Le droit à l'avortement

Page 15 sur 15 Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le droit à l'avortement

Message par Révolte le Jeu 9 Juin - 12:21

Je veux bien le comprendre, en attendant des millions d'enfants n'ont pu avoir le droit à la vie parce qu'on a mis dans le crâne des femmes que leurs libertés se trouvaient dans le salariat.
Odieux mensonge des bourgeoises !





__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit à l'avortement

Message par Docteur Saint James le Jeu 9 Juin - 15:54

des millions d'enfants n'ont pu avoir le droit à la vie

Un embryon a-t-il droit à la vie ? La question est complexe et il est difficile d'y répondre de façon tranchée. La loi fait le choix de couper la poire en deux : avant 12 semaines, non, après, oui (sachant que la durée de 12 semaines correspond à la limite des premiers courants électriques dans le cerveau).

parce qu'on a mis dans le crâne des femmes que leurs libertés se trouvaient dans le salariat.
Odieux mensonge des bourgeoises !

Le féminisme peut avoir des conséquences cyniques. Est-ce suffisant pour cracher sur le principe de l'émancipation de la femme ? Je ne crois pas. Car il faut bien distinguer un mouvement théorique et ses incarnations dans le monde réel. Le principe de la libération de la femme était et demeure une nécessité intellectuelle, philosophique et politique. Dans la réalité, ce mouvement a été fortement aidé par le capitalisme : le féminisme, non content d'avoir doublé le nombre de prolétaires, est aussi celui qui, indirectement, nous a rendu tolérants à l'homosexualité, à la « part de féminité en l'homme » et rendu possible la consommation massive de produits cosmétiques pour les hommes. Le féminisme a ouvert de nouveaux marchés : désormais les hommes s'épilent, bronzent, prennent soin de leur corps... comme les femmes. Cette convergence vers l'unisexe déplorée par Soral et Zemmour, la femme se transformant en homme et l'homme en femme, peut avoir des effets pervers, c'est certain.

Mais ce serait une grave erreur historique que de vouloir se réclamer du « bon vieux temps », où les enfants étaient mieux élevés parce que les femmes restaient au foyer à s'occuper d'eux et préparait de bons petits plats à leurs maris. Où les hommes étaient des gros durs qui savaient gifler leurs mômes avant qu'ils ne deviennent des délinquants. Car même si cette analyse est séduisante et apparemment sensée, elle est simpliste et dangereuse. Un progrès peut entrainer des difficultés qui ne se posaient pas avant que ce progrès n'intervienne : si l'on accepte cette critique du féminisme, on peut aussi accepter les critiques de la démocratie qui font valoir que ce progrès politique incontestable a entrainé le marasme. La démocratie repose sur la démagogie, la vente d'un programme politique, qui elle-même requiert une campagne marketing, des mensonges, des photos et des sondages truqués. C'est la démocratie qui a permis le fascisme. Elle encore qui change d'avis comme une girouette. Qui a mené a la fin de toute moralité en politique. Avec ces arguments, on est tenté de dire oui, la sagesse n'est pas compatible avec la multitude, et la démocratie est le capharnaüm de notre temps. On est tenté de se réfugier dans les bonnes vieilles recettes réactionnaires : « c'était mieux avant ». Avant, lorsqu'un chef charismatique et autoritaire dirigeait le pays d'une poigne de fer. Il n'y avait pas de démocratie, mais qu'importe ? Il y avait l'ordre, la sécurité, la prospérité... Alors, flashback sur les années de fer ?

Marx nous dit que le capitalisme est un progrès sans commune mesure dans l'histoire de l'humanité, qu'il met à disposition de la classe dominée les moyens de sa liberté future. Le féminisme, la démocratie, ne sont pas des mouvements idéaux qui nous ont transporté instantanément à la société parfaite. Mais ils sont des avancées considérables au regard de ce qui se pratiquait il y n'a pas si longtemps. Le capitalisme, en offrant à la femme le même esclavage qu'à l'homme, lui a donné l'égalité. Une égalité sinistre, mais qui sera utile à la femme de demain, dans la société de demain. Pour le marxisme, les mouvements imparfaits ne doivent pas alimenter la tentation réactionnaire, grande ennemie du marxisme ; les mouvements imparfaits d'aujourd'hui trouvent leur sens dans leur aboutissement historique, la société de demain ; la société communiste.
avatar
Docteur Saint James
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 3971
Age : 27
Opinions politiques : Marxisme libertaire
Activité politique : Lecture & débat

Voir le profil de l'utilisateur http://henry-saint-james.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit à l'avortement

Message par Révolte le Jeu 9 Juin - 21:26

La question est complexe et il est difficile d'y répondre de façon tranchée. La loi fait le choix de couper la poire en deux : avant 12 semaines, non, après, oui (sachant que la durée de 12 semaines correspond à la limite des premiers courants électriques dans le cerveau).
La loi ne dit pas le vrai ou le juste. Un embryon est un nourrisson potentiel, une vie en cours de développement .
Pourquoi les femmes ne gardent pas ce futur enfant? La plupart ne sont pas nés de viols ou d'aventures d'une nuit. Il n'existe pas de raison de supprimer cette future vie, mais voilà que les contraintes de la vie d'homme les empêche d'avoir tout espoir maternel. Ces mêmes contraintes que les féministes osent nommer liberté.

L'avortement une liberté pour les femmes? Non, juste une vie supprimée, une femme souvent traumatisée et homme la plupart du temps dégoûté.

Est-ce suffisant pour cracher sur le principe de l'émancipation de la femme ? Je ne crois pas.
L'émancipation, c'est l’affranchissement à une servitude. Aujourd'hui, les femmes sont-elles plus libre qu'avant? Bien peu, autrefois elle est tenue d'entretenir le foyer (une tâche qui leur incombe toujours) et aujourd’hui elles sont obligée de travailler (qui peut nourrir une famille avec un seul salaire de prolo?).

Une idée répandue dans la société est que les individus travaillent moins qu'avant. Est-ce vrai? Prenons le couple moyen d'autrefois: L'homme travaillait 8/10/12h puis lorsqu'il finissait sa journée, il rejoignait sa femme qui avait quand à elle le rôle du foyer, un rôle non marchand.
Les enfants avaient une présence, un encadrement.

Aujourd'hui, l'homme travaille 7heures, la femme autant, ce qui nous fait 14 heures de travail contre 12 au maximum.
Il leur reste à prendre en charge le travail intrinsèque au foyer. Au mieux, les tâches sont séparées: Combien d'heures cela représente-il encore?
Pour réussir à concilier tout cela, il faut avoir des horaires décalés, un exemple frappant serait un homme qui fait 7H/14H et une femme 14H/21H.

Où peut résider la valeur famille dans un tel contexte.? Nulle part, évidemment.
Bienvenue dans l'ère d'une société sous anti-dépresseur consommant du porno et sex-toys à outrance.
Il faut bien ça pour entendre dire par l’éducation nationale que nos enfants sont mal élevés, par les bourgeois stupides qu'on est des feignants, par des féministes ridicules qu'on est un objet ou un salaud en puissance.

Mais ce serait une grave erreur historique que de vouloir se réclamer du « bon vieux temps », où les enfants étaient mieux élevés parce que les femmes restaient au foyer à s'occuper d'eux et préparait de bons petits plats à leurs maris.
Tu fais bien de mentionner la nourriture.

Un progrès peut entrainer des difficultés qui ne se posaient pas avant que ce progrès n'intervienne : si l'on accepte cette critique du féminisme, on peut aussi accepter les critiques de la démocratie qui font valoir que ce progrès politique incontestable a entrainé le marasme. La démocratie repose sur la démagogie, la vente d'un programme politique, qui elle-même requiert une campagne marketing, des mensonges, des photos et des sondages truqués. C'est la démocratie qui a permis le fascisme.
C'est une vérité. La seule démocratie qui est un semblant d'honneur est la démocratie directe appliquée en Suisse. Lorsque le pouvoir appartient au peuple.


On est tenté de se réfugier dans les bonnes vieilles recettes réactionnaires : « c'était mieux avant ». Avant, lorsqu'un chef charismatique et autoritaire dirigeait le pays d'une poigne de fer. Il n'y avait pas de démocratie, mais qu'importe ? Il y avait l'ordre, la sécurité, la prospérité... Alors, flashback sur les années de fer ?
Avant c'était les Rois... Je ne crois pas que tous ont géré le pays d'une façon atroce, bien au contraire.

Pour le marxisme, les mouvements imparfaits ne doivent pas alimenter la tentation réactionnaire, grande ennemie du marxisme
A noter que Soral et Zemmour sont des "penseurs" se réclamant être réactionnaire et marxiste.

Pour le marxisme, les mouvements imparfaits ne doivent pas alimenter la tentation réactionnaire
Et que peut-on faire d'autre?

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit à l'avortement

Message par Docteur Saint James le Jeu 9 Juin - 23:31

La loi ne dit pas le vrai ou le juste.

Pour sûr. Je dis seulement qu'elle prend le parti de couper la poire en deux dans un débat philosophique difficilement solvable.

Un embryon est un nourrisson potentiel, une vie en cours de développement.

Si l'on part du principe du potentiel alors n'importe quoi est un nourrisson potentiel. A commencer par un spermatozoïde. N'importe qu'elle pierre, n'importe qu'elle motte de terre, porte en elle plusieurs atomes qui demain viendront constituer un être humain. La seule différence, c'est que dans le cas de l'embryon, c'est petit, touchant, ça saigne. Mais ce n'est là que sensationnalisme, et ça n'est nullement un argument. Le fait est qu'il doit bien y avoir une limite entre ce qui est humain et qui a le droit à la vie, et ce qui ne l'est pas et qui n'a aucun droit. L'argument de l'humain « potentiel » est trop faible, trop flou. Presque tout et n'importe quoi sur cette terre est un être humain potentiel.

Pourquoi les femmes ne gardent pas ce futur enfant?

Pour mille et une raisons, souvent mauvaises. Mais cela suffit-il pour interdire le principe même de l'avortement ? Dans de nombreux cas, la venue d'un enfant peut être une catastrophe.

A titre personnel, je pencherais plutôt pour des campagnes de sensibilisation, car on ne peut nier que l'avortement pose un problème moral, et que moins il y en a, mieux c'est pour tous. D'autre part, il faut encourager les mères à préférer l'accouchement sous X et la prise en charge de ces enfants dans des orphelinats, où ils pourront être ensuite adoptés.

Il n'existe pas de raison de supprimer cette future vie.

La question serait plutôt : en existe-t-il une de l'accepter ? Le droit d'un être potentiel peut-il être plus fort que le droit d'un être déjà pleinement vivant ? Mon avis n'est pas tranché, mais je veux seulement montrer que la question est complexe et qu'elle ne peut pas être résolue facilement.

mais voilà que les contraintes de la vie d'homme les empêche d'avoir tout espoir maternel. Ces mêmes contraintes que les féministes osent nommer liberté.

Ce n'est pas seulement à cause des contraintes du salariat que les femmes avortent. Même si je partage pleinement cette analyse et cette critique, l'avortement peut être une nécessité pour une femme seule et sans ressource, ou pour une femme trop jeune pour assumer sa maternité (même si, comme je l'ai dit plus haut, favoriser l'accouchement sous X serait une meilleure chose dans ces cas-là). Mais l'avortement clandestin existait déjà bien avant l'avènement du capitalisme et du salariat, et on ne peut pas tout réduire à une sorte de « complot » orchestré par le système.

L'avortement une liberté pour les femmes? Non, juste une vie supprimée, une femme souvent traumatisée et homme la plupart du temps dégoûté.

Aucun pro-avortement ne défend que les avortements sont une partie de plaisir. Du reste, la dépénalisation de l'avortement est une nécessité pour ne pas voir réapparaitre les avortements clandestins qui mettent gravement en danger la mère.

L'émancipation, c'est l’affranchissement à une servitude. Aujourd'hui, les femmes sont-elles plus libre qu'avant? Bien peu, autrefois elle est tenue d'entretenir le foyer (une tâche qui leur incombe toujours) et aujourd’hui elles sont obligée de travailler (qui peut nourrir une famille avec un seul salaire de prolo?).

La société capitaliste n'est pas une société libre, tout le monde le sait, et seul sont renversement apportera la liberté réelle. L'entrée des femmes dans la servitude salariale jusqu'ici réservée aux hommes réalise leur égalité et leur conscience de classe. D'ailleurs, les féministes marxistes du XIXème siècle militaient pour le droit des femmes à travailler !

Une idée répandue dans la société est que les individus travaillent moins qu'avant. Est-ce vrai? Prenons le couple moyen d'autrefois: L'homme travaillait 8/10/12h puis lorsqu'il finissait sa journée, il rejoignait sa femme qui avait quand à elle le rôle du foyer, un rôle non marchand.
Les enfants avaient une présence, un encadrement.

Aujourd'hui, l'homme travaille 7heures, la femme autant, ce qui nous fait 14 heures de travail contre 12 au maximum.
Il leur reste à prendre en charge le travail intrinsèque au foyer. Au mieux, les tâches sont séparées: Combien d'heures cela représente-il encore?
Pour réussir à concilier tout cela, il faut avoir des horaires décalés, un exemple frappant serait un homme qui fait 7H/14H et une femme 14H/21H.

L'homme d'autrefois travaillait plutôt 14, voire 16 heures par jour. Les avancées liées au droit du travail sont difficilement contestables. L'aliénation de l'homme actuel, à mon humble avis, ne se remarque plus par des journées démesurées de travail, mais par un répartition servile du temps entre travail et consommation, qui toutes deux sont un travail au profit du capital. Le prolétaire d'hier était esclave à l'usine ; aujourd'hui il est esclave à plein temps. Même ses désirs lui sont dictés par le système.

C'est une vérité. La seule démocratie qui est un semblant d'honneur est la démocratie directe appliquée en Suisse. Lorsque le pouvoir appartient au peuple.

Nous sommes d'accord. Le diagnostic sur la démocratie est bon, c'est la conclusion réactionnaire qui est erronée.

Avant c'était les Rois... Je ne crois pas que tous ont géré le pays d'une façon atroce, bien au contraire.

Personne ne dit que les rois étaient de mauvais chefs. Il n'y a pas besoin qu'un chef soit mauvais ou cruel pour qu'on est raison de le renverser et de le remplacer par la démocratie réelle. Les rois, mêmes bons et justes doivent être renversés par principe, parce qu'aucun homme n'a le droit de commander la vie d'un autre. Que la démocratie fasse apparaitre des problèmes est une autre question, qui ne justifie pas le retour à la monarchie, même s'il y a eu des monarchies meilleures que notre République.

A noter que Soral et Zemmour sont des "penseurs" se réclamant être réactionnaire et marxiste.

Ce qui est d'autant plus édifiant. L'analyse marxiste et l'analyse réactionnaire ont énormément de points communs, comme Soral aime à le rappeler. C'est sur leurs conclusions que les deux pensées divergent radicalement. Marx voit ces mouvements (la démocratie, le féminisme) comme des avancées historiques encore pleines de défauts mais qui préparent la future société communiste, alors que les réactionnaires les voient comme les signes évident qu'un retour en arrière est nécessaire. Ils partagent le même constat mais en tirent des conclusions opposées. Les réactionnaires disent « aujourd'hui, c'est nul, hier c'était mieux ! », mais les marxistes disent « aujourd'hui c'est nul, demain ce sera mieux ! ».

Pour le marxisme, les mouvements imparfaits ne doivent pas alimenter la tentation réactionnaire
Et que peut-on faire d'autre?

Le capitalisme est une étape de l'histoire. Cette étape est imparfaite mais elle a tiré l'homme d'une servitude passée bien plus obscure que celle que nous connaissons. Les pouvoirs des seigneurs, des superstitions, de la religion, ont été balayé.

Côté positif du salariat

Avant de conclure, il faut encore attirer l’attention sur le côté positif du salariat.

1. Lorsqu’on dit : côté positif du salariat, on dit : côté positif du capital, de la grande industrie, de la libre concurrence, du marché mondial et je n’ai pas besoin de vous expliquer que sans ces rapports de production, ni les moyens de produc­tion, ni les ressources maté­rielles pour la libération du prolétariat et la création d’une nouvelle société n’auraient été créés, ni le prolétariat n’aurait entrepris lui-même son union et son développement qui le rendront vraiment capable de révolutionner l’ancienne société ainsi que lui-même. Compensation du salaire.

Karl Marx, Travail salarié et capital, Annexe C, 1847
avatar
Docteur Saint James
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 3971
Age : 27
Opinions politiques : Marxisme libertaire
Activité politique : Lecture & débat

Voir le profil de l'utilisateur http://henry-saint-james.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit à l'avortement

Message par Révolte le Lun 13 Juin - 22:44

Pour sûr. Je dis seulement qu'elle prend le parti de couper la poire en deux dans un débat philosophique difficilement solvable
Elle n'a pas de véritable valeur:

Si l'on part du principe du potentiel alors n'importe quoi est un nourrisson potentiel. A commencer par un spermatozoïde. N'importe qu'elle pierre, n'importe qu'elle motte de terre, porte en elle plusieurs atomes qui demain viendront constituer un être humain. La seule différence, c'est que dans le cas de l'embryon, c'est petit, touchant, ça saigne
La véritable différence est qu'une pierre reste une pierre, un embryon devient un homme.


Pour mille et une raisons, souvent mauvaises. Mais cela suffit-il pour interdire le principe même de l'avortement ? Dans de nombreux cas, la venue d'un enfant peut être une catastrophe.
Je ne souhaite pas que l'IVG soit interdit. Il n'empêche que les femmes y ont souvent recours parce qu'avoir un enfant est incompatible avec la vie d' homme ou plus exactement avec une vie professionnelle active.
On a fait croire aux femmes que l'avortement était une liberté alors que c'est une obligation pour intégrer leur salariat.
Tout comme l'idéologie dominante présente le travail des femmes comme une liberté alors que c'est devenu une obligation pour chacune d'entre elle.


La question serait plutôt : en existe-t-il une de l'accepter ? Le droit d'un être potentiel peut-il être plus fort que le droit d'un être déjà pleinement vivant ? Mon avis n'est pas tranché, mais je veux seulement montrer que la question est complexe et qu'elle ne peut pas être résolue facilement.
vie
Ce sont d'excellentes questions.


Ce n'est pas seulement à cause des contraintes du salariat que les femmes avortent. Même si je partage pleinement cette analyse et cette critique, l'avortement peut être une nécessité pour une femme seule et sans ressource, ou pour une femme trop jeune pour assumer sa maternité
Tu sais, il eut une époque où les femmes accouchées avant 30 ans (je te promet que c'est vrai !) et elles s'occupaient très bien de leurs enfants.
Je vais faire une généralité, mais la plupart des femmes jeunes avortent parce qu'elles n'ont pas de diplômes et qu'elles n'ont pas de revenus, soucis qu'elles n'avaient pas avant.
Et puis, il n'y'a pas que pour les avortements que ça pose problème. Il y'a des milliers de jeunes femmes qui rêvent d'avoir un enfant et doivent si refuser pour satisfaire le désir des bourgeoises ou marxistes qui les a jetés en pâture au patronat.


Aucun pro-avortement ne défend que les avortements sont une partie de plaisir. Du reste, la dépénalisation de l'avortement est une nécessité pour ne pas voir réapparaitre les avortements clandestins qui mettent gravement en danger la mère.
+1

L'homme d'autrefois travaillait plutôt 14, voire 16 heures par jour. Les avancées liées au droit du travail sont difficilement contestables.
1848: la journée de travail est limitée à 12 heures.
1900: la journée de travail est limitée à 10 heures
1919: la journée de travail est limitée à 8 heures

Ces avantages ne sont pas contestables, je dis simplement qu'il faut mieux être né après 1919 qu'après 1968 car la somme de travail effectuée par famille aujourd'hui est plus importante .

J'ai fait une rapide recherche et le premier message que je lis sur Doctissimo est le suivant (c'est plutôt mal écrit) :
bien sur que c est devenu une obligation !!!!sinon pas de quoi finir les fins de mois !! on n y arrive déjà pas avec deux salaires !!!ce que j aimerais ne pas travailler et prendre le temps d élever mes enfants, de m occuper de ma maison, des repas...etc....il y a tellement à faire, obliger de tout " bacler" pour avoir le temps de tout faire, et surtout pas suffisament de temps à passer avec mon petit bout de choux, obliger de la mettre chez une nounou qui fait son éducation à ma place !!!!les boules....travailler uniquement pour payer des taxes des surtaxes, des impots, des augmentation de gaz, edf, telephone, l essence.........

Je te met le lien :
http://forum.doctissimo.fr/viepratique/finances/travail-liberte-obligation-sujet_84_1.htm


Le capitalisme est une étape de l'histoire. Cette étape est imparfaite mais elle a tiré l'homme d'une servitude passée bien plus obscure que celle que nous connaissons. Les pouvoirs des seigneurs, des superstitions, de la religion, ont été balayé
Il faut encore me le prouver.
Tu sais, les féministes ont fait passer les hommes d'autrefois comme de vulgaires salauds, des hommes qui dominaient sauvagement leurs compagnes, les violentaient et les privaient de toutes libertés.
La vérité est que la plupart de ces hommes étaient des hommes aimant, ne jurant que par leurs femmes. On a vite fait de prendre une minorité pour en faire une généralité.
Rien ne me prouve que le système féodal est moins bon que le système capitaliste.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit à l'avortement

Message par Révolte le Dim 16 Juin - 21:16

http://www.mamma.ch/fr/bon-a-savoir/ce-que-l-avortement-cause-a-un-bebe/

Je suis tombé là dessus, les images vous font-elles réagir?

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit à l'avortement

Message par nationaliste36 le Jeu 27 Juin - 17:25

Je ne souhaite pas que  l'IVG soit interdit. Il n'empêche que les femmes y ont souvent recours parce qu'avoir un enfant est incompatible avec la vie d' homme ou plus exactement avec une vie professionnelle active. [/quote]

On a fait croire aux femmes que l'avortement était une liberté alors que c'est une obligation pour intégrer leur salariat.
Tout comme l'idéologie dominante présente le travail des femmes comme une liberté alors que c'est devenu une obligation pour chacune d'entre elle.

Soit la femme a de plus en plus recours à l’IVG et alors ? J’estime que c’est son corps, elle a la liberté de choisir. On ne va pas revenir à l’ancien temps comme disait docteur saint James avec la mère au foyer à s’occuper des enfants, c’est une honte et un déshonneur pour la femme. Elle ne pouvait décidément pas participer sérieusement à la vie politique, aux activités citoyennes, à la vie tout court.

Tu pars du principe que la femme en s’avortant elle tue un être vivant mais est ce que tu te rends compte qu’une femme qui se retrouve condamné à élever un enfant qu’elle ne voulait pas est aussi un crime envers cette femme ? Envers sa liberté. Surtout que je suis sur que pratiquement aucun homme n’accepterai de porter un enfant 9 mois et de rester à la maison s’en occuper s’il en avait le pouvoir. Alors je trouve ça amusant quand un homme accuse la femme d’être une meurtrière alors que elle essaye juste de mener sa vie comme elle le veut, pouvoir être heureuse et sans contrainte.

Tu parles d’obligation d’intégrer le salariat mais te rend tu compte que c’est le travail qui forge l’individu, qui le construit ? En sois une femme qui ne travail pas ne peux pas se découvrir pleinement, elle ne connait pas toutes ses capacités, ses compétences en effet, puisqu’elle ne les met pas en pratique. Donc bien au contraire les femmes sont heureuses de pouvoir enfin s’exprimer et s’épanouir dans le travail.

Donc certes, il y a une partie de ces femmes qui se retrouvent coincés parce qu’elles ne pourraient trouver de travail avec des enfants à charges mais aujourd’hui il y a énormément d’aides qui ont été créées, de nombreux droits et de lois qui ont été adoptés donc les femmes aujourd’hui ont le choix et c’est ne certainement as en leur retirant l’avortement que l’on va leur permettre de s’épanouir, au contraire ont leur retire la liberté de choisir. Donc cette fois ci se sera ceux qui auront voté contre l’avortement qui auront réduit le rôle, la voix  de la femme. Je trouve castrateur personnellement.

Oh c’est loin d’être une minorité, les hommes pendant cette période avaient tout les pouvoirs et en abusaient assurément. Peut être es tu mal à l’aise de te retrouver d'égal à égal avec une femme ?!
avatar
nationaliste36
Colleur d'affiches
Colleur d'affiches

Nombre de messages : 20
Age : 21
Opinions politiques : droite/ FN

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit à l'avortement

Message par paulau le Jeu 4 Juil - 10:17

Avorter c'est tuer.

paulau
Colleur d'affiches
Colleur d'affiches

Nombre de messages : 34
Opinions politiques : droite conservatrice

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit à l'avortement

Message par Kennedy-IX le Sam 6 Juil - 1:57

tuer c'est mal.
avatar
Kennedy-IX
Orateur
Orateur

Nombre de messages : 140
Opinions politiques : Un chef, un peuple, une nation
Activité politique : LVF

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit à l'avortement

Message par Révolte le Sam 6 Juil - 14:04

undefined a écrit:On ne va pas revenir à l’ancien temps comme disait docteur saint James avec la mère au foyer à s’occuper des enfants, c’est une honte et un déshonneur pour la femme.
Bouh ! Quelle honte, ces femmes qui élevaient des enfants ! Mais le pire reste que malgré tout la diabolisation de la femme mère, certaines veulent encore le devenir.

undefined a écrit:Elle ne pouvait décidément pas participer sérieusement à la vie politique, aux activités citoyennes, à la vie tout court.
N'importe quoi ! De tout temps les femmes ont travaillé. Et si son mari pouvait à lui seul s'occuper des tâches les plus dures, les femmes pouvaient s'occuper de la santé, des organisations communales etc.
Il fût une époque où c’était les femmes qui avait en main le côté associatif et social de la société. Aujourd'hui, enchaînée par des vendeurs de liberté à faire caissière à Auchan en plus de la famille, elles ne peuvent participer comme tu dis à la vie tout court.

Tu parles d’obligation d’intégrer le salariat mais te rend tu compte que c’est le travail qui forge l’individu, qui le construit ? 
Sors tes sornettes à une technicienne de surface !

Peut être es tu mal à l’aise de te retrouver d'égal à égal avec une femme ?!
C'est toujours la même rengaine, si l'on est pas d'accord avec une tendance de la société, on est un méchant misogyne, un méchant sexiste, un méchant raciste.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit à l'avortement

Message par nationaliste36 le Dim 7 Juil - 7:43

Dans ce cas tu serais d’accord pour faire père au foyer alors ? Et la soit dit en passant, les femmes sont mère au foyer le plus souvent par contrainte.

Qu’est ce que c’est déplaisant de dialoguer avec une personne qui a peu de culture… je vais te donner quelques exemples, 80% de l’activité domestique repose sur les femmes (donc tes hommes qui s’occupent soit dis en les taches les plus dures je me demande où ils sont), une femme par jour va consacrer 3h aux taches ménagères, les hommes seulement 40 minutes. En politique en France, sur 100 places au parlement, 18.9 sont occupés par des femmes. Donc nous sommes bien loin de la parité, de 50% de femmes en politique.

Cultive toi un peu, fais de la sociologie parce que tu as une vision du monde complètement absurde, ouvre ton esprit, je ne peux décidément pas te faire un cours de sociologie sur le travail et ses bien faits (bien sur pour les bons à rien qui ne pensent qu’à rester chez eux c’est complètement absurde cette idée la je te l'accorde) mais oui tu trouveras dans plusieurs ouvrages et même n’importe où que le travail est cause d’intégration social et d’épanouissement personnel.

Ce n’est pas le fait que tu ne sois pas d’accord, c’est POURQUOI tu n’es pas d’accord. Tu as des propos qui relèvent du machiste oui. Mais bon heureusement tu n’as pas l’air d’être un homme qui occupe une place importante dans la société donc les femmes n’en seront que peu touchées par ton mépris envers elles.
avatar
nationaliste36
Colleur d'affiches
Colleur d'affiches

Nombre de messages : 20
Age : 21
Opinions politiques : droite/ FN

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit à l'avortement

Message par Révolte le Dim 7 Juil - 9:17

donc tes hommes qui s’occupent soit dis en les taches les plus dures je me demande où ils sont
Ils sont à l'usine... 30% des femmes travaillent à temps partiel contre 6% chez les hommes.


__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit à l'avortement

Message par nationaliste36 le Ven 12 Juil - 9:47

oh ba il est beau ton exemple!!
En gros tu insinues que les femmes sont beaucoup trop feignantes pour travailler à temps plein?!
qu'est ce que je ne lis pas là!!
Tu viens de citer encore une fois un exemple d'inégalité entre les hommes et femmes sans t'en rendre compte. Ce ne sont pas les femmes qui décident de travailler à temps partiels, mais elles n'ont pas le choix parce que c'est les seuls postes qu'on leur propose puisque tous les postes à hautes responsabilités sont occupés par des hommes. Et le travail à temps partiels fait encore partie de la contrainte d'avoir un enfant, puisque souvent les femmes l'acccepent aussi puisqu'il faut qu'elles s'occupent des enfants étant donnés que le mari travaille beaucoup trop tard et puis pas question de réduire son temps de travail au pauvre petit chou ceci risquerait de mettre à mal sa carrière.
avatar
nationaliste36
Colleur d'affiches
Colleur d'affiches

Nombre de messages : 20
Age : 21
Opinions politiques : droite/ FN

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit à l'avortement

Message par Révolte le Mar 8 Oct - 10:37

En gros tu insinues que les femmes sont beaucoup trop feignantes pour travailler à temps plein?!
qu'est ce que je ne lis pas là!!
Tu interprètes, et tu interprètes très mal.

Tu viens de citer encore une fois un exemple d'inégalité entre les hommes et femmes sans t'en rendre compte. Ce ne sont pas les femmes qui décident de travailler à temps partiels, mais elles n'ont pas le choix
Que le rapport hommes/femmes travaillant à temps partiel ne soit pas égalitaire, ne me choque absolument pas.
Est-ce qu'un instant, tu peux t'imaginer que ce sont les femmes qui demandent plus de partiel que les hommes parce qu'elles le veulent ainsi. Les temps partiels sont souvent demandés par les femme pour leurs enfants. Peux-tu comprendre qu'une femme qui à porté un enfant neuf mois, qui en as accouché à aussi l'envie de s'en occuper? Quitte a sacrifier leur temps de travail.
Puis quel travail qu'être caissière à Auchan...

Et le travail à temps partiels fait encore partie de la contrainte d'avoir un enfant, puisque souvent les femmes l'acccepent aussi puisqu'il faut qu'elles s'occupent des enfants étant donnés que le mari travaille beaucoup trop tard et puis pas question de réduire son temps de travail au pauvre petit chou ceci risquerait de mettre à mal sa carrière.
On a bien compris que selon toi, le fait d'avoir un enfant est une contrainte. Une contrainte pour la femme qui souvent l'a souhaité? Non, pour le travail bien sûr, la production y'a que ça de vrai.
Le reste de ce que tu dis n'a aucun sens.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit à l'avortement

Message par paulau le Jeu 17 Oct - 11:15

Avorter c'est tuer.

paulau
Colleur d'affiches
Colleur d'affiches

Nombre de messages : 34
Opinions politiques : droite conservatrice

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le droit à l'avortement

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 15 sur 15 Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum