Le communisme durant l'occupation

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Remus le Dim 14 Fév - 12:24

La poste n'est pas rentable?

Heu je crois que si, et alors?

On leur doit la libération de toute l'Europe de l'est
La libération? Ou l'impéralisme?

mais aussi l'honneur français.
???

Nous sommes plus dans une logique Jacobinne que communisme.
Hum, à l'échelle mondiale, nous sommes dans une logique planiste communiste:

Ce qu'on nomme liberalisme actuellement semble plutot être un communisme débridé se disant liberal seulement parce qu'il légitime le privé (et la protiété). Mais même cette notion de privé renvoie toujours à un état: Uné économie commandé par une pseudo conscience-mondial, marchés boursiers manipulés par les banques fédérales, OMC s'imposant comme déspote, G8 et Grennelle prétendant dicter l'avenir du "monde libre".
N'est-ce pas ce qu'on appelle une idéologie? Ceci ressemble étrangement au principe de planification économique communisme ?

__________________________________
"Un idéal n'a aucune valeur si vous ne pouvez pas le mettre en pratique." Swâmi Râmdâs
"Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir." Tocqueville
" Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude." Benjamin Constant
avatar
Remus
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 3464
Age : 27
Opinions politiques : Tendance libérale libertarienne
Activité politique : Destructeur d'idoles

Voir le profil de l'utilisateur http://jeunes-politique.forumpro.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Révolte le Dim 14 Fév - 13:17


La libération? Ou l'impéralisme?
Les deux.

???
La grande majorité, c'est à dire la presque totalité des résistants furent communistes.

Hum, à l'échelle mondiale
Je n'ai jamais réfléchis à cette échelle. Mais au niveau national, la plupart des français qui se revendique communiste sont en fait Jacobin. C'est à dire qu'il souhaite un état fort et centralisé, à la différence du communisme, ces français ne voient pas plus loin.

N'est-ce pas ce qu'on appelle une idéologie? Ceci ressemble étrangement au principe de planification économique communisme ?
J'y réfléchis et je te redis.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Remus le Dim 14 Fév - 13:56

La grande majorité, c'est à dire la presque totalité des résistants furent communistes.

C'est parfaitement faux, d'ailleurs le PCF ne rentra vraiment en résistance qu'une fois que Moscou lui en donna l'ordre: lorsque le pacte entre les deux totalitarismes fut rompu.

C'est à dire qu'il souhaite un état fort et centralisé, à la différence du communisme
La dictature du prolétariat marxiste ne peut que mener au centralisme. D'ailleurs tout les régimes communistes le furent.

__________________________________
"Un idéal n'a aucune valeur si vous ne pouvez pas le mettre en pratique." Swâmi Râmdâs
"Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir." Tocqueville
" Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude." Benjamin Constant
avatar
Remus
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 3464
Age : 27
Opinions politiques : Tendance libérale libertarienne
Activité politique : Destructeur d'idoles

Voir le profil de l'utilisateur http://jeunes-politique.forumpro.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Révolte le Dim 14 Fév - 15:43

C'est parfaitement faux, d'ailleurs le PCF ne rentra vraiment en
résistance qu'une fois que Moscou lui en donna l'ordre: lorsque le
pacte entre les deux totalitarismes fut rompu.
Je me moque du PCF, je ne te parle pas de parti mais d'hommes avec des idées.

La Résistance communiste [modifier]

Article détaillé : Histoire du parti communiste français (1938-44): La Seconde Guerre mondiale.


Le Parti communiste a été dissous en septembre 1939, après la conclusion du pacte germano-soviétique ; depuis, l'appareil du parti survit dans la clandestinité.
La direction du PCF, pendant l'été 1940, prend contact avec les
troupes d'occupation dans le but d'obtenir la reparution de l'Humanité.
Cette initiative qui durera un mois est rapidement condamnée par de
nombreux militants communistes ainsi que par Maurice Thorez présent à
Moscou. Des exlusions seront prononcées. Le PCF organise, participe
avec d'autres mouvements à la manifestation du 11 novembre 1940 à
Paris. En octobre 1940,le PCF met en place l'Organisation spéciale qui
a pour but la protection des militants (colleurs d'affiches,
distributeurs de tracts, militants qui prennent la parole dans les
files de ménagères, sur les marchés), l'organisation d'actions de
sabotage du matériel de guerre allemand des câbles téléphoniques, la
collecte des armes, la manipulation d'explosifs... Les communistes
installent, à partir de juillet 1940, dans de nombreuses usines, des
comités populaires dans le but d'obtenir de meilleures conditions de
travail et des augmentations de salaires, de lutter contre les
restrictions et de combattre l'influence des syndicats à la solde de
Vichy. Ces comités donnent naissance, dans certaines entreprises, dès
la fin 1940, à des groupes de destructions et de sabotages. Fin mai,
début juin 1941, le PCF organise, dans le Nord et le Pas-de-Calais une
grève qui rassemble 100 000 mineurs et prive les nazis d'une partie du
charbon produit. Plus de 200 mineurs sont déportés. Le 15 mai 1941, le
PCF lance un appel à la constitution d'un Front national de lutte pour
l'indépendance et la renaissance de la France.
L'expérience de la clandestinité donne alors aux communistes une
longueur d'avance sur les autres mouvements. Les moyens militaires des
communistes sont encore très faibles, notamment à cause du refus du
BCRA de lui remettre des armes.
En août 1941 lorsque Fabien
commet le premier attentat symbolique contre un officier allemand, mais
les communistes développent rapidement un mouvement de résistance
armée, les Francs-tireurs et partisans français (FTPF), dirigé par Charles Tillon. Ouverts aux non-communistes, les FTPF restent toujours sous contrôle communiste.
Il en est de même du Front national, mouvement de résistance politique, organisé par profession.
Le plus gros maquis français, celui du Limousin, est d'obédience communiste et dirigé par Georges Guingouin
qui a formé ses premiers groupes de sa propre initiative. Par la suite,
faisant passer les règles de cloisonnement inhérentes à la
clandestinité avant la discipline de parti, Guingouin conserve toujours
une grande indépendance vis-à-vis des structures de son parti. Les
communistes joueront un rôle très important dans la résistance à
l'occupant nazi, en structurant des réseaux, organisant des sabotages
divers, etc... De plus les communistes paieront un lourd tribu à la
répression allemande, par la mort de milliers d'entre eux.
Des communistes sont également présents dans des mouvements de
résistance non communistes. Ce sont souvent des militants qui
n'occupaient pas, avant-guerre, une place centrale dans l'appareil du
parti et qui, privés de contact avec le parti clandestin, ont eu
l'opportunité de rallier un autre mouvement. Le parti les a ensuite
encouragés à rester dans ces organisations. Par exemple, Jean-Pierre Vernant, universitaire qui termine la guerre comme responsable Forces françaises de l'intérieur (FFI) de 9 départements du Sud-Ouest a désavoué le pacte germano-soviétique et avait rejoint le mouvement Libération.


La Résistance socialiste

Nombreux dans la Résistance, les socialistes sont moins visibles en
tant que tels car, contrairement aux communistes, ils lient rarement la
reconstitution du parti et l'adhésion à des mouvements de résistance.
La résistance socialiste est plus dispersée, en grande partie parce que
la SFIO elle-même était incomparablement moins centralisée que le PCF, reposant bien davantage sur les élus et cadres locaux.
À la fin de l'été 1940, Daniel Mayer est chargé par Léon Blum de reconstituer la SFIO, mise en sommeil par Paul Faure. En mars 1941, Daniel Mayer crée, avec d'autres militants socialistes comme Suzanne Buisson et Félix Gouin, le Comité d'action socialiste (CAS), à Nîmes. Un CAS avait été créé par Jean-Baptiste Lebas pour le Nord-Pas-de-Calais (administrativement rattaché à la Belgique) en janvier 1941, et un autre, fondé en septembre 1940, couvre la zone nord. En 1942, Le Populaire, organe de la SFIO de 1921 à 1940, reparaît dans la clandestinité. La même année, André Philip devient commissaire national à l'Intérieur de la France libre, et Félix Gouin rejoint Charles de Gaulle à Londres pour représenter les socialistes. Suite au procès de Riom, l'ardeur et le nombre des résistants socialistes s'accroissent. Le CAS-sud devient la SFIO clandestine en mars 1943. Les CAS fusionnent en juin. Issu de la SFIO, Pierre Brossolette est en contact avec le CAS-sud, puis la SFIO clandestine, parallèlement à ses activités à la Confrérie Notre-Dame.
Les militants socialistes sont hégémoniques à Libération-Nord, dans les réseaux de renseignements issus de ce mouvement (Phalanx, Cohors-Asturies) et dans le réseau Brutus de Gaston Defferre, qui sont les principaux relais de la SFIO clandestine auprès de la France libre et de la Résistance intérieure. L'Organisation civile et militaire, glisse de la droite vers le socialisme tout au long de la guerre, suite à la participation croissante de socialistes (comme Jacques Piette et Guy Mollet), et aux arrestations de membres fondateurs. Par contre, l'engagement de plus en plus important des socialistes à Libération-Sud, où ils représentent presque la moitié des adhérents, se traduit par une influence politique moindre.
Plusieurs parlementaires de la SFIO jouent un rôle important dans la Résistance, notamment Jean Biondi, Jean Bouhey, Édouard Froment, Lucien Hussel, Jules Moch, Jean Pierre-Bloch et Tanguy-Prigent. François Camel et Marx Dormoy sont assassinés ; Jean-Baptiste Lebas, Isidore Thivrier, Claude Jordery et Augustin Malroux meurent en déportation. Parmi les résistants socialistes, se trouvent également des hommes d'appareil, comme Amédée Dunois, rédacteur du Populaire clandestin, mort à Bergen-Belsen.

Ton anti-communisme grégaire ne t'autorise pas à dire n'importe quoi Remus.

La dictature du prolétariat marxiste ne peut que mener au centralisme. D'ailleurs tout les régimes communistes le furent.
Là encore je te citerai la commune de paris. Ensuite, je ne t'ai jamais dis que les régimes communistes ne mènent pas au totalitarisme. Je t'informe simplement que la plupart des soi disant disant communistes français ne s'arrêtent qu'au socialisme.
Le socialisme étant pour eux un état fort et centralisé, si je ne me trompe, c'est du jacobinisme pur et dur.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Remus le Dim 14 Fév - 17:15

Là encore je te citerai la commune de paris.
Le mouvement de la commune n'était pas marxiste. Pas seulement.
Le socialisme étant pour eux un état fort et centralisé, si je ne me trompe, c'est du jacobinisme pur et dur.

En même temps c'est la définition même du socialisme marxiste.

Ton anti-communisme grégaire ne t'autorise pas à dire n'importe quoi Remus.
Et moi je te parle du PCF dans le genre Thorez qui se casse à Moscou pour ne pas affronter le danger, ce dernier était au courant de ce qui se tramer avec les nazis! Et pas que!

Revenons un peu aux faits! Et prenons le cas Moquet!

Je me permets de rappeler certains faits historiques. en octobre 40, lorsque guy moquet a été arrêté, le PC avait été interdit. interdit, mais par qui ? par ces salauds de fasciste ? que nenni, interdit par les socialistes. mais pourquoi donc ? pour de viles causes de concurrences politiques ? électoralistes ? non, non, mais pour trahison, tentative démoralisation de l'armée, appel à la désertion et à la collaboration avec un pays étranger, en l'occurrence, l'allemagne. oui, le PC a bien été interdit avant 39 pour cette raison, pacte germano soviétique aidant:


Du 1er septembre 1939 au 21 juin 1941, date à laquelle l’Allemagne attaqua préventivement l’URSS, le parti communiste, interdit par le gouvernement de la III° République pour collusion avec l’ennemi, a soutenu l’action de la Werhmacht:
– renseignements à l’ennemi
– démoralisation des armées
– troubles aux arrières
– propagande antimilitariste
– fraternisation avec l’ennemi
– sabotages multiples de l’armement dont certains auteurs ont été condamnés à mort par la III° République
Pendant ces 22 mois de collaboration active avec l’ennemi sur les 68 qu’a duré la guerre, le Parti communiste n’a engagé aucune résistance contre l’Armée allemande.
C’est en tant que ressortissant communiste que le jeune Guy Môquet à été arrêté pour propagande le 13 octobre 1940 alors même qu’il ne sera question de résistance contre l’Armée allemande au sein du Parti Communiste que le 22 juin 1941.

2) Le PCF se lance alors dans la guerre pour défendre la patrie (L’URSS) et libérer le pays (La France) puis y prendre le pouvoir par les armes. Entre autres initiatives et pour accélérer la levée de partisans le parti décide de procéder à des attentats sanglants susceptibles de générer des répressions révoltantes et mobilisatrices.

Pierre Georges dit ‘Colonel Fabien’ réalisa lui-même ce qui fut considéré comme le premier attentat meurtrier contre les troupes d’occupation en abattant un officier de la Kriegsmarine, l’aspirant Moser, le 21 août 1941, au métro Barbès – Rochechouart à Paris. Cet attentat – et ceux qui suivirent – entraînèrent les représailles escomptées, de la part des Allemands.
Comptant sur les zones ouvrières de Loire Inférieure, le PCF y dépêche un commando de 3 hommes ayant pour mission d’y assassiner un officier supérieur allemand.

Le Lieutenant colonel Karl Holtz, commandant de la garnison de Nantes, fut donc abattu le 20 octobre 1941.

La Werhmacht demanda alors au gouvernement de l’Etat Français une liste de 100 otages devant être fusillés en représailles. Après tractations, le chiffre fut ramené à 50. Le ministre de l’Intérieur, Pucheu, informé dès le lendemain de l’attentat de l’appartenance politique des meurtriers, désigna en premier lieu les 27 communistes internés à Chateaubriant. L’atroce complément puisé dans la population bretonne porta le nombre d’otages à 48. Ils furent fusillés.

Guy Môquet se trouvait parmi les 27 communistes incarcérés antérieurement, et exécutés comme otages. Interpellé à la date précitée (13 octobre 1940), il n’avait évidemment pas pu participer en tant que communiste à de quelconques actions de résistance.

Le massacre dit « de Chateaubriant » a été sciemment et délibérément provoqué par le PCF, qui porte l’entière responsabilité de la tragédie.

Un des auteurs, Roger Brustlein, à tout avoué devant caméra. Il n’en reste évidemment pas moins que la lettre adressée par Guy Môquet à sa mère est un texte poignant, compte tenu des circonstances; et que les autorités allemandes ont manqué de discernement politique tant à l’égard du jeune Môquet qu’ en perpétrant une sorte de vengeance coutumière mais on ne peut plus anachronique.
La décision finale ne faisait par ailleurs pas l’unanimité au sein de la Werhmacht puisque le général commandant les forces d’occupation était lui même hostile au recours à un tel procédé archaïque dont il avait perçu les effets pervers.

Nul ne songe dans cette affaire à la Bretagne qui a eu à déplorer la perte de 21 de ses enfants envoyés à la mort par le PCF.

Près d’un millier de Bretons seront par la suite sacrifiés dans des conditions analogues ou tout simplement assassinés sans aucune nécessité militaire par les partisans de ce parti.

En octobre 40, donc, le PC, bien qu'interdit, appelait à la collaboration avec l'allemagne nazi, toujours pour cause de pacte germano soviétique (ha, les beaux patriotes, les beaux défenseurs de la liberté, les beaux résistants qui luttent contre la bête immonde...).

Avant 1941, il y a bien eu quelques résistants communistes, qui avaient refusé de suivre leur parti, et dont certains ont d'ailleurs été éliminés physiquement par leurs anciens "frères" restés fidèles au dictât du parti.

Lorsque l'allemagne nazi a attaqué l'URSS, changement de programme, les communistes entre en résistance. mais pourquoi entrent ils en résistance ? parce qu'ils se rendent compte qu'ils se sont trompés ? parce que d'un seul coup, leur amour de la mère patrie prend le dessus ? parce qu'ils veulent défendre subitement la liberté ? parce qu'ils ont eu des révélations quant à la nature du régime nazi ? non, rien de tout cela, mais simplement pour défendre le grand frère soviétique. aucun patriotisme, aucun envie de libérer la france, dans ce subit revirement.

Alors, le sempiternel discours du PC ventant les communistes entrant en résistance pour libérer la france et combattre le fascisme n'est que de la pure propagande anti historique, du bidonnage et de la manipulation de faits: en fait, les communistes ont, dans leur ensembel, accueilli les nazi à bras ouverts.


Dernière édition par Remus le Dim 14 Fév - 17:26, édité 1 fois

__________________________________
"Un idéal n'a aucune valeur si vous ne pouvez pas le mettre en pratique." Swâmi Râmdâs
"Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir." Tocqueville
" Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude." Benjamin Constant
avatar
Remus
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 3464
Age : 27
Opinions politiques : Tendance libérale libertarienne
Activité politique : Destructeur d'idoles

Voir le profil de l'utilisateur http://jeunes-politique.forumpro.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Remus le Dim 14 Fév - 17:18

Le communisme est un fascisme pseudo humanitariste à couverture internationaliste.

__________________________________
"Un idéal n'a aucune valeur si vous ne pouvez pas le mettre en pratique." Swâmi Râmdâs
"Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir." Tocqueville
" Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude." Benjamin Constant
avatar
Remus
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 3464
Age : 27
Opinions politiques : Tendance libérale libertarienne
Activité politique : Destructeur d'idoles

Voir le profil de l'utilisateur http://jeunes-politique.forumpro.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Révolte le Dim 14 Fév - 19:57


Le mouvement de la commune n'était pas marxiste. Pas seulement.
Tout à fait.

En même temps c'est la définition même du socialisme marxiste.
Oui, seulement il existe un après socialiste dans les théories Marxistes. Hors, la plupart des individus se revendiquant communistes, ne le savent même pas. Si tu les informes que le communisme est une société sans classe et sans état, ils n'en reviennent pas.
C'est pour ça que je les vois plus jacobins que communistes.

De plus, le jacobinisme est une doctrine bien française, née de la révolution française, on voit combien elle est présente dans notre société.


Lorsque l'allemagne nazi a attaqué l'URSS, changement de programme,
les communistes entre en résistance. mais pourquoi entrent ils en
résistance ? parce qu'ils se rendent compte qu'ils se sont trompés ?
parce que d'un seul coup, leur amour de la mère patrie prend le dessus
? parce qu'ils veulent défendre subitement la liberté ? parce qu'ils
ont eu des révélations quant à la nature du régime nazi ? non, rien de
tout cela, mais simplement pour défendre le grand frère soviétique.
aucun patriotisme, aucun envie de libérer la france, dans ce subit
revirement.

Alors, le sempiternel discours du PC ventant les
communistes entrant en résistance pour libérer la france et combattre
le fascisme n'est que de la pure propagande anti historique, du
bidonnage et de la manipulation de faits: en fait, les communistes ont,
dans leur ensembel, accueilli les nazi à bras ouverts.
Tu y vas un peu fort
Tu parles des communistes comme des robots sans esprit sous le contrôlent des partis.
Les premiers résistants furent de droite voir d'extrême droite. Dès 1940, les communistes rentrèrent en résistance.
Le PCF mis en place l'Organisation spéciale qui conduit à plusieurs actions de sabotages, puis vint les comités populaires.
En 1941, le PCF organisa une grève dans le Nord Pas-de-Calais qui priva les nazis de charbon puis lança un appel à la constitution d'un front national de lutte pour l'indépendance de la France.
L'expérience de la clandestinité donne alors aux communistes une longueur d'avance sur les autres mouvements malgré de faible moyen.

Le plus gros maquis français, celui du Limousin, est d'obédience communiste et dirigé par Georges Guingouin
qui a formé ses premiers groupes de sa propre initiative. Par la suite,
faisant passer les règles de cloisonnement inhérentes à la
clandestinité avant la discipline de parti, Guingouin conserve toujours
une grande indépendance vis-à-vis des structures de son parti. Les
communistes joueront un rôle très important dans la résistance à
l'occupant nazi, en structurant des réseaux, organisant des sabotages
divers, etc... De plus les communistes paieront un lourd tribu à la
répression allemande, par la mort de milliers d'entre eux.

Dans les maquis du Sud-Ouest, on trouve plusieurs milliers de républicains espagnols, communistes ou anarchistes.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Remus le Dim 14 Fév - 20:07

Tu parles des communistes comme des robots sans esprit sous le contrôlent des partis.
Je ne nie pas que pas mal d'entre eux n'ont pas respecté la consigne du PCF, certains en sont même mort! Par leur propre frères!

Mais les coco puristes purs et durs eux n'ont pas bronché! Illustration parfaite du communisme: la fin justifie les moyens.

Oui, seulement il existe un après socialiste dans les théories Marxistes. Hors, la plupart des individus se revendiquant communistes, ne le savent même pas. Si tu les informes que le communisme est une société sans classe et sans état, ils n'en reviennent pas.
Si ils le savent seulement ils savent que c'est irréalisable et donc prennent le planisme comme une fin en soi en attendant que le communisme se réalise ils trouvent des prétextes pour justifier leur pouvoir et on sombre dans le totalitarisme.C'est l'histoire de notre copain Lénine.

L'expérience de la clandestinité donne alors aux communistes une longueur d'avance sur les autres mouvements malgré de faible moyen.
Et bien sur le fait qu'ils furent main dans la main avec les nazis les exemptent de tout pêché?

PS: il faudrait diviser le sujet non?

__________________________________
"Un idéal n'a aucune valeur si vous ne pouvez pas le mettre en pratique." Swâmi Râmdâs
"Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir." Tocqueville
" Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude." Benjamin Constant
avatar
Remus
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 3464
Age : 27
Opinions politiques : Tendance libérale libertarienne
Activité politique : Destructeur d'idoles

Voir le profil de l'utilisateur http://jeunes-politique.forumpro.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Révolte le Dim 14 Fév - 20:29

PS: il faudrait diviser le sujet non?
Oui, mais c'est toi l'admin

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Remus le Dim 14 Fév - 20:41

Je suis admin moi?

__________________________________
"Un idéal n'a aucune valeur si vous ne pouvez pas le mettre en pratique." Swâmi Râmdâs
"Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir." Tocqueville
" Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude." Benjamin Constant
avatar
Remus
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 3464
Age : 27
Opinions politiques : Tendance libérale libertarienne
Activité politique : Destructeur d'idoles

Voir le profil de l'utilisateur http://jeunes-politique.forumpro.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Révolte le Dim 14 Fév - 20:58

Je suis admin moi?
Bien sur, les fonctions t'ont été remis.

__________________________________
"Dieu est le seul être qui, pour régner, n'ait même pas besoin d'exister." Charles Baudelaire
"Ce n'est pas la révolte en elle même qui est noble, mais ce qu'elle exige, même si ce qu'elle obtient est encore ignoble" Camus
"La société, ce n'est pas l'Etat. L'Etat n'est que le gérant d'une société anonyme qu'il a pris l'engagement de servir, mais qu'il ne se charge, en réalité, que d'exploiter." Pierre Reverdy
avatar
Révolte
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 4918
Age : 30
Opinions politiques : ...
Activité politique : ...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Remus le Dim 14 Fév - 21:06

V'là

__________________________________
"Un idéal n'a aucune valeur si vous ne pouvez pas le mettre en pratique." Swâmi Râmdâs
"Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir." Tocqueville
" Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude." Benjamin Constant
avatar
Remus
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 3464
Age : 27
Opinions politiques : Tendance libérale libertarienne
Activité politique : Destructeur d'idoles

Voir le profil de l'utilisateur http://jeunes-politique.forumpro.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Romulus l'Ours le Lun 15 Fév - 4:08

En octobre 40, donc, le PC, bien qu'interdit, appelait à la collaboration avec l'allemagne nazi, toujours pour cause de pacte germano soviétique (ha, les beaux patriotes, les beaux défenseurs de la liberté, les beaux résistants qui luttent contre la bête immonde...).

Avant 1941, il y a bien eu quelques résistants communistes, qui avaient refusé de suivre leur parti, et dont certains ont d'ailleurs été éliminés physiquement par leurs anciens "frères" restés fidèles au dictât du parti.

Lorsque l'allemagne nazi a attaqué l'URSS, changement de programme, les communistes entre en résistance. mais pourquoi entrent ils en résistance ? parce qu'ils se rendent compte qu'ils se sont trompés ? parce que d'un seul coup, leur amour de la mère patrie prend le dessus ? parce qu'ils veulent défendre subitement la liberté ? parce qu'ils ont eu des révélations quant à la nature du régime nazi ? non, rien de tout cela, mais simplement pour défendre le grand frère soviétique. aucun patriotisme, aucun envie de libérer la france, dans ce subit revirement.

Alors, le sempiternel discours du PC ventant les communistes entrant en résistance pour libérer la france et combattre le fascisme n'est que de la pure propagande anti historique, du bidonnage et de la manipulation de faits: en fait, les communistes ont, dans leur ensembel, accueilli les nazi à bras ouverts.

Bah hé, quelqu'un nie que le PCF était un parti Staliniste a la botte de Moscou?
(Le Stalinisme étant le National Bolchévisme dont se réclame les fascistes russes)

Les Communistes ont commencés la résistance dés 1940, après le refus de re-parution de l'Humanité, les pressions internes des communistes rescapés des brigades internationales et des espagnols communistes ainsi que des rescapés spartakistes allemands... Le Pacte Germano-bolchévick est un accord politique entre l'URSS et le Reich Allemand dont les intérêt sont évidents pour les deux factions. Dire que les communistes ont tous cautionnés c'est gros, grossier, de l'anti communisme grégaire comme dirait l'autre.

Molotov et tant d'autres en russie par exemple qui ont participer a ce Pacte savait d'avance que ce pacte était un accord temporaire pour laisser le temps aux deux bourrins de se préparer. Après y'a les Stalinistes débile du PCF qui y croyaient dur comme fer, les Communistes pacifistes qui appelaient a ne pas déclarer la guerre a l'Allemagne (genre c'était les seuls... ) et les Coco qui savaient déjas que la guerre aurait lieu et qui ont combattu et sont morts.

Toi qui est un adepte des faits, ils sont la. La résistance n'aurait jamais eu cette ampleur sans l'implication exemplaire des communistes qui ont été récompensé par De Gaulle par la suite (postes dans le gouvernement etc...)

Les premiers résistants furent de droite voir d'extrême droite.

Des Monarchistes, des Fascistes et des Maurassiens, mais aussi des Socialistes qui ont rejoint en premier lieu l'Afrique du nord ou l'Angleterre, et ont former le cœur des futurs FFL ainsi que nombres d'agent envoyés en France pour former les résistants...

Je conseil vivement la lecture de "Alias Caracalla", très instructif!

* Taclage a Rémus: Tient donc, des Fascistes et des Maurassiens dans les premiers combattants de la résistance? Les Communistes c'est des enfants de cœur a côté.

Si ils le savent seulement ils savent que c'est irréalisable et donc prennent le planisme comme une fin en soi en attendant que le communisme se réalise ils trouvent des prétextes pour justifier leur pouvoir et on sombre dans le totalitarisme.C'est l'histoire de notre copain Lénine.

Tu nie la guerre Russes Blancs - Russes Rouges et la nécessité pour Lénine de recréer l'unité du pays en faisant des concessions ou bien tu joue au plus stupide?



Si les gens savaient que ce sont les Anarchistes Espagnols qui ont libérés Paris... Ah lalala.
Si les gens savaient que la politique est un art complexe... Satisfaire tout le monde c'est pas donner aux libéraux ça.

__________________________________

« à présent nous sommes délivrés de cette peur permanente du communisme qui nous poussait naguère à nous jeter dans les bras de tout dictateur éprouvant la même peur ». (Jimmy Carter, président des USA, discours du 22/05/1977)
avatar
Romulus l'Ours
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 1034
Opinions politiques : Communiste - Collectivisme Politique
Activité politique : Penseur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Remus le Lun 15 Fév - 18:02

Toi qui est un adepte des faits, ils sont la. La résistance n'aurait jamais eu cette ampleur sans l'implication exemplaire des communistes qui ont été récompensé par De Gaulle par la suite (postes dans le gouvernement etc...)

Comme je l'ai dis beaucoup d'entre eux sont rentrés en resistance, mais PAS EN TANT QUE COMMUNISTES! C'est ça la différence!

ient donc, des Fascistes et des Maurassiens dans les premiers combattants de la résistance? Les Communistes c'est des enfants de cœur a côté.
La fascisme est un type de communisme, ou l'inverse.

Tu nie la guerre Russes Blancs - Russes Rouges et la nécessité pour Lénine de recréer l'unité du pays en faisant des concessions ou bien tu joue au plus stupide?
C'est assez drole, unir un pays par la révolution... Les bolcheviks eux même ne se cachaient pas d'avoir ouvert la boite de pandore, vous pensez qu'on fait la révolution sans opposition?

Satisfaire tout le monde c'est pas donner aux libéraux ça.

Non car aucun homme n'est supérieur à un autre pour dicter la vie des autres pour "satisfaire tout le monde" non seulement parce que c'est impossible, mais surtout parce que sa profitera surtout au dirigeant.

__________________________________
"Un idéal n'a aucune valeur si vous ne pouvez pas le mettre en pratique." Swâmi Râmdâs
"Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir." Tocqueville
" Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude." Benjamin Constant
avatar
Remus
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 3464
Age : 27
Opinions politiques : Tendance libérale libertarienne
Activité politique : Destructeur d'idoles

Voir le profil de l'utilisateur http://jeunes-politique.forumpro.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Romulus l'Ours le Lun 15 Fév - 18:29

Comme je l'ai dis beaucoup d'entre eux sont rentrés en resistance, mais PAS EN TANT QUE COMMUNISTES! C'est ça la différence!

Ben si. Pas en tant que membre du PCF je suis d'accord.

La fascisme est un type de communisme, ou l'inverse.

Le fascisme n'est pas un système prônant l'égalité politique. Il est a rapprocher de l'impérialisme romains dont il s'inspire. Oui dans les faits le fascisme peut ressembler au stalinisme (qui est du fascisme, la branche pourrie du communisme, tout comme l'UMP est la branche pourrie de la démocratie xD) mais dans les théories ce n'est pas la même chose. Le fasciste veut contenter le peuple, lui donner ce qu'il a besoin. Il ne veut pas l'égalité et le partage des richesses. La nuance n'est pas si subtile. Et je ne parle pas du pouvoir politique...

C'est assez drole, unir un pays par la révolution... Les bolcheviks eux même ne se cachaient pas d'avoir ouvert la boite de pandore, vous pensez qu'on fait la révolution sans opposition?

Ben non. C'est juste que même eux savaient qu'une fois lancé soit ils annihilaient la moitié de la population soit ils devaient faire des compromis. Lénine a fait des compromis.

Non car aucun homme n'est supérieur à un autre pour dicter la vie des autres pour "satisfaire tout le monde" non seulement parce que c'est impossible, mais surtout parce que sa profitera surtout au dirigeant.

Aucun homme n'est supérieur en droit, mais en fait.
Comme dirait Machiavel, ce n'est pas le titre qui honore l'homme, c'est l'homme qui honore le titre.

C'est sur que pour le moment, être un dirigeant n'est pas quelque chose de très reluisant.

__________________________________

« à présent nous sommes délivrés de cette peur permanente du communisme qui nous poussait naguère à nous jeter dans les bras de tout dictateur éprouvant la même peur ». (Jimmy Carter, président des USA, discours du 22/05/1977)
avatar
Romulus l'Ours
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 1034
Opinions politiques : Communiste - Collectivisme Politique
Activité politique : Penseur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Remus le Lun 15 Fév - 18:47

Le fascisme n'est pas un système prônant l'égalité politique.
Si elle proclame l'égalité politique: la disparition du pouvoir politique individuelle face à celle de l'Etat, ce que Staline, Lénine et les bolchevicks ont fait au nom de la dictature du prolétariat. Et c'est ce à quoi mène le communisme politique dans la mesure ou il ne peut pas faire l'unanimité.

(qui est du fascisme, la branche pourrie du communisme, tout comme l'UMP est la branche pourrie de la démocratie xD)
C'est assez vrai ^^

quoi que tu n'as aucune leçon à donner:
http://www.youtube.com/watch?v=WbMo27MLEjg&feature=player_embedded

mais dans les théories ce n'est pas la même chose. Le fasciste veut contenter le peuple, lui donner ce qu'il a besoin.
Exactement comme le communisme.
Les deux promettent le bonheur.

__________________________________
"Un idéal n'a aucune valeur si vous ne pouvez pas le mettre en pratique." Swâmi Râmdâs
"Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir." Tocqueville
" Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude." Benjamin Constant
avatar
Remus
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 3464
Age : 27
Opinions politiques : Tendance libérale libertarienne
Activité politique : Destructeur d'idoles

Voir le profil de l'utilisateur http://jeunes-politique.forumpro.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Camarade Troska le Lun 15 Fév - 18:57

N'importe quelle idéologie prone le bonheur Remus.
Meme ce que tu proposes. Clin d'oeil

Sinon, beaucoup d'énormités dans ce qu'on a lu sur les communistes dans la résistance.
Mon grand père a été chez les FFI et a participé à pal mal d'actions avec les communistes et le FTPI. Et ça a bien commencé avant la guerre.
Ce que tu ne te remets pas à l'esprit Remus, c'est que si le komintern avait demandé aux communistes d'aller danser à poil à notre dame le dimanche matin, ils l'auraient fait, car c'était la centrale du mouvement communisme mondial.

d'ailleurs le PCF ne rentra vraiment en résistance qu'une fois que Moscou lui en donna l'ordre
Ce fut si mal ?
Tu sembles oublier qu'en entrant véritablement dans la résistance, le PCF emmenait avec lui une armée de partisan bien armé, bien entrainé et surtout, d'un patriotisme intransigeant - qui témoignent des nombreux attentats commis -. On peux pas nier le role du PCF, bien que son attitude vu pus que déplorable, mais stalinienne avant tout.

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Remus le Lun 15 Fév - 19:03

N'importe quelle idéologie prone le bonheur Remus.
Meme ce que tu proposes.

Et justement non!

C'est CA la différence! Le libéralisme ne peut pas être précisément une idéologie car il ne définit ni ne promet aucunement le bonheur. Car il considère que personne n'a le droit d'imposer sa définition du bonheur à autrui. Dans ce cas, le libéralisme ne souhaite qu'une seule chose: la liberté pour accéder à notre fin personnelle.

Mon grand père a été chez les FFI et a participé à pal mal d'actions avec les communistes et le FTPI. Et ça a bien commencé avant la guerre.
Et moi le mien a faillit se faire tuer par un communiste à l'âge de 11ans.

Ce que tu ne te remets pas à l'esprit Remus, c'est que si le komintern avait demandé aux communistes d'aller danser à poil à notre dame le dimanche matin, ils l'auraient fait, car c'était la centrale du mouvement communisme mondial.

Bien sur que si j'en ai conscience et c'est bien ça que je dénonce. Imcapable d'agir selon des bases morales!


Tu sembles oublier qu'en entrant véritablement dans la résistance, le PCF emmenait avec lui une armée de partisan bien armé, bien entrainé et surtout, d'un patriotisme intransigeant - qui témoignent des nombreux attentats commis -. On peux pas nier le role du PCF, bien que son attitude vu pus que déplorable, mais stalinienne avant tout.
Le PCF n'a rien amené avant de romptre son alliance avec les nazis. Les resistances jusque alors de ces gens étaient des initiatives individuelles.
Le PCF fut traitre et complice, puis retourna sa veste... tout comme bon nombres de collabos mais bien sur deux poids deux mesures.

__________________________________
"Un idéal n'a aucune valeur si vous ne pouvez pas le mettre en pratique." Swâmi Râmdâs
"Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir." Tocqueville
" Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude." Benjamin Constant
avatar
Remus
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 3464
Age : 27
Opinions politiques : Tendance libérale libertarienne
Activité politique : Destructeur d'idoles

Voir le profil de l'utilisateur http://jeunes-politique.forumpro.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Romulus l'Ours le Lun 15 Fév - 19:55

Et moi le mien a faillit se faire tuer par un communiste à l'âge de 11ans.

Et mon grand oncle lorrain a rejoint la SS.

Comme quoi...

Le PCF fut traitre et complice, puis retourna sa veste... tout comme bon nombres de collabos mais bien sur deux poids deux mesures.

Faut l'encadrer cella la MDR
Tu ose comparer les communistes du PCF de 1941 au tout résistant de 44? Ben mon vieux.

C'est CA la différence! Le libéralisme ne peut pas être précisément une idéologie car il ne définit ni ne promet aucunement le bonheur. Car il considère que personne n'a le droit d'imposer sa définition du bonheur à autrui. Dans ce cas, le libéralisme ne souhaite qu'une seule chose: la liberté pour accéder à notre fin personnelle.

C'est quand même une idéologie. Tu veux l'épanouissement de l'individu selon tes propres idées, et donc tu veux imposé ta liberté. Et oui.


Bien sur que si j'en ai conscience et c'est bien ça que je dénonce. Imcapable d'agir selon des bases morales!

Bah hé, en même temps comme tout le monde. T'a qu'a voir a l'époque. C'est bien de critiquer après coup mon grand.

__________________________________

« à présent nous sommes délivrés de cette peur permanente du communisme qui nous poussait naguère à nous jeter dans les bras de tout dictateur éprouvant la même peur ». (Jimmy Carter, président des USA, discours du 22/05/1977)
avatar
Romulus l'Ours
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 1034
Opinions politiques : Communiste - Collectivisme Politique
Activité politique : Penseur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Remus le Lun 15 Fév - 20:34

Et mon grand oncle lorrain a rejoint la SS.

Comme quoi...

Et vi les connards n'ont pas de frontières ^^

Tu ose comparer les communistes du PCF de 1941 au tout résistant de 44? Ben mon vieux.
La logique est la même: la lutte n'était pas morale ni humaine pour le PCF et l'URSS, elle était purement stratégique.

Tu veux l'épanouissement de l'individu selon tes propres idées,
Non puisque je ne définis pas cet épanouissement.

et donc tu veux imposé ta liberté. Et oui
La liberté ça ne s'impose pas...

__________________________________
"Un idéal n'a aucune valeur si vous ne pouvez pas le mettre en pratique." Swâmi Râmdâs
"Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir." Tocqueville
" Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude." Benjamin Constant
avatar
Remus
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 3464
Age : 27
Opinions politiques : Tendance libérale libertarienne
Activité politique : Destructeur d'idoles

Voir le profil de l'utilisateur http://jeunes-politique.forumpro.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Camarade Troska le Lun 15 Fév - 20:35

Remus a écrit: la liberté pour accéder à notre fin personnelle.
Donc au bonheur.
Bah oui, faut arreter te tortiller du cul des heures.
Tu refuses de l'admettre, c'est vilain de ta part.

Et moi le mien a faillit se faire tuer par un communiste à l'âge de 11ans.
Donc TOUS les communistes sont es tueurs d'enfants.
Oui c'est vrai j'oubliais, j'aime pas forcément les communiste, mais leur lutte syndicale ( couplé avec celles des anar' ) tu peux leur dire merci, quand meme. T'as un minimum de droit et c'est pas pour rien.

Imcapable d'agir selon des bases morales!
C'est plus compliqué que ça : Lénine a dès la fin de la Révolution, centralisé le pouvoir à Moscou.
Il voulait controler et financer les partis dans leur lutte et ça c'est pérénisé par la suite.
Mais c'est vrai que cette attitude est stupide, je le reconnais.

Les resistances jusque alors de ces gens étaient des initiatives individuelles.
Le PCF a uni les résistants .. donc on peux pas nier qu'ils ont joué un role important.
Pour ce que j'ai dit avant, ouvre un livre d'histoire, tu remarqueras par toi meme ce qu'on apporté les communistes à la résistance. Manouchian ( sale enfoiré d'apatride Internationaliste ) et son groupe, ainsi que tous les FTPI ..
Pourquoi De Gaulle a dissous le CNR ? Par peur que ça devienne un appareil communiste.

Le PCF fut traitre et complice, puis retourna sa veste... tout comme bon nombres de collabos mais bien sur deux poids deux mesures.
Les cadres ont été des salauds ( des cadres quoi )
Je ne sais pas so on peux avoir les meme parole envers les simples militants communistes ( beaucoup ont quitté le parti et ont d'ailleurs été désavoué )
D'ailleurs, on remarquera que lors de leur execution ils criaient " Vive la France, Vive l'URSS, vive l'Allemagne " soit leur patrie, la patrie des travailleurs et .. de simple camarade prolétaires.

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Remus le Lun 15 Fév - 20:40

Donc au bonheur.
Bah oui, faut arreter te tortiller du cul des heures.
Tu refuses de l'admettre, c'est vilain de ta part.

Bah le but des hommes c'est d'accéder au bonheur non?
Est ce que je définis ce bonheur? non! Je ne le garantie même pas: c'est la différence entre une doctrine et une idéologie, je n'ai précisément aucune idée du bonheur universel ni des moyens d'y accéder, je n'ai pas cette prétention et je n'ai pas à l'imposer.

Donc TOUS les communistes sont es tueurs d'enfants.
Si tu relis bien je parle essentiellement des gars du PCF...

Oui c'est vrai j'oubliais, j'aime pas forcément les communiste, mais leur lutte syndicale
Et grace au nazisme tous les allemands avaient un job!

Le PCF a uni les résistants .. donc on peux pas nier qu'ils ont joué un role important.

Je m'en branle pas mal tient! Je te parles de ses motivations morales!
Et le PCF n'intervient pas avant 41! Jusque là les coco qui avaient un minimum d'humanité avaient compris qu'il faudra se séparer de l'idéologie pour pouvoir lutter, et certains en sont mort!

Mais c'est vrai que cette attitude est stupide, je le reconnais.
Elle n'est pas stupide, elle est le processus même du totalitarisme. Qu'il soit doux comme aujourd'hui, on révolutionnaire comme hier.

__________________________________
"Un idéal n'a aucune valeur si vous ne pouvez pas le mettre en pratique." Swâmi Râmdâs
"Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir." Tocqueville
" Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude." Benjamin Constant
avatar
Remus
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 3464
Age : 27
Opinions politiques : Tendance libérale libertarienne
Activité politique : Destructeur d'idoles

Voir le profil de l'utilisateur http://jeunes-politique.forumpro.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Romulus l'Ours le Lun 15 Fév - 22:47

Jusque là les coco qui avaient un minimum d'humanité avaient compris qu'il faudra se séparer de l'idéologie pour pouvoir lutter, et certains en sont mort!

Tu dira ça aux anarchistes et communistes des brigades internationales qui ont résisté en France.

__________________________________

« à présent nous sommes délivrés de cette peur permanente du communisme qui nous poussait naguère à nous jeter dans les bras de tout dictateur éprouvant la même peur ». (Jimmy Carter, président des USA, discours du 22/05/1977)
avatar
Romulus l'Ours
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 1034
Opinions politiques : Communiste - Collectivisme Politique
Activité politique : Penseur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Remus le Mar 16 Fév - 13:16

Tu dira ça aux anarchistes et communistes des brigades internationales qui ont résisté en France.

Oui, et ils me répondront que l'URSS leur a bien rendu la monnaie en Espagne!

__________________________________
"Un idéal n'a aucune valeur si vous ne pouvez pas le mettre en pratique." Swâmi Râmdâs
"Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir." Tocqueville
" Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude." Benjamin Constant
avatar
Remus
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 3464
Age : 27
Opinions politiques : Tendance libérale libertarienne
Activité politique : Destructeur d'idoles

Voir le profil de l'utilisateur http://jeunes-politique.forumpro.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Camarade Troska le Mar 16 Fév - 14:53

Remus a écrit:Et grace au nazisme tous les allemands avaient un job!
Comment tu peux comparer le syndicalisme avec le nazisme ? Rolling Eyes
Atrophie du bulbe ? J'oubliais que au pays du libéralisme, la pauvreté n'existe pas.

Je m'en branle pas mal tient!
Oui oui, tu t'en branles pas mal. Faure ton anti-communiste primaire, ça fait une minute, mais le faire tout le temps du genre " nanananananananananananannèreuh je t'écoute pas lalalalala sale bolcho tueur d'enfant, meme si t'as libérer la France, t'es qu'un salaud nanananananananananèreuh " .. pitoyable. Rolling Eyes

Et le PCF n'intervient pas avant 41!
Je ne le nie pas.
Cependant, des militants communistes ont quand meme participé à des actions, bien avant 1941.
Faire la différence entre parti communiste et militant communiste, c'est trop rouge pour toi ?

__________________________________
«On accuse les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité ; les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe maîtresse de la nation, il est par là encore national lui-même, quoique nullement dans le sens bourgeois.» Marx/Engels
avatar
Camarade Troska
Philosophe
Philosophe

Nombre de messages : 1657
Age : 26
Opinions politiques : Marxiste, Libertaire, Léniniste, Maoïste...
Activité politique : Militant anonyme pour la Révolution

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le communisme durant l'occupation

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum