du cardinal comme un camouflet. De la part des juges, cet acquittement signifie qu’on ne saurait tenir rigueur au cardinal d’avoir cru que la reine lui envoyait des billets doux, lui accordait des rendez-vous galants dans le parc de Versailles et achetait des bijoux pharaoniques par le biais d’hommes de paille en cachette du roi. C’était sous-entendre que de telles frasques n'auraient rien eu d'invraisemblable de la part de la reine. Et c’est bien dans cet esprit que le jugement fut rendu, et pris dans l’opinion.
La reine obtient donc du roi qu’il exile le cardinal de Rohan à l'abbaye de la Chaise-Dieu‎, l’une des abbayes en commende du cardinal, après l’avoir démis de son poste de grand aumônier. Il restera trois mois dans cette abbaye, après quoi il ira sous des cieux plus cléments, à l’abbaye de Marmoutier près de Tours. Ce n’est qu’au bout de trois ans, le 17 mars 1788, que le roi l’autorisera à retrouver son diocèse de Strasbourg.



Retentissement

On ne saurait mieux résumer le résultat de cette affaire que par l'exclamation d'un magistrat du Parlement de Paris au lendemain du verdict : « Un cardinal escroc, la reine impliquée dans une affaire de faux ! Que de fange sur la crosse et le sceptre ! Quel triomphe pour les idées de liberté ! »...
Bien que Marie-Antoinette ait été, d’un bout à l’autre, absolument étrangère à toute cette affaire, l’opinion publique ne voulut pas croire à l’innocence de la reine. Accusée depuis longtemps de participer, par ses dépenses excessives, au déficit du budget du royaume, elle subit à cette occasion une avalanche d’opprobres sans précédent. Les libellistes laissèrent libre cours aux calomnies dans des pamphlets où la reine se faisait offrir des diamants pour prix de ses amours avec le cardinal. Bien pire, Mme de la Motte, parvenue à s'évader de La Salpêtrière, publie à Londres un immonde récit, dans lequel elle raconte sa liaison avec Marie-Antoinette, la complicité de celle-ci depuis le début de l'affaire et jusqu'à son intervention dans l'évasion.
Par le discrédit qu'il jeta sur la Cour dans une opinion déjà très hostile, ce scandale aura indirectement sa part de responsabilités dans la chute de la royauté quatre ans plus tard et dans le déclenchement de la Révolution. « Cet évènement me remplit d'épouvante », écrit Goethe dans sa correspondance, « comme l'aurait fait la tête de Méduse ». Peu après, il ajoutera : « Ces intrigues détruisirent la dignité royale. Aussi l’histoire du collier forme-t-elle la préface immédiate de la Révolution. Elle en est le fondement... »



Il existe un film sur ce sujet: L'affaire du collier
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par Révolte le Ven 2 Oct - 21:08

avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par Docteur Saint James le Mar 27 Oct - 13:16

Brève histoire du capitalisme


Il importe de bien comprendre comment le capitalisme est né et s'est développé à travers les derniers siècles de notre histoire. De façon unanime, les historiens, les sociologues et les économistes s'accordent à dire que le capitalisme est apparu à la fin du Moyen Âge. Nous verrons rapidement les étapes du développement du capitalisme : le capitalisme marchand, le capitalisme industriel puis le capitalisme financier.



§1. La naissance du capitalisme marchand (XIIe - XVIIIe)

Au XIIe siècle, la France connait un formidable essor économique. Les campagnes regorgent de richesses et les villes, qui regroupent les marchands, sont des lieux de marchés importants. Cette activité bénéficie indirectement aux seigneurs locaux, par le biais des taxes : ils sont même tentés de les augmenter. pour profiter de cette tendance. Les marchands et négociants accusent donc le seigneurs d'entraver le commerce, et finissent par se révolter : des révoltes urbaines formées par des conjurés éclatent au Mans en 1070, à Laon en 1111...

Lorsqu'elles aboutissent, les révoltes conduisent les marchands à prendre le pouvoir des villes : les "bourgeois" comme on les appellera désormais sont très inspirés par les modèles que représentent pour eux Venise, Florence et Gènes, les grandes cités marchandes, opulentes et prestigieuse. Dans la pratique, en France, les marchands réussissent à négocier des Chartes municipales avec le seigneur. C'est une convention par laquelle le seigneur accorde une autonomie plus ou moins importante aux marchands : cela peut aller d'un allègement des taxes à une totale indépendance de la commune !

De façon globale, un grand nombre de grandes villes françaises passent donc sous la domination politique des marchands, qu'on appelle les "bourgeois", littéralement les habitants du bourg. Cette nouvelle catégorie de la population va mettre des siècles à grignoter la féodalité. Mais progressivement, les bourgeois vont prendre conscience de leur pouvoir en tant que classe révolutionnaire : entre le XII et le XVIIIe siècle, ils vont générer des richesses phénoménales et produire une philosophie révolutionnaire : les Lumières. En France, la Révolution de 1789 est celle qui conduit les bourgeois à la tête du pouvoir politique : ils renversent violemment l'ordre du passé, l'ordre féodal et préparent le terrain à leur nouvelle société. Il se trouve qu'en plus, cette révolution sociale et politique se retrouve imbriquée au milieu d'une révolution scientifique sans précédent : la vapeur. La bourgeoisie à l'ère de la vapeur va provoquer une révolution de la civilisation : la Révolution industrielle, qui voit l'apparition du capitalisme industriel.

§2. La Révolution et le capitalisme industriel (2e moitié du XVIIIe)

Le Moyen-Âge a vu la naissance de la commune, dirigée par les marchands. Ce n'est donc pas un hasard si c'est précisément les révolutionnaires de 1789 qui créent la commune, en tant que structure juridique. Les révolutionnaires bourgeois généralisent ainsi le système des communes, au sein desquelles strcutures ils dominent : c'est toujours vrai aujourd'hui, les élus des conseils municipaux sont les commerçants des centre-ville.

Au XIXe siècle, la bourgeoisie a terminé sa révolution. En a pris le pouvoir politique en Angleterre, en France, puis partout en Europe. Elle industrialise le Vieux continent : le commerce n'est plus la seule source de revenu comme au MÂ : désormais elle utilise la puissance de l'industrie, elle a recours au salariat, etc.

§3. La financiarisation du capitalisme (depuis 1980)

La financiarisation est la 3e étape du développement du capitalisme (elle avait d'ailleurs été prévue par Marx). Elle est apparue dans les années 1980 lorsque le dynamisme industriel a commencé à ployer.

Le capitalisme financier est aujourd'hui présenté par le gouvernement Fillon comme le "mauvais capitalisme", "immoral", celui des spéculateurs, contre le "bon capitalisme", celui des entrepreneurs : le capitalisme industriel.




avatar
Docteur Saint James
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 3971
Age : 27
Opinions politiques : Marxisme libertaire
Activité politique : Lecture & débat

Voir le profil de l'utilisateur http://henry-saint-james.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par Révolte le Mar 10 Nov - 23:40

Une petite parenthèse: Le terme capitalisme aurait été inventé par des socialistes comme Proudhon. Le terme a une connotation péjorative, les libéraux ont alors utilisé des termes plus neutre comme "économie de marché.
Les mots ont un pouvoir.
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Spartacus

Message par Révolte le Lun 1 Mar - 6:33

Spartacus naquit en Thrace, ancienne région de la péninsule des Balkans. Devenu adulte, il fut dans l'obligation de s'enrôler dans un corps auxiliaire de l' armée romaine. Ne pouvant supporter de servir les vainqueurs de son pays il déserta bientôt de l'armée romaine et devint bandit. Capturé, il fut vendu comme
esclave sur le marché de Rome.

A cette époque Rome traversait une période troublée. Sylla venait de mourir laissant la République dans
un état déplorable. Les pirates infestaient la Méditerranée, et attaquaient les ports. Des bandes de pillards sillonnaient l' Italie, parfois sous les ordres d' hommes politiques avides d' augmenter leurs richesses.


Capoue
Spartacus fut acheté par une école de gladiateurs de Capoue, ou il s' entraîna quelques temps pour les combats sanglants du cirque. Intelligent, il devint vite le chef des gladiateurs de cette caserne.

Une nuit, profitant de l' obscurité, Spartacus et ses compagnons réussirent à s'échapper de la caserne,
et après avoir dévalisé une rôtisserie pour s'emparer des coutelas, ils s'enfoncèrent dans la campagne.

Là après avoir défait la milice de Capoue lancée à leur poursuite, et récupérés les armes, ils furent rejoints par une petite armée romaine. 80 gladiateurs purent se sauver en se cachant dans les vignes sauvages des pentes du Vésuve.
Spartacus et Criscos un gaulois furent proclamés chefs par la bande.

La nouvelle de la fuite des gladiateurs se répandit comme une traînée de poudre, et grâce à la fuite d' autres esclaves, la troupe de rebelles atteignit bientôt les 70000 hommes. Le Sénat commença alors à s' inquiéter et envoya une armée qui fut vaincue et dut se replier.Spartacus put ainsi augmenter ses réserves d'armes en récupérant celles que les Romains avaient abandonnés sur le champ de bataille.

Cependant le désir de Spartacus n' était pas de détruire et de dévaster, mais d'ammener ses compagnons au-delà des Alpes, où ils auraient eu les moyens de reprendre leur liberté.
Hélas ses compagnons forts de leurs succès, se mirent à piller le sol italien laissant les villes en ruines et les campagnes à feu et à sang.

Le Sénat recruta de nouvelles troupes pour faire face à la menace. Entretemps, Spartacus avait été abandonné par Criscos et ses partisans, mais il réussit néanmoins à décimer les troupes levées contre lui. La panique gagna alors le Sénat, qui décida de dépêcher contre les 100000 hommes de Spartacus, une armée de 40000 hommes commandée par Crassus l' homme le plus riche de Rome qui finança les opérations.

La route des Alpes se trouvant ainsi coupée, Spartacus se replia à l' extrême pointe de la Calabre. De là il
comptait s' embarquer pour la Sicile avec l' aide de pirates, dans l' espoir de soulever les esclaves de l' île. Mais les pirates empochèrent l' argent avant de disparaître.

Crassus décida alors de construire à l' endroit le plus étroit de la péninsule une palissade de 55 km de long
et de 4,5m de profondeurs isolant ainsi les esclaves. Pris au piège Spartacus, parvint à briser le blocus lors d'une offensive et quitta la Calabre.

Crassus écrivit alors au Sénat de rappeler Pompée et ses légions qui se trouvaient en Espagne (71 av J.C).
Mais quelques semaines plus tard, Spartacus fut rattrapé par Crassus en Lucanie. Blessé à la cuisse au début de l'engagement il combattit jusquà son dernier souffle. On ne retrouva pas son cadavre.


Le Sénat fit crucifier 6000 rescapés le long de la route allant de Capoue à Rome. Ainsi finit la révolte
des esclaves.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par Romulus l'Ours le Lun 1 Mar - 13:04

La plupart des troupes de Spartacus n'était point des esclaves mais des plébéiens d'une grande pauvreté, d'ailleurs au passage les gladiateurs que Spartacus a embarqué avec lui n'en étaient pas encore, c'était encore des gars en entraînements. Une bonne partie des gladiateurs étaient des hommes libres, mais eux n'ont probablement pas suivis Spartacus. (ils étaient la volontairement)


Voila... Sinon c'est bien ça m'a rappeler l'épisode du mur que j'avais complètement oublié!


*Il semblerait que Julius Caesar se trouvait sur le champ de bataille auprès de Crassus, mais ce n'est pas prouvé. Il était pourtant Tribun a cette période et devint Questeur peu après.

__________________________________

« à présent nous sommes délivrés de cette peur permanente du communisme qui nous poussait naguère à nous jeter dans les bras de tout dictateur éprouvant la même peur ». (Jimmy Carter, président des USA, discours du 22/05/1977)
avatar
Romulus l'Ours
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 1034
Opinions politiques : Communiste - Collectivisme Politique
Activité politique : Penseur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Espagne de 1936

Message par Révolte le Mar 2 Mar - 12:24

Excellent documentaire sur l'Espagne de 1936: cliquez ici

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par Camarade Troska le Mar 2 Mar - 12:47

J'aime bien les témoignages qui y sont apportés.
Vu et revu ce reportage, faut le faire tourner =)

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par Révolte le Mar 15 Juin - 10:44

Je lis "Révolution inconnu" de Voline. Voici comment il dépeint la révolution de 1905 en Russie, c'est un peu long mais véritablement passionnant : Révolution de 1905

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par Révolte le Mer 8 Juin - 14:38


__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par Docteur Saint James le Jeu 9 Juin - 10:10

Émission intéressante, merci Clin d'oeil
avatar
Docteur Saint James
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 3971
Age : 27
Opinions politiques : Marxisme libertaire
Activité politique : Lecture & débat

Voir le profil de l'utilisateur http://henry-saint-james.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par Révolte le Jeu 9 Juin - 12:16

L'appel de Victor Hugo est magnifique : Citoyens, dans les cailloux du chemin, ce que vous leurs jetterez à la face, c'est la patrie !

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par Révolte le Sam 29 Déc - 18:28



La déclaration à 36, 50 est géniale dans l'exaltation du combat.


__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par kind of blue le Sam 29 Déc - 18:36

je vous publie l'écrit de mon tpe sous peu si ça vous intéresse. C'est sur l'affaire Sacco et Vanzetti ^^"

ps: et avec un belle orthographe en plus!
avatar
kind of blue
Académicien
Académicien

Nombre de messages : 1292
Age : 21
Opinions politiques : éducationniste et socialiste

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par Camarade Troska le Sam 29 Déc - 20:39

VIVA SACCO AND BART !
Le film est magnifique.

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par kind of blue le Sam 29 Déc - 20:46

Camarade Troska a écrit:VIVA SACCO AND BART !
Le film est magnifique.

vive ces 2 là en effet ^^" par contre j'arrive pas à trouver le film!
avatar
kind of blue
Académicien
Académicien

Nombre de messages : 1292
Age : 21
Opinions politiques : éducationniste et socialiste

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par Docteur Saint James le Dim 30 Déc - 1:13

Révolte a écrit:La déclaration à 36, 50 est géniale dans l'exaltation du combat.
Sublime en effet. Vivement la prochaine démon
avatar
Docteur Saint James
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 3971
Age : 27
Opinions politiques : Marxisme libertaire
Activité politique : Lecture & débat

Voir le profil de l'utilisateur http://henry-saint-james.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par Lejeune le Dim 30 Déc - 12:11

Vercingetorix:

SA JEUNESSE:

On ne sait quand il est né. Certains historiens pensent qu'il est né en 72 avant J.C. D'autres se réfèrent aux écrits de Jules César, qui le décrit comme un homme âgé de moins de 30 ans; et en déduisent qu'il est né vers 80 avant J.C. Dans tout les cas, ce qui est certain, c'est que le personnage qu'est Vercingétorix, était bien jeune pendant la guerre des gaules, et malgré cela, a été un chef de guerre redoutable devant un César plus âgé.
On sait que son père s'appelait Celtillos, et qu'il a été tué pour avoir voulu faire remettre une monarchie gauloise. Il est certain que l'ambition de Vercingetorix, est entre autre l'envi d'honorer son père.

LA GUERRE DES GAULES:

En -53, Vercingétorix a envi d'une Gaulle libre. Il appelle à prendre les armes face à Caïus Julius César. Mais son oncle Gobannito et les notables arvernes le chassent. C'est alors qu'il recrute des hommes dans la campagne et prends le contrôle des Arvernes. Il veut rassembler la Gaule, et se combattre contre les Romains comme les carnutes l'ont déjà fait. Pour vaincre les Romains, il décide de les affaiblir en brûlant toute villes pouvant être prise. Mais il décide d'éparner Cénabum, qui tombe ensuite aux mains de l'ennemi. En -52, il gagne la célèbre bataille de Gergovie. Ensuite, il décide de pourchasser les troupes de César en fuite, qui lui infligent une écrasante défaite. Il se réfugie ensuite à Alésia, où il décide d'attendre les renforts. Ceux ci ne suffiront pas, car Vercingetorix décide finalement d'abandonner. Il est emprisonné dans un cachot, et en -46, meurt étranglé, devant la foule. César aurait eut très peu de chance de devenir dictateur à vie, si Vercingétorix ne l'avait pas poursuivit après Gergovie, et n'avait pas entrainé par la suite sa propre défaite. -52 a donc été l'année du ratachement de la Gaule, à la République Romaine, l'année qui a fait que plus tard César devienne dictateur, et l'année qui marque la guerre civile Romaine, et l'avènement de l'empire Romain.

VERCINGETORIX ETAIT IL LE PRINCIPAL HOMME DE LA REVOLTE GAULOISE?

Un homme, peu connu, a peut-être eu plus d'importances que Vercingétorix. Son nom (même si c'était peut être le nom des grands chefs druidiques), était Gutuather. Son rôle était très discret dans la Guerre des Gaules.
avatar
Lejeune
Académicien
Académicien

Nombre de messages : 1050
Opinions politiques : droite Sarkozyste

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par vince le Dim 30 Déc - 12:58

Très intéressent les doc sur la commune de Paris, on en parle presque plus Rolling Eyes

avatar
vince
Démago
Démago

Nombre de messages : 259
Opinions politiques : Marxisme
Activité politique : Militant révolutionnaire, Débats & lectures

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par etienne911 le Dim 30 Déc - 17:14

Presque plus Vince,jamais?
J'aurais aimer apprendre l'histoire comme ça à l'école
avatar
etienne911
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 743
Opinions politiques : MEMBRE BANNI

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par etienne911 le Dim 30 Déc - 17:36

Les loups ont envahi Paris
Les loups sont rentré dans Paris?
Une traduction artistique?
avatar
etienne911
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 743
Opinions politiques : MEMBRE BANNI

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par etienne911 le Dim 30 Déc - 17:39

J'ai envie de devenir Franc maçon avec ces documentaires.
Mais je sais que c'est le bordel en maçonnerie,plusieurs loges,et des loges qui exploitent les Africains.
Qui est la loge de gauche? et comment m'inscrire?
Pas celle de Xavier Bertrand ^^
avatar
etienne911
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 743
Opinions politiques : MEMBRE BANNI

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par kind of blue le Dim 30 Déc - 18:13

tu peux éditer tes messages et n'en faire qu'un seul à la foi s'il te plaît Etienne ^^"? c'est plus embêtant à lire.
avatar
kind of blue
Académicien
Académicien

Nombre de messages : 1292
Age : 21
Opinions politiques : éducationniste et socialiste

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par vince le Lun 31 Déc - 13:56

"Presque plus" : si on s'y interesse
"Jamais" : si on suit le système comme un mouton

Cette période, je la considère importante, tout autant que la révolution de 1789

Mais je sais que c'est le bordel en maçonnerie,plusieurs loges,et des loges qui exploitent les Africains.
Qui est la loge de gauche? et comment m'inscrire?
Pas celle de Xavier Bertrand ^^
Razz
avatar
vince
Démago
Démago

Nombre de messages : 259
Opinions politiques : Marxisme
Activité politique : Militant révolutionnaire, Débats & lectures

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Récits d'événements historiques

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum