Le protectionnisme pour défendre notre modèle social

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le protectionnisme pour défendre notre modèle social

Message par economic dream le Dim 15 Juil - 17:35

Bonjour à tous,

Il est illogique de défendre notre modèle social tout en prônant le libre-échange absolu.
En effet, celui qui dit libre-échange absolu, dit libre-circulation du capital.
Une entreprise peut donc s'installer là où elle veut , et elle ira très souvent là où les salaires sont les plus faibles.
Le salarié français et le salarié chinois sont donc mis en concurrence frontale puisque rien n’empêche l'entreprise de délocaliser en Chine.
Par conséquent, les salaires français sont mis sous pression puisque l'entreprise peut faire chanter les salariés en menaçant de partir à l'étranger.
2 conséquences perverses pour le modèle social : la pression sur les salaires engendre un manque de cotisations sociales et la destruction d'emplois via les délocalisations et les restructurations.

L'absence de frontières économiques met le salarié français , qui bénéficie d'une protection sociale , sur le même pied d'égalité avec des salariés chinois, ne bénéficiant pas de protection sociale.
Cette absence de protectionnisme est néfaste pour le modèle social français et pour les conditions de travail des salariés des pays en voie de développement ( course vers le moins-disant social, fiscal et environnemental pour attirer les multinationales). C'est donc celui qui pénalise le plus ses salariés qui est récompensé et qui aura de l'emploi.
C'est tout simplement un mécanisme pervers : les trop faibles cotisations sociales dans ces PVD ne permettent pas de créer un modèle social et dès que le gouvernement veut améliorer les conditions de travail, les multinationales vont menacer de s'en aller vers un pays moins développé où elles peuvent exploiter comme elles veulent les salariés.
A terme, le modèle social devient un désavantage concurrentiel dans ce système et donc notre modèle social est affaibli.

Il faut donc protéger notre modèle social en pénalisant via des taxes d'importations les pays qui "prostituent " leurs travailleurs et qui n'ont pas de modèle social.
Sinon; tous les mécanismes de protection sociale disparaîtront partout dans le monde.

economic dream
Chef de section
Chef de section

Nombre de messages : 91
Age : 22
Opinions politiques : Gauche radicale et souverainiste
Activité politique : aucune

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le protectionnisme pour défendre notre modèle social

Message par UMFA le Dim 15 Juil - 20:23

Il faut aussi ajouter à cette analyse le fait que la libre circulation des Hommes (n'oublions pas que la mondialisation c'est la libre circulation des capitaux, des marchandises mais aussi des Hommes !) fait également pression sur notre modèle social. L'immigration massive sert autant au grand patronat que la libre-circulation des capitaux dans la mesure où elle lui permet de faire pression à la baisse sur les salaires des emplois qui n'ont pas pu être délocalisés.

... en ajoutant ce point, l'analyse tient encore d'avantage debout.

Pour ce qui est du protectionnisme, la situation actuelle me semble totalement insensée ; nous sommes les seuls à laisser tout circuler gratuitement - que ça soit les Hommes, les marchandises où les capitaux - alors que la plupart des autres pays (ne citons que les Etats-Unis ou le Japon) mettent en place ce qu'on appellerait un "protectionniste intelligent" qui taxe de manière très importante tous les produits à l'importation dont ils sont déjà producteurs, et ce dans l'objectif de donner des avantages à leur industrie.

Nous, sous prétexte que l'UE permet d'éviter les sempiternelles guerres franco-allemands, et parce que l'Allemagne est la première puissance économique et qu'elle infléchit donc la politique européenne comme elle l'entend, nous nous jetons par humanisme et bêtise dans une mondialisation qui n'a fait que nous appauvrir.


__________________________________
"On peut s'arrêter quand on monte, jamais quand on descend" Napoléon Bonaparte
avatar
UMFA
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 769
Opinions politiques : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le protectionnisme pour défendre notre modèle social

Message par Camarade Troska le Dim 15 Juil - 22:44

Contre le protectionnisme d'un côté et le libre-échangisme de l'autre.
Je n'ai pas encore d'avis tranché sur la question, sans doute que les débats qui vont avoir lieux lors du prochain congrès de mon organisation (Alternative Libertaire), me permettront de discuter et d'avoir une position claire et précise là dessus. Deux propositions se font fasse : Démondialisation ou relocalisation de l'économie / contre le libre-échangisme : l'autonomie productive.

1/ Le but est de critiquer à la fois le protectionnisme comme une fausse solution au libre échangisme, une stratégie interclassiste, non internationaliste et étatiste. la question de l'€ comme monnaie au service de la rigueur, nécessité de réaffirmer une lutte des classes européenne.
Je cite :

Nous ne soutenons pas les stratégies actuelles de démondialisation, en revanche nous pensons que le principe d'une localisation des lieux de production au plus près des lieux de consommation et donc à des échelles relativement réstreinte, fait partie d'un projet socialiste, autogestionnaire et écologiste à long terme. Nous sommes donc pour la relocalisation de l'économie. [...]

Au protectionnisme, nous opposons l'idée de relocalisation de la production pour des raisons écologiques et démocratiques. En effet, une planification démocratique de la production en fonction des besoins n'est possible qu'une échelle géographique locale, et une autogestion véritable elle aussi locale. [...] L'idée de relocalisation est valable pour l'ensemble du prolétariat à l'échelle mondiale. En effet, l'idée de relocalisation implique la localisation de l'ensemble des productions utiles dans chaque région dans l'optique de la satisfaction des besoins. [...]

Nous devons ancrer cette proposition non seulement dans le cadre de la promotion d'une alternative au capitalisme et au productivisme, mais également en faire un slogan opératoire que les mouvements sociaux puissent se réapproprier. Notamment, la localisation de l'économie doit être portée comme mot d'ordre lorsque des entreprises ferment en adossant à des morts d'ordre de réquisition de l'otuil de travail mais aussi de reconversion de l'activité vers des biens directement utiles et de bonnes qualités. [...] Nous pouvons tenir un discours cohérent, offensif et non défensif, sans tomber dans le nationalisme (consommons français), no dans le confusionnisme (toute activité doit être maintenue pour que l'emploi soit maintenu)

2/ Le protectionnisme fait son retour dans le monde, les capitalistes utilisent un double discours, le libre-échange et le protectionnisme sont les deux faces d'une même monnaie et l'alternative est l'autonomie production.
Je cite :

Les pays puissants prennent, quand cela les arrange, des libertés avec les règles libre-échangistes qu'ils ont peu à peu imposés au monde. [...] Les pays pauvres, dépendants, sous domination impérialiste ou tutelle directe, son en revanche condamné à rester "marchés ouverts", au bénéfice des multinationales occidentales ou asiatiques. [...] tant protectionnisme et libre-échange sont deux stratégies que les capitalistes manient alternativement, selon les secteurs économiques, les moments, les intérêts. Deux fraction d'une même bourgeoisie peuvent d'ailleurs être en désaccord à ce sujet. La "concurrence déloyale" c'est toujours l'autre. Le capitaliste type est volontiers ultralibéral pour autrui. Il peut, d'un côté, vilipender "l'interventionnisme" et de l'autre accepter l'intervention de l'Etat en sa faveur. Il réclame la suppression des barrières douanières sur l marchés qu'il veut pénétrer, et en même temps accepte volontiers qu'on lui livre des marchés captifs. Il ne faut pas chercher de cohérence idéologique. Le seul dogme capitaliste, c'est celui de la propriété privée des moyens de production et de distribution. Tout le reste est adaptable aux circonstantes. [...]

Le libre échangisme entraîne donc une triple catastrophe :
- Sociale : Désindustrialisation et chômage ouvrier en Occident ; industrialisation à marche forcée et misère ouvrière dans les pays émergents , producteurs agricoles pauvres et spoliés dans le Sud
- Écologique : la délocalisation des production entraîne l'allongement démesuré des circuits économiques et la démultiplication des transports et de la pollution, avec impact sur la réchauffement climatique.
- Démocratique : un pays privée de tout ou partie de son appareil productif perd de son autonomie économique, et voir réduite d'autant sa marge de maoeuvre en matière politique et sociale. Cela affaiblit considérablement la perspective révolutionnaire d'une socialisation des moyens de production, et d'un choix collectif sur les modes de consommations. [...]

L'un comme l'autre sont fauteurs de guerre, de misère, organisent la concurrence entre les travailleurs, sont interclassistes, ne sont pas anti-étatistes, ne visent pas "l'autarcie" et ne sont "progressiste" au regard de l'Histoire. [...] Les politiques protectionnistes peuvent entraîner une hausse des prix et une baisse du pouvoir d'achat des travailleurs/euses au Nord comme au Sud. Le libre-échangisme organise lui, un dumping social effréné, le chômage ouvrier et la ruine paysanne. [...] Si le libre-échangisme c'est la concurrence effréné à l'échelle mondial, le protectionnisme, c'est la concurrence au sein d'un espace économique limité ; l'UE par exemple, mettant en concurrences 27 législations sociales différentes. [...] Tout deux tentent de nous faire croire que le prolétariat doit se serrer la ceinture et s'entendre avec e patronat au nom de "l'intérêt national" ou de la compétitivité sur le marché mondial. [...] Qu'elles soient multinationales dans un cadre de libre-échange, ou monopoles dans un cadre protectionniste, les grandes entreprises ont besoin d'un appareil diplomatique, militaire et policier d'une puissance dite publique pour défendre leurs intérêts. [...]

Il faut néanmoins être audible, auprès des travailleurs menacés par les plans de licenciement et délocalisation, et qui prêtent une oreille attentive aux politiciens bourgeois dès qu'ils se prévalent de protectionnisme. [...] L'alternative solidaire et internationaliste au libre-échangisme, nous pouvons la nommer à défaut d'un meilleur non, autonomie productive. [...] chaque région du monde doit être en mesure de se nourrir par elle-même, sans se placer sous la dépendance de multinationale de l'agrobusiness. Donc : non à l'agriculture d'exportation, aux OGM, à l'accaparement des terres, aux monocultures, à l'impérialisme ; oui aux productions locales, sous le contrôles paysans et de la population. [...] Nous affirmons que les mouvements sociaux d'Occident, d'Asie ou d'Afrique peuvent aujourd'hui converger dans la logique d'autonomie productive, de chaque région du monde. Cette autonomie va dans l'intérêts des peuples menacé par le dumping social et les délocalisation, et va dans l'intérêts des peuples que le libre-échangisme a condamné à la dépendance économique, notamment en Afrique. Elle ne signifie pas autarcie, mais des circuits d'échanges courts et la limitations d'échanges longs à ce qui ne peut être produit localement. [...] nécessité d'un soutien international aux luttes menés pour al reconversion économique et la réduction du temps de travail. l'autonomie productive implique de réduire la production aux besoins des populations, et donc de rompre avec le productivisme. Cette réduction entraîne une deuxième, celle du temps de travail. Une troisième : celle des profits capitalistes. [...] Le combat pour l'autonomie productive doit s'inscrire dans un combat plus global pour le socialisme, contre l'impérialisme et pour l'écologie. [...]

Contre le dumping fiscal et social, contre les subventions à l'exportations, pour une production indexée sur les besoins des populations ; Pour le démantèlement de l'OMC pour l'abolition des dettes publiques au Nord et au Sud. Pour le veto des travailleurs/euses sur les licenciements collectives, pour la réductions du temps de travaul à 32h avec embauche correspondante. [...] le second [ndlr : l'autonomie productive] prône une relocalisation qui ouvre la voie à une socialisation de l'économie

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le protectionnisme pour défendre notre modèle social

Message par economic dream le Mer 18 Juil - 18:12

Le problème Camarade Troska est qu'il faut d'abord convaincre les Français et
en particulier les travailleurs , et que pour faire ceci, il faut d'abord défendre leurs intérêts avant de vouloir défendre tout le monde ( ce qui sera possible une fois le nouveau pouvoir installé).

economic dream
Chef de section
Chef de section

Nombre de messages : 91
Age : 22
Opinions politiques : Gauche radicale et souverainiste
Activité politique : aucune

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le protectionnisme pour défendre notre modèle social

Message par Camarade Troska le Mer 18 Juil - 19:40

Faut inscrire le socialisme dans une démarche nationale et internationale.
On peut pas faire comme tu préconises, on a bien vu comment ça a fini en URSS le "socialisme à pas de tortue" et toutes les conneries qui allaient avec.

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le protectionnisme pour défendre notre modèle social

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum