Baccalauréat.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Baccalauréat.

Message par Chadagova le Sam 6 Juin - 9:35

Baccasable.





Les épreuves du BAC approchent - encore une semaine et demie de révisions - avant d'angoisser devant son sujet de philo ou de se retourner le cerveau sur des problèmes de maths.
Aujourd'hui le BAC est le passage obligatoire pour poursuivre ses études seulement avec des taux de réussite avoisinant les 87% en série générale, il est parfois décrédibilisé. Pour peu que l'on souhaite passer des concours on se rend compte que les filières préparent très mal et qu'il est parfois nécessaire de payer des prépas à coté. En cela, la réforme du BAC apparait comme une nécessité : Doit - on relever le niveau des filières générales quitte à diversifier l'offre de filières ? Doit - on mettre en place un contrôle continu sur le Terminale ?

__________________________________
"C'est un défaut commun aux hommes que de confier aux autres leurs desseins." Spinoza

"La foi est différente de la preuve. L'un est humaine, l'autre est un don de Dieu." Pascal
avatar
Chadagova
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 3500
Age : 25
Opinions politiques : .

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baccalauréat.

Message par Docteur Saint James le Sam 6 Juin - 10:21

On a voulu mettre 80% d'une classe d'âge au Bac (au dernière nouvelle on ne dépasse pas les 64%). A cette fin, il y avait deux options possibles : soit on maintenait le Bac à un niveau de difficulté qui lui faisait conserver tout son crédit et on mettait le paquet au niveau encadrement, pour pousser les élèves à décrocher le sésame, soit, pour le même effet statistique, on se contentait d'abaisser la difficulté des épreuves... Ça coûte moins cher silent
avatar
Docteur Saint James
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 3971
Age : 26
Opinions politiques : Marxisme libertaire
Activité politique : Lecture & débat

Voir le profil de l'utilisateur http://henry-saint-james.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baccalauréat.

Message par raquet le Sam 6 Juin - 10:35

C'est pas tout à fait juste ce que tu dis Dr. parce que certaines matières n'existait pas il y a 30ans et les programmes étaient plus resserrés (SVT, SPC, Langue Vivante, Géographie par exemple...). De plus, on est passé d'une société de l'écrit à l'oral et le Bac à suivit cette évolution.

En abaissant le niveau quand même moins que beaucoup le pense, on a permit l'accès à l'université et à l'enseignement supérieur qui était réservé à une élite, qui la plupart du temps se reproduisait et se cooptait encore plus qu'aujourd'hui.

Il y aussi des intérêts économiques et démographique à prolonger la période des jeunes qui faut pas oublier
avatar
raquet
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 536
Age : 28
Opinions politiques : Parti Socialiste
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baccalauréat.

Message par worldpeace le Sam 6 Juin - 15:56

raquet a écrit:Il y aussi des intérêts économiques et démographique à prolonger la période des jeunes qui faut pas oublier
Oui l'université est une grande garderie très bon marché, d'un point de vue économique.

worldpeace
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 879
Opinions politiques : Limitation du capital
Activité politique : Distribution de tracts

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baccalauréat.

Message par Romulus l'Ours le Sam 6 Juin - 16:20

Suffit de voir les réactions offusqués des gens quand les étudiants sont dans la rue...

__________________________________

« à présent nous sommes délivrés de cette peur permanente du communisme qui nous poussait naguère à nous jeter dans les bras de tout dictateur éprouvant la même peur ». (Jimmy Carter, président des USA, discours du 22/05/1977)
avatar
Romulus l'Ours
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 1034
Opinions politiques : Communiste - Collectivisme Politique
Activité politique : Penseur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baccalauréat.

Message par Chadagova le Mar 16 Juin - 10:54

J-2 avant l'épreuve de philo. yayaya

Mes pronostics maison pour les ES : Langage, Histoire, Justice

__________________________________
"C'est un défaut commun aux hommes que de confier aux autres leurs desseins." Spinoza

"La foi est différente de la preuve. L'un est humaine, l'autre est un don de Dieu." Pascal
avatar
Chadagova
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 3500
Age : 25
Opinions politiques : .

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baccalauréat.

Message par Kilroy le Mar 16 Juin - 11:06

Bon courage Clin d'oeil
avatar
Kilroy
Démago
Démago

Nombre de messages : 313
Opinions politiques :
Activité politique :

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baccalauréat.

Message par Révolte le Mar 16 Juin - 11:27

La philo, c'est du gâteau pour Chad.
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 29
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baccalauréat.

Message par Mathieu le Jeu 10 Sep - 19:04

Je parcours régulièrement ce forum sans vraiment avoir le temps de poster mais je crois que je vais m'y mettre.

Tout d'abord, concernant le BAC en lui-même, le constat est affligeant. En 30 ans, les différents programmes des classes n'ont cessé de changer tout en abaissant le niveau. De plus, le niveau et le travail des élèves en général sont largement en deçà d'il y a une trentaine d'année. N'oublions pas qu'il y a 30 ans, les élèves étaient, disons, "filtrés" bien avant le lycée. C'est-à-dire que les lycéens méritaient d'être lycéens et qu'on ne mentait pas aux élèves de troisièmes et de secondes. Actuellement, les commissions d'appels font passer des élèves avec des moyennes consternantes. Je note au passage que si le niveau et les programmes sont plus faciles, les moyennes devraient, et je dis bien "devraient", être plus haute qu'il y a une trentaine d'année.
Le souci de l’ascenseur social, qui est loin d’être négatif, est que l’instruction s’abaisse à un niveau peu élevé et que la tendance éducative dans les familles n’aide pas (on est tous un peu-beaucoup feignant et de plus en plus.
Alors oui, je crois qu'une réforme du lycée permettra certainement de modifier la tendance actuelle. Je pense qu'il doit y avoir des solutions mais elles ne plairont certainement pas aux bien-pensants qui affirment que l’ensemble des élèves ont la capacité de suivre un cursus normal (quand on voit les taux d’échec en Fac...).

A mes yeux, nous devrions augmenter le nombres d'heures dans les filières générales et mettre plus de barrières pour accéder à l'ensemble des filières. Pourquoi ? Tout simplement, nous observons que de très bonnes filières techniques sont "polluées" par des élèves qui sont présents, seulement présents. Ce phénomène est très visible dans les filières STI et STG je trouve. J'ai souvent assisté à des conseils de classes où les élèves voulant aller en S en pensant ne pas travailler se retrouvent dans de telles filières car on dit qu'il ne faut pas travailler.
Mais alors que faire de ces élèves ? Il faut, à mes yeux, absolument éviter l'élitisme des séries Générales dans ce cas. Il faut absolument que les élèves non motivés ne soient pas dirigés vers des études difficiles et souvent longues. Une des solutions possible serait simplement d'instruire bien mieux les élèves au niveau du collège (en disant cela, je crois que le niveau de primaire est aussi à augmenter... pourquoi à l'époque tout marchait plutôt bien ?). En parallèle, il faut diriger les élèves vers des BEP par exemple. Cela revalorisera cette filière. Reste à savoir si un autre diplôme ne serait pas à revaloriser... çà vous dit quelque chose le Brevet ?

Maintenant concernant les filières au lycée. Il faut revaloriser les filières L et STG. Le fais de monter le niveau tout en évitant de créer des "classes poubelles" permettra d'obtenir un meilleur niveau au final.
Il y a autre chose qui peut jouer. J'ai l'impression que les élèves de secondes ne savent pas mieux où aller que les élèves de troisièmes. Cette seconde de détermination est un frein. La mise en place de seconde spécifique où chaque lycéen pourrait choisir en plus d'un Bloc principal, certaines options (genre éco, physique chimie...) permettrait, je crois, de faire un premier choix. Serait admis en première, celles et ceux qui auraient fait telle ou telle option. En gros cela permettrait de faire un choix petit à petit. Plus on prendrait d'option en seconde, plus on aurait la possibilité d'aller a tel ou tel endroit...

Cette modeste petite analyse, j'espère, vous sera utile... et les quelques idées que j'énonce ici sont, peut-être parfois quelque peu utopiques, mais que serait la vie sans utopie.
avatar
Mathieu
Colleur d'affiches
Colleur d'affiches

Nombre de messages : 4
Age : 24
Opinions politiques : Droite (Gaulliste)
Activité politique : Membre d'institutions lycéens, sympatisant de l'UNI et de l'UMP

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baccalauréat.

Message par Docteur Saint James le Jeu 10 Sep - 20:31

Ce qui est frappant dans ton propos c'est la permanence de la référence au refrain : "C'était mieux avant".
"Depuis 30 ans", "on est de plus en plus feignants", "pourquoi à l'époque tout marchait bien ?"... Désolé mais ça me file des boutons.

Mathieu a écrit:Tout d'abord, concernant le BAC en lui-même, le constat est affligeant. En 30 ans, les différents programmes des classes n'ont cessé de changer tout en abaissant le niveau.

C'est ce qu'on dit beaucoup...
La vérité c'est que de nouvelles matières sont apparues, les programmes se sont réduits dans certaines disciplines mais largement étoffés dans d'autres. Le niveau a été abaissé, c'était un choix politique pour offrir l'accès au études supérieures à une majorité d'élèves. Cela dit il n'a pas baissé autant que nos parents aiment le dire (et on les comprend... Si tu les écoutes, le permis était bien plus difficile à passer de leur temps).

De plus, le niveau et le travail des élèves en général sont largement en deçà d'il y a une trentaine d'année.

Source ? Indicateur statistique ?

N'oublions pas qu'il y a 30 ans, les élèves étaient, disons, "filtrés" bien avant le lycée. C'est-à-dire que les lycéens méritaient d'être lycéens et qu'on ne mentait pas aux élèves de troisièmes et de secondes. Actuellement, les commissions d'appels font passer des élèves avec des moyennes consternantes.

Il existe un effet en psychologie sociale dit d'"identification". Lorsqu'on dit à quelqu'un qu'il est qqun de bien, il a tendance à vous croire et à modifier l'opinion qu'il a de lui même. Afin d'éviter toute dissonance entre cette opinion et son comportement il adopte une attitude qui vient se calquer sur l'opinion qu'il a de lui. C'est ce que les psychologues sociaux appellent la "justification en faits". Si tu dis à un élève moyen qu'il est doué pour la physique, alors soit certain que le soir même devant son livre d'exercice il se sera identitifé à un petit génie de la physique et aura tendance à modifier son comportement pour être, en faits, l'élève doué pour la physique qu'il pense être. Parce qu'il s'identifie à un bon élève.
Si tu sanctionnes un élève pour un mauvais résultat, si tu le laisses entendre que ça place est dans la rue, qu'il n'a rien à faire dans un lycée, il faudra s'identifier à ceux qui sèchent et qui préfèrent aller fumer ou boire au parc plutôt que d'assister aux cours. Il va progressivement s'identifier au paria, au rejeté, à celui qui n'est pas à sa place, à la tête brûlée qui sera fier d'avoir eu la pire note de la classe parce que cette note confirmera l'idée qu'il s'est fait de lui-même.
Voilà pourquoi on évite de dire aux élèves : "Vous êtes pas fait pour le lycée, allez traire des vaches ou poser des chaudières !".


Je note au passage que si le niveau et les programmes sont plus faciles, les moyennes devraient, et je dis bien "devraient", être plus haute qu'il y a une trentaine d'année.

C'est le cas. Réfléchis ; le taux de réussite au bac est plus élevé, les moyennes sont donc plus hautes.


on est tous un peu-beaucoup feignant et de plus en plus.

Nous sommes de plus en plus feignants... Encore les vieux crédo de la "morale" dominante chrétienne et de sa valeur préférée : le travail. Ca doit faire approximativement 4000 ans qu'on dit aux gens qu'ils sont de plus en plus feignants.

Je pense qu'il doit y avoir des solutions mais elles ne plairont certainement pas aux bien-pensants qui affirment que l’ensemble des élèves ont la capacité de suivre un cursus normal (quand on voit les taux d’échec en Fac...).

Es-tu certain que les taux d'échecs en faculté soient dus à l'incapacité des élèves à suivre un cursus normal ? C'est simpliste voire à peine réfléchi comme explication. Quand tu seras à ton tour étudiant, tu vera que la "fénéantise" et le "laxisme" n'expliquent quasiment rien.
avatar
Docteur Saint James
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 3971
Age : 26
Opinions politiques : Marxisme libertaire
Activité politique : Lecture & débat

Voir le profil de l'utilisateur http://henry-saint-james.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baccalauréat.

Message par Mathieu le Ven 11 Sep - 8:14

Ce qui est frappant dans ton propos c'est la permanence de la référence au refrain : "C'était mieux avant".
"Depuis 30 ans", "on est de plus en plus feignants", "pourquoi à l'époque tout marchait bien ?"... Désolé mais ça me file des boutons.

Je puis tout à fait comprendre que cela gène mais le constat est vrai. Ce n'est pas que moi qui le dit... Les professeurs qui enseignaient dans les années 70-80 trouvent, eux aussi, que le niveau s'est Effondré.
Nos parents avait des programmes plus remplis et plus d'heures (quand on regarde le BAC S, on peut voir rapidement que nous ne faisons qu'un quart du programme de l'époque).
A l'époque, tout marchait bien par rapport à maintenant... Il y avait des élèves en difficultés certes et c'est normal, mais il y avait beaucoup moins d'élèves qui se demendaient "Qu'est-ce que je fous là ?"

C'est ce qu'on dit beaucoup...
La vérité c'est que de nouvelles matières sont apparues, les programmes se sont réduits dans certaines disciplines mais largement étoffés dans d'autres. Le niveau a été abaissé, c'était un choix politique pour offrir l'accès au études supérieures à une majorité d'élèves. Cela dit il n'a pas baissé autant que nos parents aiment le dire (et on les comprend... Si tu les écoutes, le permis était bien plus difficile à passer de leur temps).

Certes de nouvelles matières sont apparues mais à quoi servent elle si un élève de seconde en sait ni faire de division, ni ajouter "ent" à la fin d'un verbe à la 3ème personne du pluriel... (j'ai vu bien pire). Le niveau a été largement abaissé... si je ne m'abuse, un certain Chevenement souhaitait qu'un maximum de personnes arrivent au BAC : opperation réussite.

Source ? Indicateur statistique ?

Au niveau de l'école primaire : "Sans appel en orthographe. Sur un texte de dix lignes, 26% des élèves faisaient plus de quinze erreurs en 1987, ils étaient 46% en 2007. Sans appel en lecture où les résultats, jusque-là stable, chutent depuis 1997. Seul signe d’optimisme : le calcul. Les résultats ont baissé entre 1987 et 1999 mais se sont stabilisés depuis."
Au niveau lycée : "Etude réalisé par des professeurs de l'association "Sauver les lettres" selon un protocale établie en 2000 et reprit en 2004. ils soumettent à leurs élèves de seconde l’épreuve du brevet des collèges de 1976, et surtout ils appliquent dans toute sa rigueur le barème qui était alors en vigueur. Résultat : 58% de zéro, 14% seulement d’élèves au-dessus de la moyenne."

Et il y a des dizaines d'études sur ce sujet chaque année.

Il existe un effet en psychologie sociale dit d'"identification". Lorsqu'on dit à quelqu'un qu'il est qqun de bien, il a tendance à vous croire et à modifier l'opinion qu'il a de lui même. Afin d'éviter toute dissonance entre cette opinion et son comportement il adopte une attitude qui vient se calquer sur l'opinion qu'il a de lui. C'est ce que les psychologues sociaux appellent la "justification en faits". Si tu dis à un élève moyen qu'il est doué pour la physique, alors soit certain que le soir même devant son livre d'exercice il se sera identitifé à un petit génie de la physique et aura tendance à modifier son comportement pour être, en faits, l'élève doué pour la physique qu'il pense être. Parce qu'il s'identifie à un bon élève.
Si tu sanctionnes un élève pour un mauvais résultat, si tu le laisses entendre que ça place est dans la rue, qu'il n'a rien à faire dans un lycée, il faudra s'identifier à ceux qui sèchent et qui préfèrent aller fumer ou boire au parc plutôt que d'assister aux cours. Il va progressivement s'identifier au paria, au rejeté, à celui qui n'est pas à sa place, à la tête brûlée qui sera fier d'avoir eu la pire note de la classe parce que cette note confirmera l'idée qu'il s'est fait de lui-même.
Voilà pourquoi on évite de dire aux élèves : "Vous êtes pas fait pour le lycée, allez traire des vaches ou poser des chaudières !".

Le souci est que lorsqu'on dit à un élève moyen "tu vas pouvoir y arriver" cela sous entend que le travail et la rigueur devront être présents si l'élève veut y arriver. Or, il y a deux types d'élèves à différencier :
- L'élève moyen mais bosseur : celui-ci va garder le compliment d'un de ses professeurs et bosser encore plus pour se prouver à lui-même et aux autres qu'il peut avoir de bonnes notes. Pour cette élève, je dirai que cette méthode est plus que bonne.
- L'élève moyen-mauvais mais feignant : Celui-ci va prendre le compliment sans pour autant travailler plus. Mais une question se pose concernant cet élève : Doit-il être dans la filière où il est ? Et bien, je ne vois pas pourquoi ce type d'élève doit être aider car pour la plupart ils ne veulent pas s'en sortir (en cas de problème familliale, j'emet un bémole sur cette "thèse"). Et, c'est dans ce cas que l'élève n'a rien à faire dans une fillière générale ou technologique.

Concernant les sanctions... je ne dirai rien là dessus... un bon prof n'a pas besoin de sanctionner généralement ou très rarement... et cela se vérifie quand on est en cour.

Maintenant concernant la vision du professionnel. Je puis te dire, étant dans un lycée où il y a beaucoup de fillière pro, qu'il n'y a rien de dégradant à être en filière pro. Déjà, après un BEP on peut reprendre un BAC technologique (par exemple après un BEP vente, j'ai vu des gens réussir en STG...) Le fait d'être en filière pro doit être valorisé à mes yeux car perso je serai incapable de faire le travail d'un BEP plomberie par exemple... (voire peut-être d'un BEP Vente).

Nous sommes de plus en plus feignants... Encore les vieux crédo de la "morale" dominante chrétienne et de sa valeur préférée : le travail. Ca doit faire approximativement 4000 ans qu'on dit aux gens qu'ils sont de plus en plus feignants.

Je ne vois pas en quoi le faite de dire que certains ne bossent pas reflete une "morale dominante chrétienne". Mais sans travail on arrive à rien, certains l'oublient et nous verrons l'état de la France au niveau travail dans une trentaine d'années
Es-tu certain que les taux d'échecs en faculté soient dus à l'incapacité des élèves à suivre un cursus normal ? C'est simpliste voire à peine réfléchi comme explication. Quand tu seras à ton tour étudiant, tu vera que la "fénéantise" et le "laxisme" n'expliquent quasiment rien.

Il a différent facteurs :
- Un gouffre entre la term et la FAc par exemple (et oui le lycée prépare de moins en moins bien à la suite)
- Des FAC bourrés à mort (bein oui... si tout le monde à la BAC alors ça remplis les FAC. On sait tous que y'a deux types d'élèves en FAC : celui qui est là pour bosser et l'autre qui est présent par défault car il n'a pas été pris ailleur.)
...
avatar
Mathieu
Colleur d'affiches
Colleur d'affiches

Nombre de messages : 4
Age : 24
Opinions politiques : Droite (Gaulliste)
Activité politique : Membre d'institutions lycéens, sympatisant de l'UNI et de l'UMP

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baccalauréat.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum