Châtiment sur l'enfant

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Châtiment sur l'enfant

Message par Docteur Saint James le Jeu 19 Nov - 13:05

On a réalisé des expériences dans lesquelles des enfants étaient placés seuls dans une salle remplis de jouets. Parmi ces jouets on en a désigné un dont l'enfant avait interdiction absolue de toucher. Avec une première série d'enfants, on expliquait à l'enfant pour quelles raisons il ne devait pas toucher au jouet. Avec une seconde série, on le menaçait d'une grosse punition. Puis on laissait l'enfant seul, avec les jouets pendant 15 minutes. Résultat : aucun enfant n'a touché au jouet défendu. 3 mois plus tard, on reprenait les mêmes enfants, à nouveau dans la même salle, sans instructions cette fois. Résultat : ceux qu'on avait menacé au moment de la première expérience étaient 3 fois plus nombreux à toucher au jouet défendu.

C'est quoi le rapport avec ce que l'on dit?

La question de l'efficacité de la violence.

L'explication psychologique est simple : nous aimons obéïr aux règles que nous nous sommes nous même donné. Or, lorsque l'enfant est contraint par la menance, il n'a pas décidé de ne pas toucher au jouet : on lui en a intimé l'ordre. La justification de son comportement (à savoir ne pas toucher le jouet), il la trouve dans la menace qui l'a appeuré. Mais sitôt cette menance disparue, il se sent à nouveau libre de faire ce qu'il veut.
A l'inverse, l'enfant qui n'a pas été menacé doit trouver une autre justification, interne celle-là. S'il ne peut pas trouver de raisons extérieures l'ayant pousser à agir (comme la menance d'une punition) c'est qu'il a agit de lui-même, donc qu'il a intériorisé la règle qu'on lui avait prescrite. Laquelle règle de conduite n'a désormais plus besoin d'être respectée par la menace.

Conclusion biaisée, l'enfant n'a pas chosie la règle, on lui a expliqué pourquoi il devait ne pas toucher ce jouet car précisemment il a confiance en l'autorité (intelectuelle ici) de son parent.

Je n'ai pas dit que l'enfant avait choisi la règle. J'ai dit que l'effet psychologique revenait à lui faire croire qu'il avait choisi lui-même la règle. Les publicitaires le savent très bien. Et les conclusions à tirer de cette expérience sont très graves (à l'échelle d'une démocratie notamment...).
Bien sûr que l'autorité du parent existe. Mais elle se fait sans violence. Donc la fessée est parfaitement inutile. Et c'est le seul objet de mon propos.

Je suis un véritable passionnée des sciences humaines et je lis souvent de la psycho

Sociale ?

Si tu avais bien lu, je ne remet absolument pas en cause la science humaine, j'y attache une importance capitale, c'est sa récupération politique que je trouve souvent exécrable.

On peut aussi bâtir un projet politique en totale déconnexion avec la réalité, c'est également vrai.
avatar
Docteur Saint James
Idéologue
Idéologue

Nombre de messages : 3971
Age : 26
Opinions politiques : Marxisme libertaire
Activité politique : Lecture & débat

Voir le profil de l'utilisateur http://henry-saint-james.skyblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Châtiment sur l'enfant

Message par Remus le Jeu 19 Nov - 14:46

Rolling Eyes

Bien sûr que l'autorité du parent existe. Mais elle se fait sans violence.


En théorie, après tout dépend ce qu'on entend par violence.

La question de l'efficacité de la violence.

Je n'ai jamais fait de violence physique à un enfant et je ne compte pas en faire! Seulement quand défois je me met à gueuler pour reprendre un gosse qui jette une pierre sur la tête d'un autre, je me demande si ce n'est pas également une forme de violence... Et pourtant je me sens parfaitement dans mon rôle que de l'engueuler (pas bêtement je lui explique évidemment pourquoi il ne faut pas le faire, mais si pour autant je ne "marque pas le coup" il ne le notera pas pour la prochaine fois).

Si dans ce cas, on répond oui à cette question, alors dans ce cas croire que l'éducation se fait sans rapport de force, sans violence symbolique, c'est, je pense, être dans une tour d'ivoire et n'avoir jamais était confronté à la réalité.

Et tu verras quand tu auras à la charge 20 gamins de 11ans que l'explication de la règle, si elle est nécessaire, n'est pas suffisante; le rappel à l'ordre, la gestion des tensions entre enfants, les agressions entre eux sont inévitables.

Certains recherchent le rapport de force et mettent en jeu ton autorité (c'est normal, c'est le début de l'adolescence), il ne faut en aucun cas user de la violence mais combien de fois j'ai montré le baton en haussant la voix pour imposer le respect (le baton étant; si tu continues je te met au bureau du dirlo ou j'en parle à ta mère)... il n'y a pas de recettes de cuisines, chaque enfant est unique et a un passif pyschologique et comportemental différent.

Mais ce que tu dis en fait, est globalement très juste. Lorsqu' un gamin intériorise la règle, tu as gagné, et il la respecteras "naturellement". Seulement, un gamin n'a pas toujours envie d'intérioriser la règle.


On peut aussi bâtir un projet politique en totale déconnexion avec la réalité, c'est également vrai.

Au contraire, et c'est bien ce que je dis, rien ne vaut le contact avec la réalité!

Sociale ?

La sociologie est une science humaine.

__________________________________
"Un idéal n'a aucune valeur si vous ne pouvez pas le mettre en pratique." Swâmi Râmdâs
"Qui cherche dans la liberté autre chose qu'elle-même est fait pour servir." Tocqueville
" Dans tout ce qu'on nomme les excès de la liberté, je ne reconnais que l'éducation de la servitude." Benjamin Constant
avatar
Remus
Sage de Politeen
Sage de Politeen

Nombre de messages : 3464
Age : 26
Opinions politiques : Tendance libérale libertarienne
Activité politique : Destructeur d'idoles

Voir le profil de l'utilisateur http://jeunes-politique.forumpro.fr/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum