Chypre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chypre

Message par Camarade Troska le Mar 19 Mar - 15:10

Alors que l'Eurogroupe a légèrement assoupli sa position sur les conditions d'octroi du plan de sauvetage à Chypre, qui prévoit une taxation des dépôts bancaires, le gouverneur de la Banque centrale chypriote a prévenu mardi 19 mars que le projet de loi amendé, qui exonère de taxes les petits déposants chypriotes, ne permettra pas de lever les 5,8 milliards d'euros exigés par le plan d'aide.
Panicos Demetriades a estimé qu'exonérer les dépôts de moins de 20 000 euros, comme le prévoit ce projet de loi qui sera examiné en fin de journée, ne suffira pas. "Si nous garantissons 5,5 milliards (d'euros), cela sera considéré comme une rupture de l'accord et celui-ci ne sera probablement pas accepté", a-t-il dit, cité par l'agence CNA.

Le plan de sauvetage, conclu dans la nuit de vendredi à samedi entre Chypre, l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) devrait frapper durement les avoirs russes, très importants sur l'île (jusqu'à 30 milliards de dollars selon l'agence Moody's). Cette disposition a été mal accueillie dans le pays et a semé temporairement le trouble sur les marchés.

Le ministre des finances chypriotes Michalis Sarris doit se rendre mardi 19 mars à Moscou, où il pourrait négocier un nouveau prêt russe à l'île. La Russie a dénoncé lundi comme "injuste" et "dangereuse" l'idée d'une taxe sur les dépôts bancaires, dont le coût représente potentiellement des milliards d'euros pour les fortunes russes placées sur l'île. Le ministre des finances russe, Anton Silouanov, a regretté une décision prise selon lui sans concertation et menacé de revenir sur sa proposition d'assouplir les conditions du crédit de 2,5 milliards de dollars accordé à Nicosie en 2011.

Le Parlement chypriote doit se prononcer mardi sur ce plan : le projet révisé prévoit d'exonérer de taxes des dépôts bancaires inférieurs à 20 000 euros, maintenant à 6,75 % la taxation des dépôts compris entre 20 000 et 100 000 euros et à 9,9 % les épargnes supérieures.

RENVOI DE BALLE

Répliquant aux atermoiements russes, Wolfgang Schäuble, ministre des finances allemand, a déclaré mardi que "quiconque (plaçait) son argent dans des pays où il (payait) moins d'impôts, peut-être aussi où il est moins contrôlé" devait en assumer le risque.

Alors que la paternité du plan annoncé samedi fait toujours débat, les responsables européens se renvoyant la balle quant à savoir qui a eu l'idée de taxer tous les épargnants même les plus petits, M. Schäuble a précisé que "bien sûr" il avait insisté pour que les clients des banques chypriotes soient mis à contribution.

A Paris, le ministre des finances Pierre Moscovici a réaffirmé mardi à la presse avoir "plaidé l'exemption des dépôts sous 100 000 euros depuis le départ", a-t-il affirmé à la presse au lendemain d'une nouvelle réunion, téléphonique, avec ses homologues de la zone euro, pour rectifier le tir .

"Ce que propose l'Eurogroupe, c'est une répartition différente des taux", avec un rendement inchangé de 5,8 milliards, a expliqué Pierre Moscovici. Selon lui, "le principe selon lequel les dépôts sont intouchables en-dessous de 100 000 euros est un principe très ancré en Europe" et "la taxe a été comprise comme une remise en cause de ce principe".

Le ministre des finances grec, Yannis Stournaras, a affirmé que les principales banques grecques se tenaient prêtes à aider leurs voisines en rachetant les filiales grecques des trois banques chypriotes, qui sont fermées jusqu'à jeudi. La Grèce "est prête à acquérir l'actif et le passif des filiales (des banques) chypriotes en Grèce", a indiqué le ministre à la suite d'un entretien avec le premier ministre grec Antonis Samaras sur les résultats de la téléconférence des ministres des finances de la zone euro lundi consacrée à Chypre.

Il a également indiqué que les agences des trois banques chypriotes présentes en Grèce, Bank of Cyprus, Cyprus Popular Bank (CPB) et Hellenic Bank, resteront fermées en Grèce jusqu'à jeudi, comme les banques de Chypre. Les trois principales banques grecques, la Banque nationale de Grèce (BNG), première du secteur en cours de fusion avec Eurobank, Alpha Bank, la Banque du Pirée et Hellenic Postbank, toutes en voie de recapitalisation via les fonds de la zone euro et du FMI, auraient émis leur intérêt pour absorber les filiales chypriotes, a confirmé une source bancaire grecque à l'AFP ayant requis l'anonymat. "Il faut environ un milliard d'euros pour financer ce plan", a souligné cette source.

Bien l'irrationalité complète de ce système de casino géant ?

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chypre

Message par kind of blue le Mar 19 Mar - 21:29

Peu importe avec quelle pensée économique on voit ce choix, il apparaît comme absurde.

Démarche Keynésienne: Le peuple va perdre de l'argent qui ne pourra pas être utiliser. Le système va ralentir fatalement.

Démarche libérale: Les marchés vont s'affoler et devenir instable.


C'est simplifié à l'extreme mais ça représente bien l'absurdité de ce système...
avatar
kind of blue
Académicien
Académicien

Nombre de messages : 1292
Age : 21
Opinions politiques : éducationniste et socialiste

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum