Charles de Gaulle

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: Charles de Gaulle

Message par Docteur Saint James le Jeu 9 Avr - 14:45

Il y a aussi eu le super mensonge de mai 68 comme quoi la révolte étudiante était un coup d'Etat préparé par le PCF...
avatar
Docteur Saint James
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 3971
Age : 27
Opinions politiques : Marxisme libertaire
Activité politique : Lecture & débat

Voir le profil de l'utilisateur http://henry-saint-james.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charles de Gaulle

Message par vivapunk le Ven 12 Juin - 18:26

j'ai dut mal a me faire un avis, mais j'entendais la dernière fois sur France culture un philosophe français très a gauche, qui en parlant de De Gaulle "Mitterand est un homme de droite soutenu par des partis de gauche mais De Gaulle est un Homme politique de gauche soutenu par des partis de droite" et le philosophe rajoutait qu'il classait De Gaulle dans son "panthéon libertaire". J'ai trouvé cela un peu excessif, meme si je ne pence pas qu'il ai fait tout mal. Es-que je me trompe?

vivapunk
Chef de section
Chef de section

Nombre de messages : 57
Age : 25
Opinions politiques : libertaire, écologiste
Activité politique : manif parfois, reflexion, debat

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charles de Gaulle

Message par Chadagova le Ven 12 Juin - 19:23

C'est l'émission d'Enthoven à 17h ? Il a aussi sorti comme connerie que De Gaulle avait des tendances antisémites...

Les clivages gauches/droites ne sont pas pertinents pour saisir les actions de ces deux grands hommes.
Certes De Gaulle a largement nationalisé et à pris des mesures sociales mais il faut se replacer dans le contexte d'après guerre avec les 30 glorieuses.
Mitterrand homme de droite ? Arrivé au pouvoir en 81 il a mis en place toute une série de mesures ouvertement socialistes : augmentation du smic, des alloc, nationalisations, les 39h, retraite à 60an, 5 eme semaine de congés payés... Mais ces mesures sont peu efficaces, inflation, déficits, chômage viennent casser l'effort socialiste. Le plan de rigueur Delors dès 82 devient une nécessité. Est ce pour autant un homme de droite ? Non, en tout cas pas durant ces deux mandats.

__________________________________
"C'est un défaut commun aux hommes que de confier aux autres leurs desseins." Spinoza

"La foi est différente de la preuve. L'un est humaine, l'autre est un don de Dieu." Pascal
avatar
Chadagova
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 3500
Age : 26
Opinions politiques : .

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charles de Gaulle

Message par vivapunk le Ven 12 Juin - 19:37

non c'est une émission en soirée, c'était une interview, je suis sure d'avoir noté quelque part le nom du philosophe interviewé mais ma recherche spéléologique dans ma chambre n'a rien donné ... Merci en tout cas pour ces éclairages .

vivapunk
Chef de section
Chef de section

Nombre de messages : 57
Age : 25
Opinions politiques : libertaire, écologiste
Activité politique : manif parfois, reflexion, debat

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charles de Gaulle

Message par Docteur Saint James le Ven 12 Juin - 23:08

C'était une volonté de De Gaulle de ne pas être catalogué et de se revendiquer "haut dessus des clivages". Son parti, le RPF, ne se voulait d'ailleurs pas être un parti traditionnel, et on pouvait en être membre tout en étant à la fois membre d'un autre parti, comme la S.F.I.O. ou le MRP (avec une exception qui confirme la règle pour les communistes...).

Il s'inscrit dans cette ligne qu'on retrouve chez les royalistes et qui veut que le chef de l'Etat ne soit finalement pas un politicien mais l'arbitre des institutions, celui qui supervise sans être de droite ou de gauche. Et c'est justement cela son bébé, la Ve République qui se veut être une "monarchie républicaine", où le président De Gaulle est un roi, sans parti politique (le RPF est le parti des français et non un parti de droite). Tout cela, évidement, est d'autre théorique.

De Gaulle se défend d'être placé sur un clivage qu'il estime dépasser : a priori c'est avant tout un patriote et rien que cela.
avatar
Docteur Saint James
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 3971
Age : 27
Opinions politiques : Marxisme libertaire
Activité politique : Lecture & débat

Voir le profil de l'utilisateur http://henry-saint-james.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charles de Gaulle

Message par Briard le Mer 16 Juin - 8:01

Chadagova a écrit:On doit beaucoup à cet homme. En 1958 comme en 1945 il a su maintenir la démocratie via la république tout en combattant toutes les formes d'extrémismes. Son regard réaliste sur les évènements politiques était plus que pertinent, il a su prendre les bonnes décisions au bon moment. Mon prof d'histoire est un fan du Général, il en profite toujours pour nous lâcher des petites anecdotes très révélatrices du personnage. Il faut à tout prix lire ses Mémoires.

Et puis, un homme qui payé son électricité et la nourriture à l'Élysée, rien que pour ça il devrait être respecté. ^^

Mais il fit payer par la France ses frais en Angleterre !!

Quant à ses "Mémoires", beaucoup d'inexactitudes, de mensonges et de travestissements de la vérité.

Briard
Chef de section
Chef de section

Nombre de messages : 54
Opinions politiques : National-socialiste con vaincu

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charles de Gaulle

Message par Briard le Mer 16 Juin - 8:09

De Gaulle, menteur, parjure, félon !!
Oui il a bien mis en alerte les FFA, et c'est Massu qui le calma !!
Il rencontra également les soviétiques lors de ce "voyage" (voyage style Louix XVI, bien sur, car c'était bel et bien une fuite), et c'est suite à cette rencontre, qu'ordre fut donné par Moscou au PC de faire "retomber" la "crise" en France. On connait la suite.

Briard
Chef de section
Chef de section

Nombre de messages : 54
Opinions politiques : National-socialiste con vaincu

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charles de Gaulle

Message par Briard le Sam 19 Juin - 19:47

Le vrai-faux Appel du 18 juin




"J'aurais suivi De Gaulle avec joie contre les Allemands, mais je ne pouvais
le faire contre les Français...Il me semblait qu'un Français de l'étranger devait
se faire le témoin à décharge, et non à charge de son pays...Si je n'étais pas
gaulliste, c'est que leur politique de haine n'était pas pour moi la vérité "

Antoine de Saint-Exupéry.

" Pour la honte éternelle de la France, De Gaulle s'est comporté envers
la population profrançaise d'Algérie, aussi bien d'origine européenne que
d'origine musulmane, comme s'il s'agissait de criminels et il a autorisé
d'incroyables atrocités perpétrées contre elle par la gendarmerie mobile,
tandis que dans le même temps il ordonnait à l'armée de ne pas gêner
les sévices, les enlèvements et les massacres du FLN "


Thomas Molnar dans le journal National Review
(Etats-Unis), septembre 1962


"Quel est selon vous l'acte de trahison le plus retentissant de la Vè République ? "


Réponse d'Alain Duhamel:
" Sans hésitation, celui du général De Gaulle vis-à-vis des Français d'Algérie."

Revue Historia

Le 18 juin 2010 sera l'occasion pour bon nombre de gaullistes de commémorer
"l'appel" lancé de Londres par leur chef spirituel.L'histoire a fait de ce discours
le symbole de la résistance face à l'occupant allemand et a qualifié le général
de brigade " à titre temporaire" Charles De Gaulle de "premier résistant de France".
C'est une ineptie !
De Gaulle n'a jamais fait partie de la résistance.
Comme le disait Weygand, De Gaulle était un militaire, pas un soldat et il y a
à son sujet toute une légende à détruire.Sa carrière militaire a pris des allures
très particulières, marquées très tôt par la certitude de sa supériorité
intellectuelle sur ses pairs.Ces derniers, en raison de sa morgue et de son extrême
confiance en soi, l'avaient baptisé "le Connétable".
En fait, il les détestait tous, en particulier Juin, major de sa promotion dans laquelle
De Gaulle avait obtenu un rang médiocre.
Sa réputation de prophète d'une armée blindée moderne fait partie de la légende.
Le général Guderian, spécialiste des blindés allemands, consulté à propos de
l'influence qu'auraient pu avoir les écrits du colonel De Gaulle sur l'emploi d'une force
mécanisée, répondit:
" Ces théories sont déjà anciennes, les écrits de De Gaulle ne sont guère que
de la littérature sans réelles applications pratiques nouvelles.Nous n'y avons
pas porté d'intérêt ! "


Un piètre militaire.

En 1940, au commandement de la 4è division cuirassée, il subit un échec sanglant,
prouvant d'une part son incapacité tactique et un entêtement criminel devant
les conseils de ses pairs.D'ailleurs, il abandonna sa division en plein combat,
apprenant qu'il était nommé général à titre temporaire et que Paul Reynaud
faisait de lui un sous-secrétaire d'Etat à la Défense.Le képi de général et ses
deux étoiles devinrent alors sa première préoccupation, la seconde étant de contrer
Weygand par tous les moyens.
La fin de la campagne de 1940 en apporte la confirmation:De Gaulle n'est pas
un guerrier.Il n'est pas de ces officiers qui vont à l'assaut en casoar et en gants
blancs, de ceux qui crient "debout les morts ! ", c'est un rhéteur,un combattant que
son entourage appellera bientôt " le général micro".L'armée n'est pour lui qu'un
instrument qui ne reflète en aucun cas un symbole national.
Le 17 juin 1940, quand il quitte Bordeaux à destination de Londres, la guerre
n'est pas finie puisque l'armistice est du 24 juin.
Alors, pourquoi est-il parti en Angleterre ?
Le 17 juin eut lieu à Bordeaux le passage des pleins pouvoirs à Pétain et
la formation du nouveau gouvernement.Or, De Gaulle eut l'amère surprise
de constater que le Maréchal n'avait pas voulu de lui.Ph.Pétain connaissait
trop bien l'homme et son orgueil démesuré pour lui confier un poste dans
son nouveau gouvernement.Déçu, dépité, vexé, De Gaulle décida à ce moment
de quitter la France.
Il attendit, caché derrière un pilier des vestibules, le passage du général anglais
Spears, lui raconta avec une mine défaite qu'on voulait l'assassiner
(une élucubration de plus) et lui demanda de l'emmener avec lui en Angleterre
dans l'avion que Churchill avait envoyé à cette occasion.Le soir, il était à Londres
et adressa un télégramme au ministre de la Guerre à Bordeaux:

" Suis à Londres.Ai négocié avec le Ministre de la Guerre britannique,
sur instruction de monsieur Paul Reynaud, au sujet des points suivants...."

(Il s'agissait des matériels d'armement remis aux alliés par les Etats-Unis
et du sort des prisonniers allemands actuellement en France).

Un arriviste sans scrupules.

La réponse arriva de Bordeaux sous la forme d'un câble adressé par le général
Colson, secrétaire d'Etat à la Guerre, à l'attaché militaire à Londres, le général
Lelong:
" Informez le général De Gaulle, qu'il est remis à la disposition du général
commandant en chef.Il doit rentrer sans délai."


Hésitation de De Gaulle:obéir ou pas ?
Dans un premier temps il décida d'obéir et demanda un avion au général Lelong.
Celui-ci désigna le capitaine de l'armée de l'air Brantôme pour l'accompagner
avec l'unique avion que les Anglais avaient laissé aux Français.
Cet officier déclarera:
" Tout semblait devoir se dérouler sans encombe lorsque j'apprends que
les Anglais, sans avertir personne, avaient fait vidanger le matin même
l'essence des réservoirs et déplacer l'avion dans un hangar aux portes
cadenassées et gardées par des sentinelles en armes."


Devant l'impossibilité désormais de rejoindre Bordeaux, De Gaulle s'adressera
aux Français, le 18 juin, sur les ondes de la BBC, en ces termes:


" Moi, général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et soldats
français qui se trouvent en territoire britannique, ou qui viendraient à s'y trouver,
j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialisés des industries d'armement,
qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver,
à se mettre en rapport avec moi.Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance
ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.Demain comme aujourd'hui,
je parlerai à la radio de Londres."


Un texte refabriqué.

Comme le savent nos lecteurs, se reporter notamment aux nombreux articles
du cher Charles Filippi à ce sujet, ce texte n'a rien à voir avec ce qu'on
appelle communément l'appel du 18 juin, où se trouverait la fameuse phrase:

" La France a perdu une bataille, elle n'a pas perdu la guerre."
.
En effet, cette phrase ne vit le jour qu'en août 1940 sur une affiche placardée
sur les murs de Londres.Ainsi, De Gaulle ne faisait que copier la proclamation
du ministre anglais de l'information, Duff Cooper, à la suite de la capitulation
de l'armée belge.
Dès lors, De Gaulle devint pour bon nombre de Français le
"symbole de la résistance", alors qu'il passa toute la guerre en toute quiètude
en famille, mangeant à sa faim, à l'abri des affres de la pénurie et de l'insécurité.
Mais qu'importe: la légende gaulienne était en marche....
Que serait-il advenu de l'auteur de "l'appel du 18 juin" si le Maréchal Pétain
(respecté par les Allemands pour avoir été le seul général à les avoir battus
à Verdun), au lieu de confirmer Weygand dans le rôle de Général en Chef,
pour qu'il réorganise l'Armée d'Afrique, avait choisi De Gaulle ?
Ce dernier n'aurait, assurément, jamais rejoint Londres.

Un homme détesté aussi par Roosevelt et Churchill.

Roosevelt détestait De Gaulle et le considérait comme un dictateur en puissance.
" un arriviste".Il disait de lui:

" De Gaulle se prend de temps en temps pour Clémenceau,
de temps en temps pour Jeanne d'Arc."

Par contre, il estimait Giraud qui, arrivé à Alger fin 1942, n'avait qu'une idée
en tête:recomposer une armée française pour continuer la guerre...
d'où l'animosité sans borne que De Gaulle vouait à ce dernier.
Churchill n'estmait pas davantage De Gaulle et dira du personnage:

" De toutes les croix que j'ai portées, la plus lourde a été la Croix de Lorraine."

Un jour, il lui fit cette remarque qui le glaça:

" Votre pire ennemi, c'est vous-même.Vous avez semé le désordre partout
où vous êtes passé ! "


Et le désintérêt, voire l'antipathie, qu'ils vouaient à De Gaulle amenèrent
Churchill et Roosevelt à le tenir à l'écart de leurs projets concernant
le débarquement du 8 novembre 1942 en AFN, si bien que l'homme
de Colombey s'exclama:
" J'espère que les gens de Vichy vont les refoutre à la mer ! "

Tenu à l'écart, il le sera aussi lors du débarquement en Normandie,
le 6 juin 1944, date à laquelle l'Armée d'Afrique défilait dans Rome
qu'elle venait de libérer sous les ordres des généraux Juin et Monsabert.
Cependant, cette mise à l'écart, au lieu de provoquer chez lui un sentiment
d'humilité, aiguisera au contraire son orgueil démesuré et, désormais,
sa seule devise sera:" Moi, De Gaulle ! "

Cette paranoïa, cette ambition amèneront les catastrophes qui détruiront
l'unité nationale.Dans ses principales destructions: l'empire et l'armée
qu'il a toujours méprisée.On lui reprochera entre autres sa complicité
dans la destruction de la flotte française par l'aviation anglaise,
le 3 juillet 1940 à Mers-El-Kébir et le massacre de près de 1 600 marins,
dans l'attaque de Dakar, le 25 septembre 1940, par cette même armada
anglaise, dans la guerre franco-française de Syrie dont il fut le principal
responsable.
A cet effet, en janvier 1941, le colonel Monclar, commndant la 13è DBLE
et futur commandant du fameux bataillon de Corée, éprouvant quelques
scrupules à l'idée de devoir tirer sur d'autres soldats français, s'adressa
à De Gaulle en ces termes:

" Mon général, en face il y a la Légion...La Légion ne tire pas sur la Légion...
d'ailleurs vous nous avez affirmé que nous ne nous battrions jamais
contre des Français..."


Et le " chef de la France libre" de répliquer:

" Monclar ! Les Français, c'est moi ! La France, c'est moi ! "


On lui reprochera aussi l'épuration de l'armée d'Afrique à qui il ne pardonna pas
d'avoir "gagné sans lui", son opposition à la libération de la Corse par Giraud,
sa mise à l'écart de De Lattre et de Juin, généraux victorieux qui pouvaient
lui faire de l'ombre.Son égocentrisme sera exacerbé quand le général américain
Clarck rendra au général Alphonse Juin, après que l'armée d'Afrique se couvrit
de gloire en Italie, un vibrant hommage en ces termes:

" Sans vous et vos magnifiques régiments, nous ne serions pas là ! "

De Gaulle saura s'en souvenir....

La haine de l'armée et de l'empire .

Après sa prise de pouvoir en mai 1958, il n'eut de cesse de se débarrasser
de l'armée victorieuse en Algérie en épurant ses chefs les plus prestigieux
au bénéfice d'hommes " à lui" qui, s'ils n'étaient guère brillants sur le plan
professionnel, avaient au moins l'avantage "d'êtres sûrs":Gambiez,Ailleret,
Katz, Debrosse.Le maréchal Juin, patron de l'Armée d'Afrique qui libéra
la France avec Eisenhower, Roosevelt, Churchill, eut à donner son jugement
sur l'OAS:
" C'est un mouvement généreux ! "

De Gaulle, le mit aussitôt aux arrêts de rigueur et lui retira toutes
ses fonctions.Il obtenait là sa revanche...
Et pourtant, on l'avait appelé, lui De Gaulle, le sauveur, pour conserver
l'Algérie française ! Mais, d'incompétence en veulerie, de fautes en palinodies,
d'abandon en trahison, de largesse en munificence, de discours en référendums,
on en était arrivé aux concessions suprêmes, à l'abdication, à la fin sans
le moindre égard pour ces milliers de morts et de disparus qui jalonnaient
l'histoire de ce pays.
Aventurier, paranoïaque, il restera, malgré la légende, épiphénomène
dans l'histoire de la France.Pour avoir rêvé de dominer la France et
probablement le monde, il avait pris un costume trop grand pour lui.
Il est mort à Colombey, les pieds dans les charentaises, devant
une tasse de camomille, sans doute étranglé par la rancoeur, la haine
à l'égard de ceux qui n'avaient pas su reconnaître son génie.

José Castano.

Briard
Chef de section
Chef de section

Nombre de messages : 54
Opinions politiques : National-socialiste con vaincu

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charles de Gaulle

Message par worldpeace le Sam 19 Juin - 20:10

De Gaulle a soutenu la mise en place du néocolonialisme. Il a nommé Jacques Foccart comme responsable des affaires africaines. Ce dernier a noyauté l'administration coloniale, et à la place de relations de domination officielles, qui n'était plus admises, a été mis en place une domination occulte, cachée, basée sur des relations étroites avec les nouvelles administrations "indépendantes", des coups d'Etats pour placer des dictateurs corrompus, diviser les ethnies etc. afin de garantir les intérêts des multinationales françaises.

Alors quand on dit qu'il a eu la grandeur de lancer la décolonisation, c'est une ineptie. Sans parler qu'il a beaucoup tardé à le faire ce qui a engendré de nombreuses souffrances.

Cette domination néo-coloniale en Afrique continue encore de nos jours, même si ce n'est plus seulement la France.

Une association étudie tout cela :
http://survie.org/

worldpeace
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 879
Opinions politiques : Limitation du capital
Activité politique : Distribution de tracts

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charles de Gaulle

Message par Briard le Lun 21 Juin - 7:28

DE GAULLE… MYTHE ET IMPOSTURE


"A l’occasion de votre élection à la présidence de la République algérienne, je vous adresse mes félicitations. Cette indépendance algérienne, nous l’avons voulue et aidée » (Message de Charles de Gaulle à Ben Bella, le 4 septembre 1963)


« Lorsque la pierre tombale de l’Algerie Française aura été scellée par la volonté acharnée d’un homme épaulé par la lâcheté de tout un peuple, je n’abandonnerai jamais l’idée de pouvoir débarrasser mon pays du personnage qui a corrompu l’âme de la France » (Colonel Antoine Argoud)





Ces mots du brillant officier que fut le Colonel Argoud ne cessent, depuis des années, de résonner à ma mémoire et je console mon amertume en me disant que s’il existe vraiment une justice, de Gaulle devrait aujourd’hui s’y trouver. En effet, mon éducation chrétienne m’incite à penser que toute œuvre humaine passe en revue devant Dieu pour être classée comme acte de fidélité ou comme acte d’infidélité. En face de chaque nom, dans les registres du ciel, sont couchés avec une redoutable exactitude toute action mauvaise, tout despotisme, toute trahison, tout parjure et la loi de Dieu sera sans appel pour ceux qui auront contrevenu à ses commandements. Par conséquent, si le paradis est accordée à De Gaulle, alors il n’y a plus de raison de craindre la Justice Divine… tout le monde y aura accès… et cela ne se peut !

Quand l’Histoire et la postérité jugeront Charles de Gaulle, elle dira : « Il a demandé son succès à l’astuce et au mensonge ; il l’a déshonoré par ces milliers de morts qui ont cru à ses paroles. Et ses crimes d’avoir appelé les Musulmans à servir la France pour ensuite les abandonner au massacre, d’avoir trompé ses soldats, d’avoir abusé de cette candeur sublime sans laquelle il n’y a pas de héros, d’avoir privé du rayonnement de leur Patrie plus d’un million d’êtres après les avoir livrés à la hache des bourreaux, d’avoir couvert les enlèvements et laissé mourir dans d’indescriptibles souffrances des milliers d’êtres humains innocents… sont inexpiables ». C’est cela que l’Histoire ne lui pardonnera pas ! C’est d’avoir souillé d’astuce et de cruauté la grande œuvre d’unité que des générations précédentes avaient entreprise ; d’avoir taché indélébilement l’histoire de la France.

Pour la majorité de la presse française et pour le peuple français par trop naïf et crédule, de Gaulle, cet instrument de braderie qui jamais durant la guerre d’Algérie ne fit preuve d’amour, de générosité et de dignité humaine, fut un objet d’admiration et d’enthousiasme. « Il était grand ! » Et voilà, ici, cette notion de grandeur qui sauve tout : « De Gaulle, ce grand homme ! »… Grand par la taille, oui, quand au reste !...

Sous le vocable de grandeur on exclut tout d’un coup le critère du bien et du mal. Pour celui qui est grand il n’est pas de mal. Il n’est aucune horreur qui puisse être imputée à crime à celui qui est grand ! Ce qui est « grand » est bien ; ce qui n’est pas « grand » est mal. Et pourtant, parmi sa génération de soldats, il y eut de grands hommes, de vrais, ceux-là : Leclerc, Juin, De Lattre de Tassigny… mais lui, de Gaulle, était d’une autre race, brutal, cynique, ambitieux, assoiffé d’honneurs, hautain, méprisant, discourtois, cassant, sans rien d’aimable dans l’insolence… craint de ses propres ministres. C’est Alain Peyrefitte qui aura le courage d’en parler dans ses mémoires et rapportera ces mots méprisants qu’il eut à l’égard des harkis lors du Conseil des Ministres du 4 mai 1962 : [b]« Les harkis, ce magma dont il faut se débarrasser sans attendre ! » Que de cynisme de la part d’un Chef d’Etat ! Et quand ce même Peyrefitte, pris de remords à la vue du désastre humain que représentait l’exode des Français d’Algérie exposera au « général Président », le 22 Octobre 1962, « le spectacle de ces rapatriés hagards, de ces enfants dont les yeux reflètent encore l’épouvante des violences auxquelles ils ont assisté, de ces vieilles personnes qui ont perdu leurs repères, de ces harkis agglomérés sous des tentes, qui restent hébétés… », De Gaulle répondra sèchement avec ce cynisme qu’on lui connaissait : « N’essayez pas de m’apitoyer ! »… On était bien loin du « C’est beau, c’est grand, c’est généreux la France ! »…

Cependant, ce qui est incompréhensible, c’est que tout le monde connaissait le personnage ; tout le monde savait cela, oui, mais voilà : « Il était grand ! »… C’était suffisant. Pour bon nombre de journalistes et d’historiens, être grand c’est le propre de ces êtres d’exception qu’ils appellent des héros. Et de Gaulle se retranchant derrière l’Histoire, en abandonnant à leur perte non seulement ses anciens compagnons d’armes, ses soldats qu’il avait entraînés dans « son » aventure (que l’on se souvienne de Mai 1958 !) mais encore, plus d’un million de Français à qui il devait tout et autant de fidèles Musulmans engagés politiquement et militairement parlant… sentait « que c’était grand » et son âme était en paix. Et il ne vient à l’idée de personne que reconnaître pour grand ce qui échappe à la mesure du bien et du mal, c’est seulement reconnaître son propre néant et son incommensurable petitesse. Du sublime au ridicule, il n’y a qu’un pas. Aux yeux du monde, de Gaulle l’a franchi…


Quelle responsabilité pour celui qui se déclarait le « sauveur de la France », pour celui qui avait « ramené la liberté », celui qui invoquait la grandeur morale, nationale et intellectuelle ! Rarement autant d’indifférence, d’immoralité politique et de vilenie furent mises au service d’une politique que l’on voulait faire passer pour pragmatique et généreuse.

Dans son livre « Les damnés de la terre », Alexis Arette (qui tenait l’information de Georges Bidault, l’ancien Président du Conseil National de la Résistance sous l’occupation allemande), rapporte l’anecdote suivante :

Lors de la conférence de Casablanca qui se tint du 14 au 24 janvier 1943 afin de préparer la stratégie des alliés après la guerre à l’égard de l’Europe, Churchill parvint à réunir non sans mal Giraud et De Gaulle en face de Roosevelt. Giraud était indispensable dans l’élaboration de cette stratégie. Général de grande valeur, à la tête de l'armée d'Afrique, il ne devait aucune de ses étoiles aux « arrangements politiques du temps » et jouissait d'un grand prestige aux yeux des Américains depuis son évasion, l'opération Torch et la prise d'Alger. Ces derniers le considérant, sans la moindre équivoque, comme le chef militaire de la France combattante envisageaient très sérieusement une coopération unifiée où tout naturellement sur le plan strictement militaire de Gaulle était placé hiérarchiquement sous ses ordres… ce que le « général micro » n’appréciait guère. Les deux hommes se détestaient... Tout les opposait e : le sens du devoir, la fidélité à la parole et à l'Etat, la valeur militaire, etc... Mais les Américains comprenant que le ralliement de l'Afrique dans sa globalité était nécessaire et que dans ce contexte Giraud qui restait loyal à Pétain - mais qu'ils considéraient comme infiniment plus fiable et d’une envergure supérieure à De Gaulle –était absolument incontournable. Churchill allait donc œuvrer pour mettre les deux hommes en face de Roosevelt et obtenir la fameuse poignée de main de circonstance dont la photo fera le tour du monde... Cependant Roosevelt, toujours frileux pour entrer en guerre en Europe, posa clairement la question aux deux officiers Français : « Les Etats Unis seraient susceptibles de débarquer en France à la condition que la France accepte d'ouvrir son empire au commerce américain et prenne l'engagement de décoloniser dans les trente ans ».

Giraud eut un haut de cœur et claqua la porte... De gaulle resta. On connaît la suite...

Peu de choses ont été dites officiellement sur le marchandage de cette entrevue et le refus de Giraud d'accepter les conditions honteuses du démantèlement de l'Empire Colonial Français, conditions auxquelles De gaulle souscrit sans le moindre scrupule...

Je me suis souvent demandé quel aurait été le sort de l’Algérie s’il n’y avait pas eu de Gaulle. L’Histoire aurait, assurément, été écrite différemment. A l’ordinaire, l’Histoire n’est qu’une résultante d’infiniment petites forces où chaque individu n’a que la part d’une composante élémentaire. Mais à certaines heures naissent des hommes qui résument en eux une force capable d’intégrer, d’orienter toutes les autres forces élémentaires de la nation. Ceux-là changent vraiment le destin des peuples et du monde. Ou plutôt ces hommes sont le destin… et de Gaulle en fait partie. Ainsi, concernant la guerre d’Algérie, l’Histoire, sous de Gaulle, nous a démontré qu’elle n’était jamais qu’un rocher imaginaire de gloire et de boue entraîné par des torrents de sang vers des absences de rivages… Et cette Histoire là, comme le sable, a bu les rêves et le sang de milliers d’hommes sans en être fécondée.



José CASTANO

e-mail : joseph.castano0508@orange.fr



« La France a jeté les harkis dans les basses-fosses de l'Histoire. Il y a eu 80.000 morts. Paris a systématiquement entravé leur sauvetage. De Gaulle est bel et bien complice d'un crime contre l’humanité. » Georges-Marc BENAMOU (Paris-Match N°2841 - 30/10- 5/11/2003)



« Le sens de l’Histoire, le grand vent de l’Histoire, sont des notions matérialistes et marxistes ; il n’y a pas de sens de l’Histoire, il n’y a pas de vent de l’Histoire, car ce qui fait l’Histoire, selon notre conception occidentale et chrétienne, qui est vérifiée par tous les faits historiques, c’est la volonté des hommes, c’est l’intelligence des hommes, ce sont leurs passions bonnes ou mauvaises. » (Colonel Jean BASTIEN-THIRY, polytechnicien, fusillé sur ordre de Gaulle, le 11 mars 1963, à 35 ans)



"De Gaulle a abandonné les Harkis : c'est son crime ; et le nôtre." (Jean DANIEL - dans le Nouvel Observateur - 15 septembre 2009)


« Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas, vous voyez bien que ce ne sont pas des Français ! Ceux qui prônent l'intégration ont une cervelle de colibri, même s'ils sont très intelligents. Essayez d'intégrer de l'huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d'un moment, ils se séparent de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber 10 millions de musulmans qui demain seront 20 millions, et après demain 40 ? Si nous faisons l'intégration, si tous les Arabes et Berbères d'Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s'installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s'appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées ! »(Charles de Gaulle, mars 1959… rapporté par Alain Peyrefitte dans ses mémoires)
-o-o-o-o-o-o-o-


Que reste t-il du gaullisme ? Un récent sondage IFOP nous apprend que 73% des français considèrent le Gaullisme comme "dépassé et ne voulant plus dire grand chose[/i]" contre 27% qui le considèrent comme "un courant important et toujours d'actualité".

-o-o-o-o-o-o-o-




<<L’APPEL DU 18 JUIN » ou LA MECONNAISSANCE DE L’HISTOIRE : http://www.algerie-francaise.org/cgi-bin/ultra/UltraBoard.pl?Action=ShowPost&Board=ddb&Post=1954&Idle=0&Sort=0&Order=Descend&Page=0&Session=lediabledudjebel.127605138968795



- Pour faire aboutir sa politique d'abandon de l'Algérie, De Gaulle a-t-il consciemment commis un crime d'Etat envers les Français d'Algérie?

Voir la lettre du 15 octobre 2009 de Jeune Pied-Noir à Jean DANIEL sur le site Internet de JPN : http://pagesperso-orange.fr/jeunepiednoir/jpn.wst/DeGaulle.htm

-o-o-o-o-o-o-o-


Communiqué du Cercle National des Combattants à propos de l’appel du 18 juin : http://infodiv.canalblog.com/archives/2010/06/16/18320727.html

-o-o-o-o-o-o-o-

- NOTRE DAME DE SANTA-CRUZ à PARIS 2010 : Cliquez sur : Lire la suite
o-o-o-o-o-o-o-



- Français, n’oubliez pas l’Indochine et le sacrifice de milliers de nos soldats ! 56ème anniversaire de la chute de Diên Biên Phu.

Cliquez sur ces liens : - http://www.wat.tv/video/56em-anniversaire-dien-bien-phu-2vec9_2iiil_.html

- http://www.youtube.com/watch?v=fU03NKTdiKE&feature=youtube_gdata

- Une guerre oubliée : celle de Corée : http://www.monsieur-legionnaire.org/index.php?option=com_content&view=article&id=142:coree-une-guerre-oubliee&catid=73:a-lhonneur&Itemid=83

(Cliquez sur la ligne : « Le GCA MAGRIN-VERNEREY, alias MONCLAR,… »

-o-o-o-o-o-o-o-



Charly CASSAN, journaliste, réalisateur, originaire de Cherchell, prépare un film sur le [i]cinquantenaire
de l’exode des Français d’Algérie. Son but : Rétablir la Vérité historique Visitez son site : http://reportage34.skyrock.com/ , vous y découvrirez, entre autres, le compte rendu des journées des 5 et 6 juin de Nice. Les commentaires valent le détour…

Pour tous documents que vous souhaiteriez lui transmettre, prenez contact avec lui :

e-mail: reportage34@yahoo.fr
-o-o-o-o-o-o-o-





Pour revoir tous les articles de José CASTANO, cliquer su : - Mes Articles –



Ses ouvrages, cliquez sur : -Ma Bibliographie –




Ses conférences, cliquez sur : - Mes Conférences –

Sa biographie, cliquer sur : - Ma Biographie -



En application des articles 27 et 34 de la loi dite "Informatique et libertés" No 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d'un droit de modification ou de suppression des données qui vous concernent. Vous ne recevrez jamais des courriels commerciaux ou pièces jointes de publicité de notre part. Vous pouvez vous rayer de cette diffusion à tout moment en faisant répondre », puis en tapant « NON »

Briard
Chef de section
Chef de section

Nombre de messages : 54
Opinions politiques : National-socialiste con vaincu

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charles de Gaulle

Message par Un Citoyen le Mar 31 Aoû - 13:55

L'homme de la Vème République qui ne doit pas être négligé, tant son action politique passé et sa pensée influence encore aujourd'hui notre vision de l'exercice du pouvoir.
Charles de Gaulle incarne très bien l'esprit politique Français : l'autorité matinée de liberté. Cet esprit qui, à mon sens, retire toute crédibilité à un fascisme Français organisé durant les année 1930, mais c'est une autre histoire.
L'on peut dire que nous avons eu de la chance d'avoir eu un homme tel que lui pour régler des problèmes piquants comme la crise Algérienne, tout comme les problèmes institutionnels Français qui tendaient à corrompre lentement la IVème République. En accordant l'indépendance à l'Algérie, pour le meilleur et pour le pire, De Gaulle a pu se recentrer sur ce qu'il considérait comme le plus important : la France et sa place dans le monde. Son arrivée au pouvoir a donné une impulsion non-négligeable à la modernité, afin que la France puisse s'accorder avec son temps : arme atomique, nouveau franc stabilisant l'économie, plan calcul, etc... Ainsi le pays devint un véritable coq, tentant de se séparer des deux blocs, quitte à agir avec complaisance à l'égard de l'URSS et de la Chine Maoïste, et d'aguicher Etats-Unis et Royaume-Uni.
En ce qui concerne les rouages de la politique, la Vème République du général de Gaulle est surprenante et audacieuse : mélanger parlementarisme et pouvoir présidentiel fort. Passé la peur d'un nouveau Coup d'Etat à la Louis-Napoléon Bonaparte suite au référendum de 1962 sur l'élection du président au suffrage universel direct, l'on s'est rendu compte que de Gaulle avait donné naissance à un régime stable. Certes, dictatorial pour certains (Glucksmann, Mitterrand), car conservant des pratiques bonapartistes claires, en particulier le référendum d'initiative populaire, qui assurait de fait le contrat de la Nation avec son président, et qui donna lieu à sa démission en 1969.
Quoi qu'il en soit, son héritage se perd de jour en jour, pour de bonnes et mauvaises raisons. La poussée du Parti Socialiste a montré que la démocratie fonctionnait toujours, et que le vote citoyen restait déterminant malgré la puissance du président. La constitution a cependant gravement évolué (mitraillée par des révisions constitutionnelles plus ou moins légales), et le régime ne va pas tarder à se proclamer présidentialiste, la faute au quinquennat et à l'inversion du calendrier électoral.
L'avenir nous montrera ce qu'il adviendra de la Vème République.
avatar
Un Citoyen
Colleur d'affiches
Colleur d'affiches

Nombre de messages : 18
Opinions politiques : Libéral Classique - Favorable à la Realpolitik

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charles de Gaulle

Message par SHERIFF le Jeu 9 Sep - 12:45

Je puis confirmer que De Gaulle perdit pied dans le conflit de 1968 sans que lcela ne diminue en rien la grande personnalité de l'Homme politique . Tous les casernements autour de Paris furent mis en état d'alerte ce qui est normal dans ce qui fut perçu à l'époque comme une révolte populaire. Les officiers de casernement furent même déplacés car on cragnait sérieusement que les appelés rejoignent le mouvement et que certains jeunes officiers ne soient pas insensible à l'appel des intellectuels qui leur était adressé.
De Gaule était fatigué.
Ce grand bourgeois ne pouvait admettre la chienlit qu'il n'avait pas vu monter de la base. Sa culture le poussait à regarder au-dessus des autres quand cette fois il aurait fallu qu'il baisse les yeux pour voir. il ne vit rien venir!
avatar
SHERIFF
Colleur d'affiches
Colleur d'affiches

Nombre de messages : 31
Age : 29
Opinions politiques : valeurs de gauche non partisanes

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charles de Gaulle

Message par Révolte le Dim 16 Déc - 22:35


__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charles de Gaulle

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum