Chine, une superpuissance militaire

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chine, une superpuissance militaire

Message par Révolte le Ven 17 Fév - 20:41

La Chine est-elle en quête de la suprématie militaire en Asie ? La question est sur les lèvres de tous les experts depuis la publication, mardi par le groupe américain de recherches IHS Jane’s, d’un rapport alarmiste sur le sujet. Le budget chinois de la défense, en augmentation constante de plus de 10% par an depuis deux décennies, va soudainement doubler d’ici à trois ans. Il passera de 91 milliards d’euros, en 2010, à 183 milliards en 2015.

Source: Libération

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par UMFA le Ven 17 Fév - 21:11

C'est logique. La Chine s'impose économiquement, elle finira par imposer son imperium militairement.

__________________________________
"On peut s'arrêter quand on monte, jamais quand on descend" Napoléon Bonaparte
avatar
UMFA
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 769
Opinions politiques : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par Révolte le Ven 17 Fév - 21:39

Tandis qu'ici, notre peuple efféminé se drape dans de la soie, coure dans des chants coquelicot, et chante un hymne à l'amour.
On doit vraiment passer pour des guignols...

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par UMFA le Ven 17 Fév - 23:03

Je remarque avec beaucoup d'intérêt qu'au fil des semaines, ta pensée se radicalise.

Sur le fond... je suis plutôt d'accord.

__________________________________
"On peut s'arrêter quand on monte, jamais quand on descend" Napoléon Bonaparte
avatar
UMFA
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 769
Opinions politiques : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par Révolte le Ven 17 Fév - 23:13

Oui c'est ce que je me dis aussi. Il faut bien comprendre que je n'ai rien contre le coco, contre le libéral, le reac ou l'anar.
Mais j'ai vraiment pris en grippe le progressiste, idiot, incarnant toutes les laideurs de notre modernité soi disant pour notre bonheur.
Pour moi, ils sont l'ennemi parce qu'ils sont dans la mouvance, dans l'idéologie dominante. Ces mecs, au contraire d'un anar ou d'un libéral ne prennent pas de coups, ne se font pas insulter, ils n'ont pas commis le crime de pensé.
Je suis pas un lâche et je n'ai pas peur de passer dans le réel ou le virtuel comme un empêcheur de tourner en rond, et je préfère 100 fois taper sur ce genre de personne sûre d'elle, méprisante et insultante, qu'aller taper sur les royalistes qui doivent être 2 au fond Vosges.
Maintenant si je peux en convaincre d'autres ici de faire de même, ça me ravi.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par cece1996 le Dim 19 Fév - 23:43

Moi je pense que la Chine ferait tout aussi bien de trouver de solutions dans la domaine du social car dans leurs pays la mal-bouffe y règnent (vous allez me dire quand Europe c'est pareil) mais non en Chine un adolescent sur cinq souffre de l'obésité.Il y a eut une croissance de 156 % du nombre d'obèses entre 1996 et 2006.Et tous cela à cause de fast-food dont je tairais le nom. Donc vous comprendrez que se n'ais pas l'avenir militaire de la Chine qui m'inquiète mais l'avenir de ses habitants!
avatar
cece1996
Colleur d'affiches
Colleur d'affiches

Nombre de messages : 10
Age : 21
Opinions politiques : Parti socialiste

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par Révolte le Lun 20 Fév - 1:01

La chine ne progresse pas dans le domaine social?
L'avenir militaire et l'avenir social ne sont pas rédhibitoire. De plus, ça donne de l'emploi, demande une recherche technologique (parfois transféré dans le civil), ça permet la création d'un état fort (donc plus apte à faire une politique social dans son pays)....

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par Camarade Troska le Lun 20 Fév - 9:42

La Chine doit faire d'immense concession sociale, sinon tout le pays s'écroule.
Que ce serait cool de se faire augmenter de 200% ici aussi...


__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par Docteur Saint James le Dim 25 Mar - 23:48

Révolte a écrit:Tandis qu'ici, notre peuple efféminé se drape dans de la soie, coure dans des chants coquelicot, et chante un hymne à l'amour.
On doit vraiment passer pour des guignols...

C'est marrant, la grande constante de tes nouvelles positions c'est vraiment le phallus. Antiféminisme à deux ronds, militarisme et virilisme naïf, recouvrement de la fierté du mâle perdue... et surtout cet étrange sentiment de t'opposer à un vaste complot qui réuniraient la Terre entière et les forces les plus antagonistes (tu mélanges en vrac les libéraux, les socialistes, les marxistes, les écologistes, les européistes) dans le seul but d'imposer une bien-pensance niaise et efféminée. Outre le fait que tu es devenu un clone de Kilroy, j'aimerai seulement faire remarquer qu'au bout d'un moment, ce que tu fais, ce n'est plus de la politique... Lorsque nos opinions, pour pouvoir garder la face, nous amènent à assimiler tous les opposants dans un seul et même sac, il faut commencer à se poser certaines questions... En quelques mois à peine, tu en es venu à reconfigurer toutes tes opinions autour de ta nouvelle lubie : la testostérone. Il faudrait aimer les chars et les treillis, sans quoi on serait non seulement une lopette, mais en plus un idéaliste antimilitariste, traitre à son pays, bref un arrogant ingrat et efféminé.

Alors pour te répondre vaguement, ce n'est pas parce qu'on préfère la paix et que dans l'idéal on souhaiterait une société la plus désarmée possible, que pour autant on a aucune once de pragmatisme, de réalisme et de courage. Ce n'est pas par lâcheté que je préfère la paix à la guerre, ni parce que je suis efféminé que je soutiens l'égalité homme-femme. Bien entendu, je laisse libres de penser tous les imbéciles simplistes qui, pour conforter leur vision binaire du monde, voudraient réduire mes opinions à un vil instinct panurgiste, ou à un soutien au système. Mais mes opinions sont complexes, et si je m'oppose à un virilisme que je considère comme naïf, ce n'est pas par bien-pensance ou idéalisme, ni parce que je suis membre des illuminati et que la déliquescence morale de la société française me procure des orgasmes à répétition ou d'importantes rentes financières. Derrière mon opposition au militarisme, il n'y a aucune forme de naïveté. Je n'ai jamais condamnée l'usage de la violence en soi, le recourt à la guerre en soi, la souveraineté en soi. Je ne défends pas que tous les stocks d'armes de France doivent être offerts en cadeaux de bienvenus aux djihadistes arrivant sur le territoire français et à ce que les premiers envahisseurs soient accueillis par des feux d'artifices. On peut ne pas être obnubilé par les tanks et les avions, on peut ne pas souffrir du complexe du « qui a la plus grosse ? » sans être pour autant un Bisounours qui « se drape dans de la soie, coure dans des chants coquelicot, et chante un hymne à l'amour. ». Ça ne me dérange pas de passer pour un con, mais je veux bien qu'on comprenne qu'il ne suffit pas d'attribuer à ses adversaires des positions qu'ils n'ont pas pour avoir raison. Ça suffit à les ridiculiser, pas à gagner. C'est un lieu de débat, pas de caricature.
avatar
Docteur Saint James
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 3971
Age : 27
Opinions politiques : Marxisme libertaire
Activité politique : Lecture & débat

Voir le profil de l'utilisateur http://henry-saint-james.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par UMFA le Lun 26 Mar - 15:54

Lorsque nos opinions, pour pouvoir garder la face, nous amènent à assimiler tous les opposants dans un seul et même sac, il faut commencer à se poser certaines questions...

Mon idée n'est absolument pas de me faire l'avocat de Révolte qui à mon avis se défendra très bien dés qu'il aura lu ce que tu viens d'écrire, mais j'aimerais toutefois te faire remarquer qu'il n'est pas du tout le seul à avoir recours à cette technique : dans toutes les discutions, c'est comme ça ; on a tendance à mettre dans un même sac ses adversaires. Notre ami Troska, pour ne citer que lui, ne le fait-il pas à longueur de discutions lorsque, dés que quelqu'un n'est pas de son avis, il le qualifie de méchant bourgeois, ou pire !, de larbin de la bourgeoise ? ... ne le fait-on pas tous constamment ?


__________________________________
"On peut s'arrêter quand on monte, jamais quand on descend" Napoléon Bonaparte
avatar
UMFA
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 769
Opinions politiques : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par Camarade Troska le Lun 26 Mar - 22:18

Toi tu l'es objectivement. Sinon je ne le dirais pas. Mort de rire

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par UMFA le Mar 27 Mar - 4:54

Oui, c'est vrai, je te prie de m'excuser... Dingue.

__________________________________
"On peut s'arrêter quand on monte, jamais quand on descend" Napoléon Bonaparte
avatar
UMFA
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 769
Opinions politiques : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par Camarade Troska le Mar 27 Mar - 8:58

Langue

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par Révolte le Sam 31 Mar - 0:17

Il y'a un peu de vrai dans ce que tu dis DSJ, c'est déjà un début. Enfin, je suis content que tu participes à nouveau.

C'est marrant, la grande constante de tes nouvelles positions c'est vraiment le phallus. Antiféminisme à deux ronds, militarisme et virilisme naïf, recouvrement de la fierté du mâle perdue..
Tout d'abord, je n'ai pas réellement de nouvelles positions. J'ai adhéré et j'adhère à l'idée d'une reprise en main de nos vies par nous mêmes, d'une démocratie directe... Dans un monde, qui n'est pas en période révolutionnaire, je cherche à m'en approcher, c'est pour ça par exemple que je refuse l'Europe et ses institutions non élues qui annihilent la conscience politique et éloigne l'individu à se gérer de lui même. Et je ne bricole pas une "révolution spirituelle" pour faire passer la pilule. Entre le nationalisme et le mondialisme, je prend le moins pire pour aujourd’hui comme demain: le nationalisme (et s'il te plait passe le couple du replis sur soi).
Je n'ai pas d'autre idéal que le tien, je me demande juste comment y arriver. Je ne pense pas que cette volonté d'être sur les grandes lignes en accord avec le système soit la bonne manière. Et je crois, ne pas me tromper.

Il est vrai que je suis sur le phallus et un virilisme, naïf d'après toi, je pense qu'une révolution ne se gagne pas et même ne se crée pas avec une idéologie de paix, de non violence, de non cohésion... bref tout ce qu'y est "anti-viril".
Je pense aussi, qu'une position virile, est une position à prendre dans l'urgence contre les pilleurs et les destructeurs d'emplois.
Je met en lien un video de Poutine, qui symbolise une certaine autorité et virilité :
http://www.youtube.com/watch?v=sn7npsJDrcg

Voilà comment on sauve une centaine de famille. Il a des résultats, nous en avons pas.

Je suis un anti-féministe, je ne suis pas un anti-femme ou un anti-feminité. Cette volonté de masculinisé la femme au travers du travail n'est pas une volonté féminine mais un désir pro-capital. Aucun membre, d'aucune famille n'aurait souhaité que deux salaires soient obligatoire pour nourrir deux enfants. C'est une volonté patronale. Je défend le peuple, en particulier les pauvres et leurs désirs, pas ceux des bourgeois ou d'étudiants rêvant à devenir cadre.

Pour la fierté du mâle perdue, je ne comprend pas bien. Tu parles d'une fierté générale de l'homme qui n'a plus de place, ou d'une fierté personnelle?

et surtout cet étrange sentiment de t'opposer à un vaste complot qui réuniraient la Terre entière et les forces les plus antagonistes (tu mélanges en vrac les libéraux, les socialistes, les marxistes, les écologistes, les européistes) dans le seul but d'imposer une bien-pensance niaise et efféminée
Ce sont tous des libéraux, je n'ai jamais parlé de Marxistes mais de Communistes qui n'ont plus que le nom. Il sont tous pro-système, que dire de plus? Regarde les partis de la présidentielle.

En quelques mois à peine, tu en es venu à reconfigurer toutes tes opinions autour de ta nouvelle lubie : la testostérone. Il faudrait aimer les chars et les treillis, sans quoi on serait non seulement une lopette, mais en plus un idéaliste antimilitariste, traitre à son pays, bref un arrogant ingrat et efféminé.
La testostérone... C'est peut être une erreur historique de ma part, mais je crois qu'elle nous a amené aux plus grandes révolutions, aux plus grands progrès.
Depuis 68, circule, une idéologie féministe et que voit-on? Plus aucune cohésion dans le milieux ouvrier, aucune envie de combattre, reniement de la lutte des classes...


Alors pour te répondre vaguement, ce n'est pas parce qu'on préfère la paix et que dans l'idéal on souhaiterait une société la plus désarmée possible, que pour autant on a aucune once de pragmatisme, de réalisme et de courage.
Mais on sait tous que t'es un mec intelligent (sans ironie), mais l'imbécile simpliste qui je crois me qualifie sont toujours du bord où le matraquage idéologique à le plus de force. Et tu crois franchement, que je souhaite une guerre contre un pays dont je connais rien?
Je rétablis une certaine balance, quand tout les médias défendent des idées, j'en défend d'autres. Peut être pour rappeler le PRAGMATISME.

t si je m'oppose à un virilisme que je considère comme naïf, ce n'est pas par bien-pensance ou idéalisme, ni parce que je suis membre des illuminati et que la déliquescence morale de la société française me procure des orgasmes à répétition ou d'importantes rentes financières.
J'attend toujours de savoir pourquoi...

Ça ne me dérange pas de passer pour un con, mais je veux bien qu'on comprenne qu'il ne suffit pas d'attribuer à ses adversaires des positions qu'ils n'ont pas pour avoir raison. Ça suffit à les ridiculiser, pas à gagner. C'est un lieu de débat, pas de caricature.
Je me disais justement pareil. Depuis que je ne défend plus tes positons à court terme qui était les miennes autrefois, je me fais traité par des "gauchistes" de fasciste, de réactionnaire, de néo nazi parfois, et j'en passe. Alors le couplet sur la victime ridiculisée, bon.
De plus, je ne parle pas que de toi, lorsque je dis "gauchiste", je ne vise pas tout de suite DSJ, je peux simplement parler de personnes réelles de mon entourage. Idem pour le truc sur la soie, qui est certainement plus jolie qu'une croix gammée sur la tête.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par Docteur Saint James le Sam 31 Mar - 12:48

Dans un monde, qui n'est pas en période révolutionnaire, je cherche à m'en approcher, c'est pour ça par exemple que je refuse l'Europe et ses institutions non élues qui annihilent la conscience politique et éloigne l'individu à se gérer de lui même.

Je refuse - et tous les vrais démocrates refusent - l'Europe actuelle, et ses institutions non élues, antidémocratiques, inféodées à l'idéologie libérale. Mais qu'on soient bien d'accord, je ne suis pas pour autant hostile au principe de l'intégration européenne. D'autre part, mon hostilité à l'Europe sous sa forme présente est due à mon attachement à la démocratie, pas à un souverainisme. La souveraineté est pour moi une affaire de peuple (qu'il soit Grec, Français, Allemand ou Européen), pas de pays.

Et je ne bricole pas une "révolution spirituelle" pour faire passer la pilule.

Kézako ? Tu fais référence à ce bon vieux sens de l'Histoire ?

Entre le nationalisme et le mondialisme, je prend le moins pire pour aujourd’hui comme demain: le nationalisme (et s'il te plait passe le couple du replis sur soi).

C'est une affaire de vue philosophique. Le mondialisme me révolte par certains de ses aspects, mais en même temps, il ouvre la voie à des progrès considérables. Là encore ça rejoint la question du Sens de l'Histoire. Le mondialisme ne nous achemine par forcément vers la société libertaire dont nous rêvons, mais il est un passage obligé. Ce qui est certain, c'est que son contraire, le nationalisme, ne peut pas mener au socialisme, ou alors à un type de socialisme très particulier, et à mon avis, très dangereux. L'histoire en a donné plusieurs exemples.

Je n'ai pas d'autre idéal que le tien, je me demande juste comment y arriver. Je ne pense pas que cette volonté d'être sur les grandes lignes en accord avec le système soit la bonne manière. Et je crois, ne pas me tromper.

Je pense que tu n'as pas compris de quoi il s'agissait. Je ne suis pas en accord avec le système. Qui peut sincèrement croire que les marxistes sont « en accord avec le système » ? Tu te doutes bien que c'est beaucoup plus complexe que ça. Bien sûr que, en apparence, le nationalisme semble être en contradiction beaucoup plus radicale avec le mondialisme, et donc s'y opposer de manière beaucoup plus efficace. Marx, qui s'opposait à Proudhon sur ce point, a passé sa vie à se battre contre les autres socialistes pour montrer que le développement de la société capitaliste (mondialisme, parlementarisme, etc.) pouvait servir de tremplin aux mouvements ouvriers. En mondialisant l'économie capitaliste, les bourgeois mondialisent l'esclavage salarié, la démocratie bourgeoise, mais dans le même temps, ils mondialisent l'indignation. Ils rendent possible l'union mondiale des dépossédés. Un malheur peut aussi être le point de départ d'un grand bonheur. Cet espoir, qui n'en est pas un, prend sa source dans l'analyse que Marx fait de l'histoire des sociétés qui nous ont précédé. Partout, le développement outrancier d'un système de domination mène progressivement à sa dégénérescence puis à sa chute. Mais ce n'est 1) pas pour autant que Marx défend le renforcement de la mondialisation capitaliste, ce n'est qu'une vue philosophique et non un mot d'ordre politique, et dans les faits, il faut combattre le capitalisme 2) ce n'est pas un espoir, une croyance dans un rôle providentiel de l'Histoire, c'est un choix, un engagement, de voir ainsi l'histoire. L'histoire n'a pas réellement de sens en elle-même, c'est une vue voulue de l'Histoire. Il s'agit de la concevoir volontairement de cette manière pour ensuite s'efforcer de la conduire jusqu'à la société nouvelle.

Il est vrai que je suis sur le phallus et un virilisme, naïf d'après toi, je pense qu'une révolution ne se gagne pas et même ne se crée pas avec une idéologie de paix, de non violence, de non cohésion... bref tout ce qu'y est "anti-viril".

Je ne crois pas qu'elle se gagne spécialement avec du virilisme non plus. C'est davantage une histoire de conviction que de virilité, et ensuite, je ne crois pas que la virilité ait vraiment un rôle du tout là dedans. Et ne me fait pas dire ce que je n'ai pas dit ; je ne dis pas qu'il faut faire la révolution après s'être épilé, je dis seulement que personnellement, je ne fais pas de fixation sur le thème de la virilité qui n'est pas un thème politique.
Ensuite, opposer paix, non-violence et virilité ne me semble pas très pertinent...
Enfin et surtout, la révolution n'a pas besoin d'être une débauche de violence non plus. Bref, je ne sais pas quoi te dire d'autre sinon que je ne vois pas tellement à quoi sert cette lubie au sujet de la virilité. Je veux la révolution, je la fais, je n'ai pas besoin de me demander si ça fait viril ou pas, à titre personnel je n'ai aucun complexe.

Je pense aussi, qu'une position virile, est une position à prendre dans l'urgence contre les pilleurs et les destructeurs d'emplois.
Je met en lien un video de Poutine, qui symbolise une certaine autorité et virilité :
http://www.youtube.com/watch?v=sn7npsJDrcg

Là encore je ne vois pas tellement ce que la virilité vient faire là-dedans. La virilité n'est pas un terme politique. Des résolutions concrètes, des solutions radicales, là c'est du langage politique.
Pas de besoin d'un mâle dominant à la Poutine pour imaginer le changement, du moins à titre personnel. Quant à l'aspect autoritaire, c'est largement un contre-argument pour moi.

Je suis un anti-féministe, je ne suis pas un anti-femme ou un anti-feminité.

Encore faudrait-il être certain que ce soit bien le féminisme en lui-même que tu désapprouves, ou seulement certains de ses courants misandres. Je ne comprends pas cette manie puérile qu'ont certaines femmes à vouloir accabler les hommes de tous les maux, je ne comprends pas davantage la manie ridicule de certains hommes à vouloir s'attaquer indument aux femmes. D'une manière générale, je ne comprends pas la manie insupportable qu'ont les êtres humains à vouloir se diviser et se mettre sur la gueule selon des critères aussi débiles que leur sexe, leur origine, leur religion...

Cette volonté de masculinisé la femme au travers du travail n'est pas une volonté féminine mais un désir pro-capital.

Je ne suis pas d'accord.
D'abord parce que ton propos contient un préjugé énorme : le travail est par nature masculin. Ce qui est une énormité. Le mythe de l'homme qui va chasser le mammouth pendant que la femme reste à la caverne a été démonté depuis des décennies. C'est notre culture qui nous a appris ça. La femme n'est pas un homme, mais les rôles sociaux qui leur sont attribués, malgré des fantasmes persistants, n'ont pas une origine biologique ou naturelle, mais, pour la plupart d'entre eux, culturelle.
Ensuite, faire travailler la femme, par la force de la nécessité financière, est un désir pro-capital... pour le capitaliste. Du point de vue de la femme, le droit de travailler de la femme est ce qui établie, non pas sa masculinité, mais son égalité.

Aucun membre, d'aucune famille n'aurait souhaité que deux salaires soient obligatoire pour nourrir deux enfants. C'est une volonté patronale. Je défend le peuple, en particulier les pauvres et leurs désirs, pas ceux des bourgeois ou d'étudiants rêvant à devenir cadre.

Là je crois que tu souhaites seulement généraliser ta vision personnelle de ce que doit être la vie d'une famille.

Pour la fierté du mâle perdue, je ne comprend pas bien. Tu parles d'une fierté générale de l'homme qui n'a plus de place, ou d'une fierté personnelle?

Je parle de la fierté de l'homme qui aurait été castrée par le féminisme en occident, la thèse chère aux Zemmouriens.

Ce sont tous des libéraux, je n'ai jamais parlé de Marxistes mais de Communistes qui n'ont plus que le nom. Il sont tous pro-système, que dire de plus? Regarde les partis de la présidentielle.

Du PS à l'UMP, je veux bien qu'il n'y a qu'une différence de nuances. Mais pour les autres... bien sûr le Front de Gauche n'a plus aucune référence à la Révolution, à la DDP, mais de là à le mettre dans le même sac que les autres... Je crois qu'il faut savoir être lucide et critique sans pour autant tomber dans l'écueil qui consisterait à voir des ennemis partout.

La testostérone... C'est peut être une erreur historique de ma part, mais je crois qu'elle nous a amené aux plus grandes révolutions, aux plus grands progrès.

Ne dis pas n'importe quoi... Ce n'est pas la testostérone qui joue un rôle dans les révolutions et les avancées humaines ! C'est la détermination, c'est la volonté d'en finir avec un monde injuste, corrompu, inégalitaire, sans justice ni morale, faussement libéré. Mais les révolutions sont dirigées par des cerveaux, pas par des paires de couilles ! Alors quoi, Rosa Luxembourg et Louise Michèle sont des hommes ? Des sous-révolutionnaires ? Elles n'avaient pas beaucoup de testostérone à mon avis... elles avaient un cerveau, des idées résolues, une détermination. Et elles en avaient plus que bien des hommes...

Encore une fois, je ne vois pas ce que la virilité vient foutre en politique.

Depuis 68, circule, une idéologie féministe et que voit-on? Plus aucune cohésion dans le milieux ouvrier, aucune envie de combattre, reniement de la lutte des classes...

De là à faire du féminisme le responsable, c'est quand même gonflé. La chute de l'URSS, la révélation des crimes staliniens, la fin des Trente Glorieuses, la promotion de l'individualisme, ont quant même joué un rôle un tantinet plus important dans l'effondrement du mouvement ouvrier que ta supposée féminisation des esprits.
Tu vois quand je te dis que tu vois des complots partout ; on tient ici un exemple typique. Alors que la dissolution des grandes centrales syndicales a pourtant des causes historiques assez évidentes, tu me sors une explication complètement marginale en en faisant l'élément principal de la perte de combativité des ouvriers. C'est quand même assez symptomatique...

Mais on sait tous que t'es un mec intelligent (sans ironie), mais l'imbécile simpliste qui je crois me qualifie sont toujours du bord où le matraquage idéologique à le plus de force. Et tu crois franchement, que je souhaite une guerre contre un pays dont je connais rien?
Je rétablis une certaine balance, quand tout les médias défendent des idées, j'en défend d'autres. Peut être pour rappeler le PRAGMATISME.
Alors tu définies tes idées négativement : tu prends le contre-pied systématique de ce que tu considères comme la parole dominante ? A ce jeu-là tu peux bouffer à bien des râteliers ; pourquoi pas le monarchisme ? Pour lutter contre l'idéologie républicaine. La théocratie ? Pour combattre la laïcisation autoritaire. Ou le créationnisme ? Pour résister face au dogme évolutionniste. Sérieusement, des idées ne se forgent pas comme ça.

t si je m'oppose à un virilisme que je considère comme naïf, ce n'est pas par bien-pensance ou idéalisme, ni parce que je suis membre des illuminati et que la déliquescence morale de la société française me procure des orgasmes à répétition ou d'importantes rentes financières.
J'attend toujours de savoir pourquoi...

Sauf que c'est la première fois que tu me le demandes. Les fois précédentes, tu t'es contenté de railler mes prises de positions en les caricaturant sans chercher à savoir quels étaient mes arguments. Dans ces cas-là, personnellement, je ne me fatigue pas à répondre. Je ne vois pas pourquoi je serais le seul à me fatiguer.

Comme ça risque d'appeler un long développement, permet-moi de te répondre dans un post séparé.

Je me disais justement pareil. Depuis que je ne défend plus tes positons à court terme qui était les miennes autrefois

1. Que signifie « positions à court terme » ?
2. N'as-tu pas dit plus haut que tu n'avais pas changé de position ?

je me fais traité par des "gauchistes" de fasciste, de réactionnaire, de néo nazi parfois, et j'en passe. Alors le couplet sur la victime ridiculisée, bon.

Certaines des idées que tu défends (ou que tu feins de défendre, je n'ai pas très bien compris) sont réactionnaires, c'est un fait. Wiki - Réaction
avatar
Docteur Saint James
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 3971
Age : 27
Opinions politiques : Marxisme libertaire
Activité politique : Lecture & débat

Voir le profil de l'utilisateur http://henry-saint-james.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par Révolte le Sam 31 Mar - 18:14

Je refuse - et tous les vrais démocrates refusent - l'Europe actuelle, et ses institutions non élues, antidémocratiques, inféodées à l'idéologie libérale. Mais qu'on soient bien d'accord, je ne suis pas pour autant hostile au principe de l'intégration européenne. D'autre part, mon hostilité à l'Europe sous sa forme présente est due à mon attachement à la démocratie, pas à un souverainisme. La souveraineté est pour moi une affaire de peuple (qu'il soit Grec, Français, Allemand ou Européen), pas de pays.
Je ne suis pas contre une association libre des peuples. Que les français s'entendent bien avec les allemands et possèdent des projets communs, tout en gardant libre leurs propres peuples comme les peuples voisins, pas de problème.

Je ne comprend pas la différence que tu fais entre pays et peuple, chaque pays possèdent des coutumes, une langue, des traditions qui leurs sont chères, c'est ce qui fait qu'un espagnol est un espagnol.
C'est ce qui fait les problèmes d'intégration aussi.


Kézako ? Tu fais référence à ce bon vieux sens de l'Histoire ?
Une instutrice que j'ai connu et qui comme beaucoup de gauchistes (je ne sais pas quel autre terme employer) parle d'une soit disant révolution spirituelle pour esquiver la révolution violente et aboutir à une société au moins plus libre si ce n'est libertaire.
Cette phrase, suivait le passage "sur l'éloignement du peuple et du pouvoir" et comment remettre le pouvoir aux mains du peuple. Je ne sais pas si tu me comprends?

C'est une affaire de vue philosophique. Le mondialisme me révolte par certains de ses aspects, mais en même temps, il ouvre la voie à des progrès considérables. Là encore ça rejoint la question du Sens de l'Histoire. Le mondialisme ne nous achemine par forcément vers la société libertaire dont nous rêvons, mais il est un passage obligé. Ce qui est certain, c'est que son contraire, le nationalisme, ne peut pas mener au socialisme, ou alors à un type de socialisme très particulier, et à mon avis, très dangereux. L'histoire en a donné plusieurs exemples.
Je comprend le raisonnement qui est que plus les choses se mondialisent et plus une révolution sera internationale et moins les cheminements pour passer outre les nations seront long.
Tout d'abord, l'élite mondialiste sait gérée les réformes appauvrissantes. Suffit de voir les mouvements en Europe, ils se succèdent à tour de rôle suivant les pays et toujours en décalés ( L'Espagne aujourd'hui, la grèce hier, la france avant hier etc).
Il y'a une politique Européenne et mondiale commune mais aucune lutte commune. Face au recul social, je me moque de l'histoire et compagnie, je refuse, un point c'est tout.
D'autre part, on voit très bien que plus on avance dans cette pente, plus les peuples se détournent des mouvements révolutionnaire, le nationalisme permet de s’opposer ici et maintenant et peut être pourquoi pas, refaire vivre la fougue révolutionnaire.
Pour finir, je n'ai jamais parlé d'un socialisme national.

Je pense que tu n'as pas compris de quoi il s'agissait. Je ne suis pas en accord avec le système. Qui peut sincèrement croire que les marxistes sont « en accord avec le système » ? Tu te doutes bien que c'est beaucoup plus complexe que ça. Bien sûr que, en apparence, le nationalisme semble être en contradiction beaucoup plus radicale avec le mondialisme, et donc s'y opposer de manière beaucoup plus efficace. Marx, qui s'opposait à Proudhon sur ce point, a passé sa vie à se battre contre les autres socialistes pour montrer que le développement de la société capitaliste (mondialisme, parlementarisme, etc.) pouvait servir de tremplin aux mouvements ouvriers. En mondialisant l'économie capitaliste, les bourgeois mondialisent l'esclavage salarié, la démocratie bourgeoise, mais dans le même temps, ils mondialisent l'indignation. Ils rendent possible l'union mondiale des dépossédés. Un malheur peut aussi être le point de départ d'un grand bonheur. Cet espoir, qui n'en est pas un, prend sa source dans l'analyse que Marx fait de l'histoire des sociétés qui nous ont précédé. Partout, le développement outrancier d'un système de domination mène progressivement à sa dégénérescence puis à sa chute. Mais ce n'est 1) pas pour autant que Marx défend le renforcement de la mondialisation capitaliste, ce n'est qu'une vue philosophique et non un mot d'ordre politique, et dans les faits, il faut combattre le capitalisme 2) ce n'est pas un espoir, une croyance dans un rôle providentiel de l'Histoire, c'est un choix, un engagement, de voir ainsi l'histoire. L'histoire n'a pas réellement de sens en elle-même, c'est une vue voulue de l'Histoire. Il s'agit de la concevoir volontairement de cette manière pour ensuite s'efforcer de la conduire jusqu'à la société nouvelle.
Proudhon pouvait avoir raison...

Je ne crois pas qu'elle se gagne spécialement avec du virilisme non plus. C'est davantage une histoire de conviction que de virilité, et ensuite, je ne crois pas que la virilité ait vraiment un rôle du tout là dedans. Et ne me fait pas dire ce que je n'ai pas dit ; je ne dis pas qu'il faut faire la révolution après s'être épilé, je dis seulement que personnellement, je ne fais pas de fixation sur le thème de la virilité qui n'est pas un thème politique.
Ensuite, opposer paix, non-violence et virilité ne me semble pas très pertinent...
Enfin et surtout, la révolution n'a pas besoin d'être une débauche de violence non plus. Bref, je ne sais pas quoi te dire d'autre sinon que je ne vois pas tellement à quoi sert cette lubie au sujet de la virilité. Je veux la révolution, je la fais, je n'ai pas besoin de me demander si ça fait viril ou pas, à titre personnel je n'ai aucun complexe.
La révolution se crée et se gagne via une logique guerrière, une logique de mener un combat. Tue cette logique, et tu auras beau être déterminé à balancer des tracts, ça ne servira pas à grand chose.
De plus, ceux qui sont en face, ne font pas dans la dentelle: Licenciement, famille brisée, matraquage idéologique, police armée. A cela, seul compte ta force de frappe.
Quand aux femmes, je ne dis pas qu'elles peuvent pas être capable d'être dans cette logique de combat, je dis qu'elles sont moins enclin à cela (oui l'uni sexe s'est pas pour moi, suffit de parler autour de toi de comportements sexuées pour voir que les femmes ne veulent pas se comporter comme des hommes et ne veulent pas voir des hommes se comporter comme des femmes). Ça ne veut pas dire qu'elles ne peuvent pas être des combattantes ou sont sans qualités, pour preuve, le candidat le plus viril de la présidentiel est une femme.

Là encore je ne vois pas tellement ce que la virilité vient faire là-dedans. La virilité n'est pas un terme politique. Des résolutions concrètes, des solutions radicales, là c'est du langage politique.
Pas de besoin d'un mâle dominant à la Poutine pour imaginer le changement, du moins à titre personnel. Quant à l'aspect autoritaire, c'est largement un contre-argument pour moi.
Les femmes, et ce n'est pas moi qui le dit, mais les sociaux libéraux et leurs supporteurs, font plus dans le compromis, dans la douceur quand l'homme à toujours été radical et autoritaire. Je reprend un discours de gauche sociétale.

Encore faudrait-il être certain que ce soit bien le féminisme en lui-même que tu désapprouves, ou seulement certains de ses courants misandres. Je ne comprends pas cette manie puérile qu'ont certaines femmes à vouloir accabler les hommes de tous les maux, je ne comprends pas davantage la manie ridicule de certains hommes à vouloir s'attaquer indument aux femmes. D'une manière générale, je ne comprends pas la manie insupportable qu'ont les êtres humains à vouloir se diviser et se mettre sur la gueule selon des critères aussi débiles que leur sexe, leur origine, leur religion..
Le féminisme et l'instrumentalisation que l'ont fait des femmes, oui.

Je ne suis pas d'accord.
D'abord parce que ton propos contient un préjugé énorme : le travail est par nature masculin. Ce qui est une énormité. Le mythe de l'homme qui va chasser le mammouth pendant que la femme reste à la caverne a été démonté depuis des décennies. C'est notre culture qui nous a appris ça.
Là il va falloir me démontrer sérieusement que la femme chassait avec l'homme. Parce que si elle chassait, porter les enfants, faisait la bouffe, tannait les peaux, fabriquait les outils, combattait les ennemis, allaitait les enfants. C'est Rambo avec des seins.

Je ne suis pas contre la travail des femmes. Je suis contre le fait qu'on leur interdise d'être mère qui peut être, n'en déplaise aux égalitaristes, un désir profond chez une femme, qu'on les force malicieusement à avorter pour des raisons productives, qu'on souhaite à tout prix et coûte que coûte les faire rentrée dans le travail marchand. Les femmes ayant toujours travailler.

Alors tu définies tes idées négativement : tu prends le contre-pied systématique de ce que tu considères comme la parole dominante ? A ce jeu-là tu peux bouffer à bien des râteliers ; pourquoi pas le monarchisme ? Pour lutter contre l'idéologie républicaine. La théocratie ? Pour combattre la laïcisation autoritaire. Ou le créationnisme ? Pour résister face au dogme évolutionniste. Sérieusement, des idées ne se forgent pas comme ça.
Je suis sur un forum, je n'ai jamais fait beaucoup de verbiage. Il y'a des évolutions dominantes, celles qui me plaisent pas, je les dénonce de manière plus ou moins radicale, sans chaque fois chipoter que le concept est bien mais faut relativiser.
J'avoue avoir une certaine préférence à parler de l'armée, préférence personnelle puisque comme tu le sais, je me suis engagé. C'est la seule institution qui permet à des jeunes de s'en sortir, d'apprendre des valeurs civiques, d’échapper au salariat et à la surconsommation mais tout le monde, en priorité la pseudo gauche tape dessus avec des volontés louables, certes. Au final, il n'y aura plus aucun moyen pour des jeunes pauvres d'échapper au système, ça sera encore un beau résultat que je devrais en plus assumé lorsqu'on me dira en réel : "Toi qu'est de gauche, t'as vu ce que vous avez pour le capitalisme... encore".

1. Que signifie « positions à court terme » ?
2. N'as-tu pas dit plus haut que tu n'avais pas changé de position ?
Position à court terme. Comment faire pour qu'un ruraux puisse tondre sa pelouse sans revenir à la faux ou faire un crédit pour un bidon d'essence. Comment faire pour ramener les libertés individuelles enlevées par les technocrates. Comment faire pour qu'une jeune fille qui porte une enfant puisse sans occuper comme elle le souhaite. Comment faire pour qu'un prolo puisse aller voir sa copine sans se prendre cent pv pour tout et n'importe quoi et finisse ruiné en passant à la borne. Comment faire pour arrêter cette surconsommation qui est le résultat d'un isolement de l'individu etc
Du concret en somme.



Dernière édition par Révolte le Sam 31 Mar - 18:52, édité 1 fois

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par UMFA le Sam 31 Mar - 18:33

Au final, il n'y aura plus aucun moyen pour des jeunes pauvres d'échapper au système

L'école, aussi en déclin qu'elle soit, reste tout de même un moyen pour les gamins de pauvres d'échapper au système...


__________________________________
"On peut s'arrêter quand on monte, jamais quand on descend" Napoléon Bonaparte
avatar
UMFA
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 769
Opinions politiques : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par Révolte le Sam 31 Mar - 18:42

L'école, aussi en déclin qu'elle soit, reste tout de même un moyen pour les gamins de pauvres d'échapper au système...
Ça ne parle pas à tout le monde l'école, c'est un milieux bourré d'idéologie, et ça te nourri pas (merci parents).
Pis bon, faut voir à quoi ça ressemble, les étudiants : Des indisciplinés soumis donnant des leçons tout les jours, se masturbant sur trois concepts et expliquant la vie d'usine à des mecs qui ont 20 ans de boîte. C'est comme si moi, j'allais expliquer son boulot à un trader, sous prétexte que j'ai ouvert un livret A.
Je vais encore vexer du monde sur le fofo

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par UMFA le Sam 31 Mar - 18:50

Et l'armée n'est pas un milieu bourré d'idéologie ..? Il est évident que si. Je ne pense donc pas qu'il faille balayer d'une manière aussi vive l'école qui peut, même aujourd'hui, permettre à des individus intelligents et indépendants de réussir dans ce qu'on appelait avant "la méritocratie républicaine".

L'école ne nourrit pas, c'est vrai. Mais tu serais donc pour que des enfants de 12 ans partent à l'armée...? cheers

__________________________________
"On peut s'arrêter quand on monte, jamais quand on descend" Napoléon Bonaparte
avatar
UMFA
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 769
Opinions politiques : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par Révolte le Sam 31 Mar - 19:02

Et l'armée n'est pas un milieu bourré d'idéologie ..?
Moins, on ne t'enseigne pas à l'armée des discours dominants. On ne t'apprend pas à être gentil.
Non l'école, j'y suis allé jusqu'au Bac, ça m'a largement suffit et vu le niveau, à trente ans, j'aurai seulement pu passer avec succès le certificat d'étude. Autant continuer seul.
Je ne dis pas que c'est pas bien d'étudier, qu'il faut supprimer l'école, jusque c'est pas au niveau que l'on est en droit d'attendre du plus gros budget de l'état et que je connais des étudiants en réel, ayant discutés avec eux, je me dis que j'ai bien fait de me barrer.


L'école ne nourrit pas, c'est vrai. Mais tu serais donc pour que des enfants de 12 ans partent à l'armée...?
Le collège militaire bien entendu bounce
Plus sérieusement, j'interdit personne d'aller à l'école, je ne milite pas pour une suppression des universités, ou je ne sais quoi d'autre.
Chacun trouve son bonheur où il l'entend.
Moi je le prend à l'armée et je maintient que c'est la seule institution dans le monde de l'argent à échapper au système.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par UMFA le Sam 31 Mar - 23:08

On ne t'apprend pas à être gentil.

L'enseignement idéologique, c'est donc uniquement apprendre à être gentil ?
Il est évident que l'armée délivre un discours idéologique, et ce n'est pas choquant : s'il n'y avait pas un idéal, les gens n'iraient pas risquer leur vie.

Non l'école, j'y suis allé jusqu'au Bac, ça m'a largement suffit et vu le niveau, à trente ans, j'aurai seulement pu passer avec succès le certificat d'étude. Autant continuer seul.

Je suis absolument d'accord avec toi sur l'effondrement du niveau, c'est quelque chose d'évident. Mais je ne pense pas qu'il faille jeter le bébé avec l'eau du bain : côtoyant moi-même ce milieu, je peux affirmer qu'il y a encore des gens, qu'il y a encore des professeurs, qui cultivent l'idéal d'une école réellement basée sur la méritocratie.
Le problème vient de l'école qui ne veut plus affirmer son autorité qui doit servir à instruire mais aussi des élèves qui, à cause de cette société qui cherche le plaisir immédiat, ne veulent plus se donner la peine de travailler et ne veulent pas se plonger dans l'étude de choses qui paraissent surannées.


__________________________________
"On peut s'arrêter quand on monte, jamais quand on descend" Napoléon Bonaparte
avatar
UMFA
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 769
Opinions politiques : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par Révolte le Sam 31 Mar - 23:29

L'enseignement idéologique, c'est donc uniquement apprendre à être gentil ?
Il est évident que l'armée délivre un discours idéologique, et ce n'est pas choquant : s'il n'y avait pas un idéal, les gens n'iraient pas risquer leur vie
A l'armée, et je te confirmerai dans quelques mois puisque les méthodes de formation ont subi des réformes énormes et d'après les militaires que je côtoient l’effondrement du niveau est là.
Il y'avait (on va le mettre au passé, puisque le présent ne s'avère pas brillant) une certaine culture du combat (chose normale à l’armée), de l'homme (au sens général puisque les femmes peuvent aussi faire l'armée) intègre, se pliant au logique de groupe et de cohésion etc. Et évidemment, il y'a l'idéal du héros respecté de tous (un genre de spartiate) qui est un rêve vu le peu de respect donné aux militaires.
Cette culture était dominante.

A l'école, je n'ai vu qu'une idéologie de soumission et d'indiscipline. L'école comme la société en est responsable.

côtoyant moi-même ce milieu, je peux affirmer qu'il y a encore des gens, qu'il y a encore des professeurs, qui cultivent l'idéal d'une école réellement basée sur la méritocratie.
C'est évident, toutefois trop peu nombreux à mon goût pour que ça suffit à l'excuser. Je ne remet pas en cause le fait de l'école (ça serait délirant). Mais les méthodes d'enseignement ne sont pas les bonnes et la plupart des profs sont mauvais.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par UMFA le Sam 31 Mar - 23:40

A l'école, je n'ai vu qu'une idéologie de soumission et d'indiscipline.

On (ce ne sera pas mon cas) peut facilement te rétorquer que faire l'armée, c'est aussi se soumettre à une lourde hiérarchie, à des circonstances difficiles, à une horrible nation qui a par le passé tué ou mis en esclavage des centaines de milliards d'individus !

Mais bon, sinon sur le fond ; je pense aussi que l'école endoctrine les jeunes générations. Pour ne prendre que cet exemple, la théorie du genre est dans les manuels de science posée comme une réalité scientifique... alors qu'elle n'est qu'une théorie, défendue par une partie qu'on connait bien de l'échiquier politique.

Mais les méthodes d'enseignement ne sont pas les bonnes et la plupart des profs sont mauvais.

Je suis absolument d'accord, et les professeurs sont de plus en plus mauvais ; on remarque de grandes différences entre ceux qui sont âgés, dont on sent une réelle culture et un sens réel de ce que doit être l'enseignement, et ceux qui sont plus jeunes...

__________________________________
"On peut s'arrêter quand on monte, jamais quand on descend" Napoléon Bonaparte
avatar
UMFA
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 769
Opinions politiques : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par Révolte le Dim 1 Avr - 0:05

On (ce ne sera pas mon cas) peut facilement te rétorquer que faire l'armée, c'est aussi se soumettre à une lourde hiérarchie, à des circonstances difficiles, à une horrible nation qui a par le passé tué ou mis en esclavage des centaines de milliards d'individus !
Pour bien expliquer ce que je veux dire, je vais prendre un exemple réel.
Une usine de déchargement de camion, un cariste doit amener des palettes d'un point A à un point B. Un camion arrive en fin de journée, le chef d'équipe dit aux caristes de prendre des palettes, dehors, un point C, pour les amener au point B. .
Il a fait des manières comme pas permis, à refuser de chercher les palettes parce que les palettes sont dehors et qu'on ne sort pas un engin électrique dehors sous la pluie, mais pour monsieur qu'il fasse beau ce jour là ne change rien. Derrière ça, c'est des gars qui attendent, qui sont au chômage technique et doivent à tout prix trouver un balai ou qqch pour faire semblant de travailler parce que si ils sont surpris à glander, c'est la porte. Ce sont des mecs qui partent en retard pour rien etc.
Bref, le mec c'est pas sa machine, c'est pas son usine, et il est pas foutu de faire 40 mètres sur un fauteuil pour chercher dix palettes. C'est ce que j’appelle l'indiscipliné.
A l'armée, à l'époque où ce n'était pas interdit, si tu faisait un truc comme ça, tu nettoyais des cailloux le reste de ta journée.
Et le même mec, je l'invente pas, lorsque le directeur cadre se pointe, il fait caca, crache sur le reste de l'équipe et se vante d'avoir pris 5 minutes de pause de moins que les autres.
Bref, c'est un soumis.
C'est ce que j'appelle l’indiscipliné soumis.
Ces personnes pullulent et non ce ne sont pas des connards, ce sont des produits.

La première institution qui laisse sortir des jeunes gens absolument inapte à la socialisation s'appelle Education National.

L'exemple est anodin, c'est juste pour citer un exemple réel parmi tant d'autres

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par Camarade Troska le Dim 1 Avr - 18:07

la théorie du genre est dans les manuels de science posée comme une réalité scientifique... alors qu'elle n'est qu'une théorie, défendue par une partie qu'on connait bien de l'échiquier politique.
Encore des sales rouges minoritaires antidémocrates ? Cool
Moi je soutiens pleinement la théorie du genre, pas pour sa scientificité, mais pas sa pure logique et sa pure démonstration extrêmement simple. Je pourrais même te dire pour pousser, que j'ai énormément d'affection pour la théorie queer radicale... Maintenant, tu peux m'insulter de décadent.


__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Chine, une superpuissance militaire

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum