Fraction numérique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fraction numérique

Message par Révolte le Dim 6 Mai - 17:04

Sociale, générationnelle, physique, économique, géographique et politique : la fracture numérique.



Tranche de vie : un papier placardé dans l’ascenseur, ce week-end. Il dit : « Jeune adolescent en vacances chez ses grands-parents a oublié le chargeur de son téléphone. Il ne peut plus communiquer avec sa tribu. Quelqu’un pourrait-il lui prêter de quoi regonfler son BlackBerry ? »

Deux réponses.

1) « Quel joli message. Désolé, si c’était un iPhone j’aurais pu le dépanner. Courage ! »

2) « Oh mon Dieu, quel drame. Le pauvre chéri ! »



À lui seul, ce placard en format A5 en dit beaucoup plus que n’importe quel discours sur notre société et la fracture qui s’y creuse. Une “fracture numérique” infiniment plus générationnelle que sociale, à vrai dire. Et si les Français du quatrième âge vont aux cours du soir pour apprendre à se servir d’Internet, la fracture qui les éloigne de la “génération Y” est moins facile à réduire que celle du col du fémur.

Comment, en effet, celui qui a passé sa jeunesse dans l’après-guerre et le rationnement, celui qui a connu les premiers transistors, puis les lecteurs de K7 ; celui qui a vécu le temps où il fallait attendre parfois un an ou deux avant d’obtenir le téléphone, objet de luxe qu’on réservait dans les campagnes au médecin et au notaire ; comment douze ans est au désespoir parce qu’il ne peut pas passer sa journée à envoyer des texto aux copains ? Sur un appareil qui, de surcroît, coûte à ses parents – qui parfois n’en peuvent mais – des centaines voire des milliers d’euros par an ? D’ailleurs, a-t-on fait la part de ces “nouveaux besoins” dans l’endettement des familles ? Est-il inopportun de se demander où est la nécessité de « communiquer avec sa tribu », comme disent les grands-parents à la dévotion de l’enfant chéri ? Pour beaucoup – les has been, sans doute –, la tribu c’est d’abord la famille. Or, cet enfant est en famille, manifestement choyé. Alors, où est l’urgence ?

Pour autant, faut-il incriminer cet adolescent ? Sûrement pas. Il est dans son monde, celui de son temps et de sa génération. Un monde qui a basculé dans les années 90. Trente ans. Pas même une poussière à l’échelle du monde et pourtant plus de bouleversements qu’en plusieurs millénaires. Des changements qui “impactent” sérieusement le cerveau humain, comme disent les chercheurs, car notre perception du réel, de l’espace et du temps en a été complètement transformée. Et nos circuits neuronaux du même coup. Avec Internet, le portable, la géolocalisation, « la contrainte d’espace est abolie ».

Ce monde est aujourd’hui le nôtre. Il faut apprendre à le maitriser et la France, là aussi, est à la traîne. Quand, dans l’Europe du Nord, on forme les jeunes à un usage critique et raisonné du Net, le numérique reste chez nous essentiellement une activité de loisir. L’une des raisons est que l’école française traîne des pieds, notamment parce que « les enseignants sont la seule catégorie socioprofessionnelle à devoir utiliser l’informatique sans y avoir été formée », souligne un récent rapport parlementaire. Résultat : si 97 % des professeurs français reconnaissent la valeur ajoutée des outils numériques, ils ne sont que 5 % à les utiliser tous les jours !

Quand l’informatique est partout, quand toutes les entreprises forment leurs personnels sur les logiciels propres à leur activité, comment comprendre que l’Éducation nationale continue de vivre à l’heure de la craie et du tableau noir ?

Si papy et mamie vont au cours du soir pour apprendre à envoyer des photos à l’autre bout de la planète et faire la causette sur Skype ou Facebook, l’école pourrait peut-être s’y mettre ? Et si l’on jouait plutôt aux dominos au coin du feu…


Source: Fils de France

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum