Le problème du féminisme

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par UMFA le Sam 21 Avr - 18:48

Ca me tente.

__________________________________
"On peut s'arrêter quand on monte, jamais quand on descend" Napoléon Bonaparte
avatar
UMFA
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 769
Opinions politiques : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Camarade Troska le Sam 21 Avr - 19:14

T'as cherché le ban aussi.

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Révolte le Sam 21 Avr - 19:30

T'as cherché le ban aussi.
Hum... j'aimerai bien savoir où ?
J'admet que ce n'est pas un forum de débat, mais quand même.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Camarade Troska le Sam 21 Avr - 19:51

Bah en fait, t'as pas une attitude très diplomatique, cela dit, j'suis comme toi, j'attaque bille en tête... Mort de rire

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par UMFA le Sam 21 Avr - 19:56

Faut apprendre la diplomatie les gars.

__________________________________
"On peut s'arrêter quand on monte, jamais quand on descend" Napoléon Bonaparte
avatar
UMFA
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 769
Opinions politiques : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Camarade Troska le Sam 21 Avr - 22:12

C'est pour les pédés.

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Révolte le Sam 21 Avr - 22:27

C'est pour les pédés.
Mort de rire
Je suis tenté de suivre ça d'un plus 1

Rien ne sert d'être diplomate, ils sont là pour se masturber sur leurs idées, Quoique tu fasses, t'es viré avant d'avoir commencé.

Il n'empêche que contrairement à d'autres forums, on n'a pas surprimé mes messages et que les coeurs purs s’offusquent : http://feminisme.fr-bb.com/t397p15-revolte#7414


Dernière édition par Révolte le Sam 21 Avr - 23:09, édité 1 fois

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par UMFA le Sam 21 Avr - 22:57

C'est pour les pédés.

Merci Troska. Grâce à toi, je viens d'avoir une révélation. Je ne m'y... attendais vraiment pas.

__________________________________
"On peut s'arrêter quand on monte, jamais quand on descend" Napoléon Bonaparte
avatar
UMFA
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 769
Opinions politiques : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Révolte le Dim 22 Avr - 7:48

Sur http://feminisme.fr-bb.com/t397-revolte


Bien, je vais faire ça en trois partie, qui normalement devrait faire le tour de la question.

Tout d'abord, les féministes se plongent dans un communautarisme victimaire qu'elles auto-alimentent en fantasmant une haine des hommes contre les femmes et par une histoire qu'elles se racontent à leurs manières.
Car le féminisme se fonde sur un mensonge historique "la femme derrière son évier" et l'homme dominateur, comme si c'etait si simple.
Nos grands parents, ont séparé les sexes en rôle pour des raisons pragmatiques. La femme avait en charge le foyer et le lien social (Santé, iniative de village en tout genre etc). Ce rôle loin d'être indigne permettait de maintenir debout nos sociétés et de ne pas exposer les femmes aux périls pouvant entraîner blessure, fatigue et mort.
Les femmes ayant la tâche ardue de porter des enfants, les hommes se devaient de subvenir à leurs besoins. Il y'a là, tout un côté moral.
K.Marx explique très bien que l'infrastructure (moyen de production) conditionne les superstructures (Etat, religion etc). Si la société a mis les femmes au travail, au grand bonheur du capital, c'est parce que nos moyens de production ont subit les mutations nécessaire à cela. La société s'est toujours organisée par obligation.
Pour résumer sur ce point, je suis anti-femministe car amusé par le communautarisme victimaire et toute la simplification de l'histoire par le mouvement féministe.

Deuxièmement, je parle à beaucoup de femmes, et je me rencontre de plus en plus que le féminisme aujourd'hui est rejeté par une majorité de le gente féminine, qui ont bien compris que la domination était riche/pauvre et non homme/femme.
Mais une bonne partie d'entre elles, se plaignent aussi de l'homme "nouveau", l'homme moderne, ayant perdu toute les valeurs masculines traditionnelles pour aboutir au merdeux mal élevé, consommateur par excellence.
Pour résumer je suis anti-feminisme, car la majorité des femmes comme des hommes le rejettent ayant compris toute la perversité du capital à avoir adopter et adapté tout un mouvement qui au départ, était légitime.

Je finirai sur ce point. Je pense, comme beaucoup d'ailleurs, que l'extrême-gauche, et le mouvement féminisme sont de loin, les meilleurs défenseurs du libéralisme.
Il suffit de prendre la théorie du genre, jamais un concept, n'a été aussi libéral. Croire que l'individu est au dessus de tout et peut se déterminer en faisant abstraction complète de sa nature, de son fonctionnement hormonal etc, si ce n'est pas l'idéologie libérale par excellence, je mange mon ordi.
Et c'est là que tout devient très drôle au fond, le système dépense des milliards en psychologie individuelle, sachant exactement que si l'on présente un sujet comme cela, il y'aura telles et telles réactions, réactions que l'on pourra manipuler dans le sens que l'on souhaite.
On est tous et toutes, dans des schémas de pensée, des petites cases, et tout le vice du système est de faire croire que l'on est libre, affranchit de toutes entraves, en appelant les gauchistes au renfort pour endormir a coup de massues idéologique.
Pour résumer, je suis anti-femministe car anti-système.




__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Révolte le Dim 22 Avr - 7:50

Réponse Adline :

Je réponds malgré tout à l'argumentation de Révolte.

Pour ce qui est du "communautarisme victimaire qu'elles auto-alimentent en fantasmant une haine des hommes contre les femmes et par une histoire qu'elles se racontent à leurs manières", je suis d'accord que c'est là une des dérives parfois constaté au sein du courant féministe. D'où l'importance primordiale de se confronter à d'autres avis et surtout de toujours d'ouvrir le mouvement aux hommes. Cependant je ne crois pas qu'on est ce problème sur ce forum, entre autre puiqu'on y trouve des membres masculins.

"Car le féminisme se fonde sur un mensonge historique "la femme derrière son évier" et l'homme dominateur, comme si c'etait si simple." Ceci n'est pas un mensonge ; ce sont là les rôles véridiques assignés aux hommes et femmes depuis des siècles. Ces rôles avaient sûrement au départ une raison d'être ("Nos grands parents, ont séparé les sexes en rôle pour des raisons pragmatiques.") et permettait de "maintenir debout nos sociétés et de ne pas exposer les femmes aux périls pouvant entraîner blessure, fatigue et mort." Mais aujourd'hui la société a changé, comme tu le dis toi-même :
"Si la société a mis les femmes au travail, au grand bonheur du capital, c'est parce que nos moyens de production ont subit les mutations nécessaire à cela. La société s'est toujours organisée par obligation." La société change : ces rôles n'ont plus lieu d'être aujourd'hui. "Les femmes ayant la tâche ardue de porter des enfants, les hommes se devaient de subvenir à leurs besoins. Il y'a là, tout un côté moral." -> seulement aujourd'hui les femmes travaillent aussi (la faute à l'histoire : guerre...), elles n'ont donc plus besoin que les hommes subviennet à leurs besoins ni ne les protègent. Les rôles évoluent.


"je parle à beaucoup de femmes, et je me rencontre de plus en plus que le féminisme aujourd'hui est rejeté par une majorité de le gente féminine" -> je crois que tu te trompes sur ce point. Le terme "féminisme" a aujourd'hui une connotation très négative, la faute aux extrémistes féministes et aux caricatures de l'opposition, ce qui fait que la plupart des femmes rejettent tous liens avec ce terme. Mais si on exclue ce mot et que l'on questionne sur les idées appartenant au mouvement, on se rend compte que la plupart des femmes sont d'accord. "Souhaitez vous qu'il y ait autant de femmes que d'hommes à l'aasemblée nationale ? Souhaitez vous que votre fille ait les mêmes chances que votre fils sur le marché du travail ? Souhaitez vous que les femmes aient les mêmes droits que les hommes ? Souhaitez vous qu'il y ait moins de viols et d'homicides conjugaux ?" "Oui, bien sûr que oui", vous répondrons la plupart des femmes et bien des hommes.

"Croire que l'individu est au dessus de tout et peut se déterminer en faisant abstraction complète de sa nature, de son fonctionnement hormonal etc, si ce n'est pas l'idéologie libérale par excellence, je mange mon ordi." Je ne crois pas un seul instant que l'individu puisse se déterminer en faisant abstraction de sa nature. Simplement aujourd'hui nous nous rendons compte que nous pouvons faire certaines choses, notre nature ne nous gênant en rien, mais que seul les règles et traditions patriarcals nous en empêchent.

[/list] "On est tous et toutes, dans des schémas de pensée, des petites cases, et tout le vice du système est de faire croire que l'on est libre, affranchit de toutes entraves, en appelant les gauchistes au renfort pour endormir a coup de massues idéologique.
Pour résumer, je suis anti-femministe car anti-système."
Personne n'est libre. Nous sommes déterminés et manipulés. La seule chose qui nous reste à faire c'est de nous battre contre ce que nous voyons comme nous oppressant. Et étrangement c'est toujours le système, puisque celui-ci est à la fois libéral, manipulateur et sexiste.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Révolte le Dim 22 Avr - 8:07

Cependant je ne crois pas qu'on est ce problème sur ce forum, entre autre puiqu'on y trouve des membres masculins.
Des hommes féministes ?
D’ailleurs c’est très drôle que votre admin justifie mon bannissement par cette phrase : je ne pense pas que cet esprit supérieur doit perdre son temps avec des femelles hystériques, moches et mal-baisées.
Je ne comprend pas, l’emploi à tout bout de champs, des termes mâle et femelle (j’ai lu ça un milliers de fois sur le forum), ni cette façon d’en rajouter à mes interventions.
En aucun j’ai pu dire que vous étiez hystérique, moche et mal baisé. Je ne parle pas comme ça aux inconnus, ni même aux connus
M’enfin, n’en parlons plus.

Car le féminisme se fonde sur un mensonge historique "la femme derrière son évier" et l'homme dominateur, comme si c'etait si simple." Ceci n'est pas un mensonge ; ce sont là les rôles véridiques assignés aux hommes et femmes depuis des siècles.
Tout le mensonge est de voir le rôle des femmes par le passé comme indigne, complètement assujettis aux hommes et sous entendre que l’homme dans tout ça, aurait eu une vie extrêmement facile, tendre, loin des rapports de domination.

ces rôles n'ont plus lieu d'être aujourd'hui.
Ces rôles sont vitaux et existe encore. Il existe dans la double journée du couple pour les travaux domestiques et ce sont les retraités bénévolement ou l’Etat qui maintiennent tant bien que mal, un tissu social, en participant à diverses associations.
La femme n’a jamais autant souffert d’être sous des rapports de domination, elles subissent l’aliénation d’un mari, et maintenant obligatoirement celle d’un patron. Mais souvent la dernière des aliénations et la plus cruelle, elles subissent la solitude.
Il n’est pas question, non plus, de revenir au passé, mais de relativiser toutes les conquêtes du féminisme, et de respecter les femmes qui ne souhaitent pas travailler, privilégiant les enfants, le travail bénévole etc.
Je note aussi, que dans le monde du travail, les rôles sont extrêmement partagés, tout d’abord en secteurs (primaire, secondaire, tertiaire). Mais dans l’entreprise, elle-même.
J’ai fait un peu d’interim en déchargement de camion, un milieu très dur, et peu mécanisé. Il n’y avait que des hommes pour décharger les vrac et que des femmes pour préparer les commandes (c’est de la chaîne).
Là encore, l’entreprise, ne s’organise pas ainsi pour le plaisir de faire du sexisme. Mais simplement parce que les hommes sont plus forts.
seulement aujourd'hui les femmes travaillent aussi (la faute à l'histoire : guerre...), elles n'ont donc plus besoin que les hommes subviennet à leurs besoins ni ne les protègent. Les rôles évoluent.
Il y’a des choses qui ne changent pas. Vous faites les enfants par exemple. Enfin pour pousser l’esclavage social des femmes jusqu’au boutisme, je ne serai pas étonné d’ici plusieurs décennies que l’on puisse arriver à faire naître des enfants sous couveuse et que les femmes prennent cette option par confort et pour produire.
On n’arrêtera pas le progrès… Mais bon, là, c’est mon côté délirant.

"Souhaitez vous qu'il y ait autant de femmes que d'hommes à l'aasemblée nationale ? Souhaitez vous que votre fille ait les mêmes chances que votre fils sur le marché du travail ? Souhaitez vous que les femmes aient les mêmes droits que les hommes ? Souhaitez vous qu'il y ait moins de viols et d'homicides conjugaux ?" "Oui, bien sûr que oui", vous répondrons la plupart des femmes et bien des hommes.
Nous sommes d’accord. Il y a consensus de la société sur tes questions.
Pour te reprendre un peu plus haut dans ce que tu as dit , c’est aussi la faute aussi au féminisme gadget, la suppression du mot Mademoiselle en France, réduire les files d’attente aux toilettes des dames en Chine, changer les panneaux de routes en Suède.
Tout cela donne un côté extrêmement ridicule au mouvement féministe.
Ensuite, j’ai expliqué que ce mouvement a été adopté et adapté par le système, notamment pour désintégrer les repères masculins qui gênaient le capital et fabriquer des merdeux insolents, consommateurs par excellence.
Une grande majorité des femmes ont compris intuitivement que le féminisme était responsable des pertes de comportement qui les séduisaient.
Je pense que tout cela vienne de notre enfance, je ne suis pas doué en psychologie mais toutes les petites filles sont amoureuses de leurs papas. Et si nous ne sommes plus des hommes, nos pères l’étaient encore. A 20 ans, elles se rendent bien compte qu’il y’a eu des pertes.
Simplement aujourd'hui nous nous rendons compte que nous pouvons faire certaines choses, notre nature ne nous gênant en rien, mais que seul les règles et traditions patriarcals nous en empêchent.
Il y’a un sujet sur la théorie du genre. Je pense que par le passé, les hommes étaient obligé d’être des hommes par la pression qu’exerçaient la société. Il me semble que ça avait ces avantages, idem pour les femmes.
Aujourd’hui, rien n’a changé, hommes et femmes sont désintégrés par la pression de la société. Mais là, on a appelé ça, Liberté.
Personne n'est libre. Nous sommes déterminés et manipulés. La seule chose qui nous reste à faire c'est de nous battre contre ce que nous voyons comme nous oppressant. Et étrangement c'est toujours le système, puisque celui-ci est à la fois libéral, manipulateur et sexiste.
J’ai l’impression que tu oublies au final sur quelle idée était fondée mon premier message : Le capital se sert du féminisme pour pousser les personnes à la consommation et à la production de marchandises.
A vrai dire, je suis bien désarmé contre l’intelligence du système à retourner les mouvements.
J’ai eu la tendance de me dire, puisque nous vivons dans une société que certains diront féminisée (je ne sais pas quel terme employer) pour servir le capital, il fallait redonner sa place, à un certain traditionalisme.
Tout comme, je me suis dit, puisque nous vivions dans un monde mondialisé légitimé par l’internationalisme, il fallait retourner au nationalisme.
Mais bon, je ne sais pas si ce sont les meilleurs solutions.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Camarade Troska le Dim 22 Avr - 9:01

Je me permet...

Tout le mensonge est de voir le rôle des femmes par le passé comme indigne, complètement assujettis aux hommes et sous entendre que l’homme dans tout ça, aurait eu une vie extrêmement facile, tendre, loin des rapports de domination.
Je pense que tu fais fausse route, ce n'est que mon avis. Pas mal de penseurs de l'époque ont déjà montré que la condition de la femme n'était pas enviable, qu'elle soit aristocrate ou qu'elle soit prolo'. "L'esclave des esclaves", c'est une réalité assez fréquente et les chiffres sont là pour le démontrer : Quand un mec se fait exploiter et/ou virer de son boulot, il a énormément de chance de se venger en frappant sa compagne, sa femme ou sa copine. (Je chercherais les chiffres, c'est assez éloquent)
Là où je ne suis pas d'accord avec Soral, c'est quand il essaye de faire comprendre qu'il y a des rôles prédéterminés pour les femmes et c'est pour ça qu'il y a très peu de femmes qui ont pensé, ou autre. Je ne suis pas d'accord, car il oublie de dire que dès la Grèce Ancienne, les nanas qui avaient le malheur de faire de la philosophie ou des mathématiques, elles étaient trouvés, violés et tué purement et simplement. Il y a des tas d'exemples, suffit de regarder qui se trouvait sur l'île de lesbos et pourquoi la chrétienté a enregistré les textes de Platon ou de Socrate exclusivement masculin, et aucun féminin. C'est indéniable pour moi.


__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Révolte le Dim 22 Avr - 9:17

Je pense que tu fais fausse route, ce n'est que mon avis. Pas mal de penseurs de l'époque ont déjà montré que la condition de la femme n'était pas enviable, qu'elle soit aristocrate ou qu'elle soit prolo'. "L'esclave des esclaves", c'est une réalité assez fréquente et les chiffres sont là pour le démontrer : Quand un mec se fait exploiter et/ou virer de son boulot, il a énormément de chance de se venger en frappant sa compagne, sa femme ou sa copine. (Je chercherais les chiffres, c'est assez éloquent)
Bien, c'est à réfléchir. Je ne suis sur de rien.
Toutefois, entre mon foyer douillet, ou être un marin sur un navire en bois qui coule une fois sur trois, être soldat napoléonien atteins de la dysenterie et mourir geler. Je préfère mon foyer.
De plus, je crois que l'homme était confronté à la dureté de la réalité et à tout les rapports de domination extérieur, là où une femme, elle, ne subissait que la sienne.
Je crois en toute sincérité que leur condition était enviable à la notre. Je sais que je blasphème et étant trop peu documenté sur la question.
Ce n'est pas une affirmation arrêtée.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Camarade Troska le Dim 22 Avr - 9:39

Il y avait aussi des femmes qui mourraient avec les soldats napoléonien, au passage... Rolling Eyes
L'homme a toujours été confronté la dureté de sa condition d'exploitation extérieur, du rapport de domination économique, sociale et politique. La femme a toujours du faire en sorte de "calmer et rassurer" l'homme, pour lui faire oublier la dureté de la vie, même si cela doit passer par des insultes et des claques dans la gueule. Je me souviens de mes grands parents, plus de 50 ans de mariage, un amour sincère, pourtant mon grand père traitait sa femme comme de la merde, pas d'autres mots et ça foutait en rogne mon père, qui comprenait pas cette attitude, et mon grand père était choqué que ma mère réponde à mon père quand elle était pas d'accord. (Bon d'accord, ma mère est une féministe ultra, elle me fait peur par moment. What a Face)

Je ne sais donc pas si se faire exploiter dans les tâches domestiques est "moins pire" que de se faire exploiter à l'usine : Ce qui est mis en cause, c'est la division sociale et sexuelle du travail ou des activités loisirs, ainsi que le rôle social type. Moi je n'ai rien contre le fait qu'une nana veuille rester à la maison et s'occuper de ses enfants, mais je ne vais pas blâmer celle qui veut faire autre chose de sa vie. De toute manière, si on doit s'émanciper, ce sera tous ET toutes, donc il faudra briser toutes les exploitations, où qu'elles soient et où elles se trouvent. C'est assez simple pour moi.

P.S : Je tiens à rappeler que je ne suis pas "féministe", mais révolutionnaire et progressiste, rien d'autre. Les combats de Rosa Luxembourg, Lucy Parsons, Emma Goldman, Clara Zetkin, Alexandra Kollontai ou Angelas Davis, mérite mon respect et une grande gratitude pour la cause que je défends. Faut aussi se souvenir de toutes ces femmes qui se sont battus librement pour la révolution en Espagne, sortant des bordels ou des couvents, s'organisant pour leurs propres émancipations. Clin d'oeil

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Révolte le Dim 22 Avr - 10:02

Il y avait aussi des femmes qui mourraient avec les soldats napoléonien, au passage...
1 pour 1000 ? Soyons sérieux.

La femme a toujours du faire en sorte de "calmer et rassurer" l'homme, pour lui faire oublier la dureté de la vie, même si cela doit passer par des insultes et des claques dans la gueule.
Tout à fait. Les claques dans la gueule devaient être peu fréquente. Quand un poilu commence sa lettre par "Ma chère Louise", il n'a rien du mec qui se lève le matin en mettant un coup de savate à sa femme.
J'ajoute que les violences conjugales sont toujours présentes, sont-elles moins nombreuses que par le passé? Je ne sais pas.

Je me souviens de mes grands parents, plus de 50 ans de mariage, un amour sincère, pourtant mon grand père traitait sa femme comme de la merde
Moi je me souviens de ma grand-mère parlant de mon grand-père comme ayant toujours fait de son mieux pour la protéger, lui rendre la vie meilleure. Alors, il ne débarrassait jamais la table, mais il est mort dans les bois, d'une crise cardiaque, pour que sa famille puisse se chauffer l'hivers, à l'age de 60 ans.

Je ne sais donc pas si se faire exploiter dans les tâches domestiques est "moins pire" que de se faire exploiter à l'usine
Tu oublies qu'aujourd'hui, elles sont exploitées sur les deux tableaux.
Et ont beaucoup moins d’activités émancipatrices, pour les plus pauvres d'entre-elle.
Parce que faire journaliste, c'est sympa, faire la chaîne, ça rend con.

Ce qui est mis en cause, c'est la division sociale et sexuelle du travail ou des activités loisirs, ainsi que le rôle social type
Comme je le dis, les rôles sont toujours divisés par secteurs et dans l'entreprise elle-même pour des raisons pratiques.

Moi je n'ai rien contre le fait qu'une nana veuille rester à la maison et s'occuper de ses enfants
On est d'accord.

mais je ne vais pas blâmer celle qui veut faire autre chose de sa vie.
Je ne les blâme pas non plus. Je dis que la plupart sont contrainte est forcé.
Si je prend le cas de mon ex, qui souhaitait absolument être mère et une jeune mère.
Aujourd'hui, pour des raisons pratiques, elle doit suivre de longues études ce qui fait au mieux, si elle fait un gosse dans une période raisonnable (économiquement), c'est ce qu'on appelle l'enfant choisit. Elle pourra l'espérer à 30 ans.
Elle avouait, toujours avec gène, que si elle tombait enceinte, malgré que ce soit le seul désir de sa vie; elle avorterait.
Quand tu lui parles du féminisme aujourd'hui, c'est plutôt drôle, et elle était loin d'être soumise, la tigresse.

Je tiens à rappeler que je ne suis pas "féministe", mais révolutionnaire et progressiste, rien d'autre
Je ne suis qu'un révolutionnaire.


Dernière édition par Révolte le Dim 22 Avr - 11:06, édité 7 fois

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Révolte le Dim 22 Avr - 10:04

Sur le fond, je crois que nous sommes assez d'accord Troska, seulement pour moi le négatif ressort en premier et toi l'inverse.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par UMFA le Dim 22 Avr - 10:39

N'ayant rien à ajouter à ce qui a été dit, je veux simplement dire que je trouve très intéressant cette discution.

__________________________________
"On peut s'arrêter quand on monte, jamais quand on descend" Napoléon Bonaparte
avatar
UMFA
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 769
Opinions politiques : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Camarade Troska le Dim 22 Avr - 11:09

Révolte a écrit:1 pour 1000 ? Soyons sérieux.
Toutes les cantinières, les blanchisseuses et tout l'reste, beaucoup s'exposaient au feu pour aider, soigner, réconforter ou donner un remontant pour les gars même en première lignes. Je ne dis pas que c'est forcément comparable en terme de mort, mais quand même. Combien de femmes sont mortes dans les luttes de libération nationales ? Inde, Vietnam, Cuba et j'en passe ? Là où je ne suis pas d'accord encore avec Soral, c'est quand il dit "Nous les hommes ont fait la guerre, les femmes ça fait de la lecture". C'est trop simple et réducteur. L'armée populaire chinoise et de la Nord Corée ont des effectifs féminins qui explosent les quotas ricains... Neutral

Tout à fait. Les claques dans la gueule devaient être peu fréquente. Quand un poilu commence sa lettre par "Ma chère Louise", il n'a rien du mec qui se lève le matin en mettant un coup de savate à sa femme.
Cela ne veut strictement rien dire du tout. Plein de nanas témoignent qu'il pouvait être " très gentil avec moi" et d'un autre côté "être un salaud qui me violait". Je ne dis pas que c'est systématique, ni une logique propre, moi j'ai pas besoin de frapper ma copine quand je vais pas bien, je n'en vois pas l'intérêt. (Et j'ai un frère pour ça Mort de rire)

Alors, il ne débarrassé jamais la table, mais il est mort dans les bois, d'une crise cardiaque, pour que sa famille puisse se chauffer l'hivers, à l'age de 60 ans.
Je ne parle pas de débarrassé la table... Tu oublies aussi de préciser que la liberté individuelle de la femme dans un foyer à l'ancienne, c'est proche de rien du tout. Pas de partage de tâches, rien du tout. Je ne reste pas seulement aux travaux domestiques -quoi que je fais bien le ménage, ça fait pas de moi une tapette-, mais encore au rôle social que doit jouer la femme. Désolé de considérer qu'elle peut aussi aller chercher du bois et vice-versa.

Et ont beaucoup moins d’activités émancipatrices, pour les plus pauvres d'entre-elle.
L'ensemble du prolétariat n'a pas forcément d'activités émancipatrice de façon global...

Comme je le dis, les rôles sont toujours divisés par secteurs et dans l'entreprise elle-même pour des raisons pratiques.
On s'est mal compris à mon avis. Je voulais mettre en lumière le fait qu'il y est obligatoirement une division sexuelle du travail, genre une nana doit être infirmière et un gars doit faire militaire. Pourquoi les nanas doivent avoir des dinettes et une barbie, et nous les mecs des fusils et des soldats en plastiques ? Surtout que d'après énormément d'études, les gosses les plus jeunes jouent avec n'importe quel type de jouet, fille ou garçon. C'est la pression sociale, la moquerie des autres "Ouah t'es une fille tu joues avec une barbie" et tout le reste qui cimente cet aspect.
J'ai une très bonne amie qui jouait avec moi avec mes soldats de plombs, mes bagnoles et mes dinosaures. Elle a ratée sa vie parce qu'elle a pas fait des trucs "de filles ?". Quand j'étais gamin et gardien de but au foot', une nana jouait avec nous, elle était arrière gauche. Elle était petite, assez frêle, les mecs se foutaient de sa gueule dans l'équipe adverse... Beaucoup se sont fait découpés où mettaient plus l'épaule... Mort de rire Mort de rire Mort de rire

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Révolte le Dim 22 Avr - 11:37

Toutes les cantinières, les blanchisseuses et tout l'reste, beaucoup s'exposaient au feu pour aider, soigner, réconforter ou donner un remontant pour les gars même en première lignes. Je ne dis pas que c'est forcément comparable en terme de mort, mais quand même. Combien de femmes sont mortes dans les luttes de libération nationales ? Inde, Vietnam, Cuba et j'en passe ? Là où je ne suis pas d'accord encore avec Soral, c'est quand il dit "Nous les hommes ont fait la guerre, les femmes ça fait de la lecture". C'est trop simple et réducteur. L'armée populaire chinoise et de la Nord Corée ont des effectifs féminins qui explosent les quotas ricains...
Je ne remet pas en cause le courage des femmes...
Je donne une vision vague du passé : Les femmes accouchaient, souffraient et pouvaient en mourir.
Les hommes faisaient la guerre, souffraient et pouvaient en mourir.
Alors on peut chipoter sur tout, la cantinière, des hommes qui se sont carapatés comme des lapins à tels moments.
Je fais juste deux grandes tendances du rôle des sexes dans l'histoire et je me demande si ces rôles étaient légitimes. Je crois que oui, et j'irai plus loin, je crois que nos anciens ont agit avec honneur et bon sens.

Cela ne veut strictement rien dire du tout. Plein de nanas témoignent qu'il pouvait être " très gentil avec moi" et d'un autre côté "être un salaud qui me violait". Je ne dis pas que c'est systématique, ni une logique propre, moi j'ai pas besoin de frapper ma copine quand je vais pas bien, je n'en vois pas l'intérêt. (Et j'ai un frère pour ça )
Les féministes ont à mon sens, rien changé. Il y'a, et pour longtemps encore, des salauds et des salopes.

Je ne parle pas de débarrassé la table... Tu oublies aussi de préciser que la liberté individuelle de la femme dans un foyer à l'ancienne, c'est proche de rien du tout. Pas de partage de tâches, rien du tout. Je ne reste pas seulement aux travaux domestiques -quoi que je fais bien le ménage, ça fait pas de moi une tapette-, mais encore au rôle social que doit jouer la femme. Désolé de considérer qu'elle peut aussi aller chercher du bois et vice-versa.
Ma grand-mère faisait les vaches de temps à autre, ça lui suffisait largement...

Je fais la vaisselle aussi, m'enfin, ça nous avance pas à grand chose. Ce n'est pas parce une femme va faire une partie de painball qu'elle devient Rambo et ne peut plus être féminine.
Là aussi, on est d'accord.

L'ensemble du prolétariat n'a pas forcément d'activités émancipatrice de façon global...
Je ne te le fais pas dire. C'est pour ça que je ne me satisfait pas de les y avoir entraînées, et je me demande toujours si c'est véritablement un grand progrès pour elles.

Pourquoi les nanas doivent avoir des dinettes et une barbie, et nous les mecs des fusils et des soldats en plastiques ? Surtout que d'après énormément d'études, les gosses les plus jeunes jouent avec n'importe quel type de jouet, fille ou garçon. C'est la pression sociale, la moquerie des autres "Ouah t'es une fille tu joues avec une barbie" et tout le reste qui cimente cet aspect.
Mon frère ayant peu d'écart avec ma soeur, ils jouaient tout les deux aux voitures comme à la dînette, alors que je n'ai toujours eu que des ateliers de bricolage avec les perceuses pour gosse.
Ma soeur est féminine, mon frère joue bien plus les "macho" que moi pour séduire, et je ne sais pas bricoler...

On chipote sur l'histoire des femmes mais on oublie encore une fois tout les retours de bâtons de l'idéologie féministe.

PS: Je suis avec passion les fuites en avant de l'administrateur et les quelques réactions des autres membres. Ah, attends dans deux mois quand je pourrais me ré-inscrire Dingue



Dernière édition par Révolte le Dim 22 Avr - 12:27, édité 2 fois

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Camarade Troska le Dim 22 Avr - 12:16

Ouais, j'vais laisser Adline te réponse. On est plus ou moins d'accord.

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Révolte le Dim 22 Avr - 12:20

On ne s'oppose que pour savourer le plaisir de se mettre sur le gueule Mort de rire

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Camarade Troska le Dim 22 Avr - 12:52

Voilà, c'est un plaisir pervers.

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Révolte le Dim 22 Avr - 12:56

L'homme est un obsédé de nature.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par UMFA le Dim 22 Avr - 13:05

Les hommes prennent plaisir à se mettre sur la gueule ===> l'Homme est mauvais par nature. CQFD.

__________________________________
"On peut s'arrêter quand on monte, jamais quand on descend" Napoléon Bonaparte
avatar
UMFA
Politicien
Politicien

Nombre de messages : 769
Opinions politiques : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Camarade Troska le Dim 22 Avr - 13:21

Bah non. Avoir une joute verbale, c'est pas se coller des pains dans la tronche.
C'est même un réflexe naturelle, une "volonté de puissance". Rien de plus normal dans une société ouverte, basé sur le dialogue et les idées. Actuellement, on est dans une société ou l'inculture et la connerie est de mise, on nous rabaisse et on aime ça => Plus d'idées, plus de cultures, plus rien. => La société capitaliste est une société qui rabaisse l'homme, l'homme voit sa nature changé par son environnement.

CQFD. ( Dingue )

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le problème du féminisme

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum